Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Acide lactique            Top

 

 L-                   L+

 

Sources d'acide lactique :

 

 

      • production du L (+) lactate dextrogyre naturel, qui dévie la lumière polarisée à droite (+) (voir aussi : "Chilarité")

      • joue un rôle important dans l'organisme :

        • dans la régénération des cellules : un milieu acide est crucial dans la croissance (donc également pour la croissance d'une tumeur...)

        • comme source d'énergie

          • des cellules cardiaques (avec production instantanée d'ATP via la glycolyse anaérobie)

          • avec l'acide acétique, métabolites indispensables dans la production de l'acide butyrique, la source énergétique des cellules de la paroi intestinale

          • comme substrat de la gluconéogenèse : conversion hépatique de lactate en glucose et glycogène

        • comme prébiotique dans les intestins

        • pour son activité antitumorale

        • pour ses propriétés antibiotiques

 

 

 

      • absorption des énantiomères, l'acide lactique L (+) et L (-)

 

Toutefois, l'organisme ne possède pas l'enzyme capable de métaboliser l'acide L (-) lactique :

 

Conséquences :

 

          • surcharge pour l'organisme

          • l'apparition fréquente d'une acidose tissulaire par l'acide D (-) lactique

 

 

 

      • production du L (-) lactate

 

Toutefois, l'organisme ne possède pas l'enzyme capable de métaboliser l'acide L (-) lactique :

 

Conséquences : limitées!

 

          • il s'agit d'une production naturelle très faible

          • exception avec les probiotiques : la présence du L (-) lactate est uniquement utile dans la neutralisation de bactéries pathologiques.

 

Prudence avec les produits lactofermentés à base de Streptococcus thermophilus et de Lactobacillus bulgaricus : ces souches produisent le L (-) lactate et peuvent donc perturber le métabolisme.

 

Un excès d'acide lactique entraîne une acidose lactique caractérisée par une acidification des tissus; cette situation peut induire à terme le développement de maladies dégénératives et de cancer! L'acide lactique est bien indispensable pour la croissance cellulaire, mais trop c'est trop.

 

Lire aussi : "La glycolyse anaérobie, l'excès d'acide lactique".

 

Normalement, la combustion anaérobie (lactate) dans l'organisme est 2 x plus importante que la aérobie (le rapport anaérobie/aérobie = 2/1). Le lactate formé peut être transformé en glucose (nécessite de la biotine). Un excès de lactate (p. ex. un rapport de 4/1) entraînera une acidose tissulaire et une alcalose sanguine. Un manque d'exercices physiques p. ex. provoque un ralentissement de la glycolyse aérobie et une accélération de la combustion anaérobie, entraînant des urines légèrement acides.

 

Note :

Contrairement à une idée reçue, l'acide lactique n’est responsable ni de la douleur musculaire, ni de la fatigue. Mais il les accompagne. L'acide lactique est produit pendant l’activité physique, en particulier quand on produit un effort intense. Or, les courbatures surviennent dans les jours suivant l’effort. Et loin d’être le résultat d’une accumulation de substances chimiques comme l'acide lactique, elles découlent principalement de micro-déchirures des fibres musculaires et de pertes d'ions de calcium durant des contractions musculaires intensives (ces ions calciques assurent la contraction-excitation des muscles). La perturbation de ce mécanisme provoque des dégâts, responsables des douleurs musculaires pendant les quelques jours qui suivent l'effort intense...

 

On l’a souvent considéré comme un déchet tandis que c'est une source d'énergie! Ce qui est totalement faux, d’ailleurs car deux molécules d'acides lactiques, pourrait produire du glucose qui sera ensuite utilisable par le muscle (dans la gluconéogenèse).

 

Dans le syndrome de fatigue chronique (SFC) et dans la fibromyalgie (FM), des taux élevés d'acide lactique sont observés non seulement dans les muscles mais également dans d'autres tissus tels que le liquide cérébro-spinal  (accompagnés de taux réduits de glutathion (GSH)). Ces taux élevés d'acide lactique pourraient être la conséquence d'une dysfonction mitochondriale, à son tour médiée par du stress oxydant (pathologie de radicaux libres) et initiée par un agent immunologique ou pathogène augmentant la production de cytokines pro-inflammatoires, et ensuite d'isoprostanes. Etant des puissants vasoconstricteurs, les isoprostanes freinent la circulation sanguine entraînant un état d'hypoxie tissulaire.

 

Agent immunologique ou pathogène

---> production de cytokines pro-inflammatoires

---> déficit en antioxydants (GSH)

---> conversion d'acides gras poly-insaturés (AGPI) en isoprostanes

---> vasoconstriction ---> diminution de la circulation sanguine ---> hypoxie tissulaire

---> élévation de la glycolyse anaérobie

---> conversion excessive de pyruvate en lactate

 

Pourquoi le lactate s'accumule ?

 

 

 

Comment diminuer les taux lactiques ?

 

 

---> la consommation de beaucoup d'aliments qui contiennent de l'acide lactique (yaourt, choucroute, jus de choux, cornichons acides, germes, ...) aide à tamponner l'alcalose et rendent les tissus moins acides.

 

 

 

 

Top

 ZOELHO (c) 2006 - 2017, Paul Van Herzele PharmD             Dernière mise à jour : 10-Nov-2017                

Disclaimer