Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Le glucagon

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

Dans l'organisme, le glucagon, un polypeptide composé de 29 acide aminés, est sécrété par les cellules α pancréatiques (îlots de Langerhans).  

 

Ses effets sont opposés à ceux de l'insuline (cellules  β) mais, contrairement à l'insuline, le glucagon les exercent essentiellement au niveau hépatique. C'est l'adrénaline qui assure la compensation périphérique d'insuline.

 

Normalement l'insuline et le glucagon sont les 2 principales hormones impliquées dans la régulation stricte de la glycémie, aussi bien à jeun (stimulation des cellules α et suppression des cellules β) que postprandial (stimulation des cellules β et suppression des cellules α).

 

En période de jeûne, le glucagon va stimuler dans le foie les voies métaboliques impliquées dans la synthèse de glucose :

 

    • la conversion de l'acide lactique en glucose (gluconéogenèse) (foie)

    • la dégradation du glycogène en glucose (glycogénolyse) (foie)

    • la production de corps cétoniques (remplaçant du glucose, via la cétogenèse) (foie)

    • la dégradation lipidique (lipolyse) et freiner le stockage des graisses (lipogenèse) (tissu adipeux)

    • ...

 

A l'inverse de l'insuline, la sécrétion du glucagon est

 

    • stimulée par une diminution de la glycémie

    • inhibée par une élévation de la glycémie

    • stimulée par un repas azoté, pour aider à transformer au niveau du foie la plupart des acides aminés en glucose (gluconéogenèse), tandis que la sécrétion d'insuline, responsable de la digestion glucidique, reste faible ; le glucagon permet aux acides aminés de traverser les membranes cellulaires (anabolisme)

 

Le glucagon exerce donc une double fonction physiologique :

 

    • l'amplification postprandiale de la sécrétion insulinique, puisque les acides aminés, e.a. apportés par l'alimentation, stimulent la sécrétion du glucagon, et donc également celle de l'insuline,

    • une mobilisation des substrats pouvant être métabolisés dans la glycogénolyse, la gluconéogenèse, la cétogenèse et la lipolyse, lorsque les besoins énergétiques sont élevés. Le rapport entre les concentrations de ces 2 hormones, insuline et glucagon, joue ici un rôle primordial.

     

  1. En cas de concentration relativement élevée du glucagon, l'organisme utilisera en premier lieu les réserves lipidiques, tandis que la gluconéogenèse restera minimale. Cette situation empêche la dégradation initiale des protéines.

 

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2024, Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 27-mai-24                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.