Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Lactoferrine

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

La lactoferrine joue un rôle clé dans la défense immunitaire et présente une activité anti-inflammatoire et antibactérienne (comme le lysozyme).

 

La lactoferrine est une glycoprotéine de la famille des transferrines qui se lie au fer (ferri : Fe3+). Elle est faiblement présente dans le lait de vache mais surtout dans le lait maternel avec une concentration 5 à 10 plus élevée. Qui plus est, la lactoferrine est particulièrement présente dans le colostrum, le premier lait maternel après l'accouchement (femme) ou après la parturition (vache). Elle est également disponible dans le mucus, les larmes, les sécrétions nasale et bronchique, bile, le fluide pancréatique, le sperme, les sécrétions génitales et la salive.

 

Parce que les bactéries adorent le fer. En cas d'infection, les taux de lactoferrine augmentent considérablement afin de fixer le maximum de fer.

 

Grâce à ses propriétés antibiotiques naturelles, la lactoferrine nous protège contre des infections virales ou bactériennes.

 

Synthèse :          

 

La lactoferrine est synthétisée dans l'intestin. Néanmoins, certains lymphocytes (granulocytes neutrophiles) sont également capables de la fabriquer. Sa sécrétion est fortement stimulée lors d'une inflammation et en réponse à de nombreuses agressions extérieures.

 

Rôle dans l'organisme :          

 

La lactoferrine agit en régulant la réponse immunitaire (action immunomodulatrice) :

 

    • La lactoferrine appartient à la famille des cytokines, responsables de la réponse immunitaire cellulaire, qui protègent l'organisme de la plupart des infections et des cancers. Des récepteurs spécifiques à la lactoferrine sont situés sur de nombreuses cellules immunitaires, comme les lymphocytes, les monocytes et les  macrophages. La lactoferrine est directement impliquée dans l'activité des cellules naturelles tueuses (Natural Killer - NK).

 

      • protection des invasions infectieuses des ouvertures : les yeux, la bouche, le nez, la vulve... Elle est donc également présente dans les différents fluides de l'organisme : la salive, le sang, le lait maternel, l'urine, le sperme, le mucus vaginal, ...

 

La lactoferrine est aussi un bactériostatique : elle possède la capacité de se lier au fer, un minéral essentiel, utilisé par un vaste éventail d'organismes pathogènes et de tumeurs pour croître et se reproduire.

 

    • La lactoferrine joue un rôle dans la défense contre des germes pathogènes invasifs, probablement en les privant du fer nécessaire à leur croissance. La lactoferrine est à l'état naturel partiellement saturée par le fer (4 à 5% pour la lactoferrine humaine, 15 à 20% pour la lactoferrine bovine),

 

    • La lactoferrine, très abondante dans le lait maternel (colostrum) est notamment particulièrement efficace pour contrôler les organismes qui causent souvent des maladies graves chez les nourrissons, dont le Staphylocoque doré.

 

La lactoferrine présente un effet anti-inflammatoire systémique et intestinal, probablement par stimulation de la croissance des cellules intestinales et des bonnes bactéries de la flore intestinale, telles que les bifidus.

 

La lactoferrine montre également un effet antiviral, de façon directe en se liant aux sites de récepteurs viraux, empêchant ainsi l'infection des cellules saines, tout en augmentant la réponse immunitaire.

 

La lactoferrine est un antioxydant : les neutrophiles, les monocytes et les macrophages sont des cellules du système immunitaire capables de tuer les envahisseurs pathogènes par le biais de réactions d'oxydation.

 

    • Les réactions d'oxydation sont accélérées par l'effet catalytique du fer sur la production de radicaux libres. Grâce à sa forte affinité pour le fer libre, la lactoferrine fonctionne comme un puissant antioxydant local protégeant les cellules immunitaires des radicaux libres générés au cours de la réponse inflammatoire. Bien que les neutrophiles soient les seuls à produire de la lactoferrine, les monocytes et les macrophages ont des récepteurs à lactoferrine sur leur surface cellulaire.

 

---> D'où son intérêt dans le cancer, les maladies cardiovasculaires ou dégénératives, dans l'arthrose, qui sont tous fortement liés à un stress oxydant intense comme cause, conséquence ou facteur aggravant.

 

La lactoferrine joue un rôle dans l'absorption des nutriments comme le fer, le manganèse ou le zinc et facilite l'absorption des sucres.

 

Il est recommandé de préférer des suppléments à base d'apolactoferrine, une forme non ferrique.

 

Note :

La lactoferrine est également étudiée dans le cadre des maladies dégénératives du système nerveux caractérisées par la présence excessive de fer dans les neurones (comme la maladie de Parkinson).

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2023                           Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 08-janv.-23                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.