Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Le zinc

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

Symbole : Zn (cation)

 

 

Minéral indispensable pour la croissance, le développement et la reproduction.

 

Le zinc est un oligo-élément indispensable pour la fonction cellulaire. Après chélation avec une substance organique sans charge (comme le méthionate de zinc), le zinc est mieux absorbé, transporté et éliminé.

 

Les formes minérales des sels de zinc (p. ex. ZnCl, ZnSO4) gardent leur charge et sont donc à éviter!

 

Le zinc est intracellulaire présent dans tous les organes, tissus, liquides et sécrétions de l'organisme humain. Les tissus musculaires et osseux contiennent 80% du zinc total (environ 2.5g) chez l'adulte. Le zinc plasmatique ne représente finalement que moins de 1% du zinc total et ce taux diminue sous l'influence de certaines hormones : oestrogènes, progestérone, hormone de croissance, glucocorticoïdes et insuline. Pour ces raisons, nous nous baserons plutôt sur la présence des symptômes révélateurs de carence que sur le dosage plasmatique pour évaluer le statut de zinc d'un individu. E puisque notre organisme ne possède pas de réserve en zinc...

Sommaire :

Les sources naturelles

 

Son rôle dans l'organisme

 

Les déficits

 

La toxicité

 

Quelques précautions

 

Les besoins nutritionnels

 

Côté pratique

Contenu :

Sources naturelles :              

 

 

Sa biodisponibilité est limitée :

 

    • par chélation : oxalates végétaux, caséine et acide phosphorique (dans certains sodas)...

    • par élimination accrue : alcool, diurétiques thiazidiques...

    • par inhibition de l'absorption : suppléments de calcium, de fer (mais pas le fer alimentaire), antiacides tels que MgOH, AlOH...

 

Rôle dans l'organisme :              

Le zinc : intervient dans la mobilisation de la vit A, dans la synthèse d'hormones et dans le contrôle de l'expression génétique :

 

  1.  

    • joue un rôle dans beaucoup de processus biochimiques comme cofacteur enzymatique (associé à la vit B6) e.a. des polymérases dans la synthèse d'ADN et ARN (importance pour la multiplication cellulaire)Allégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées, de l'anhydrase carbonique (pour l'équilibre acido-basique)Allégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées, de la delta-6-désaturase (D6D, une enzyme zincodépendante impliquée dans la conversion d'acides gras oméga3 (ALA) et oméga6 (LA) vers ses dérivés (voir : "Les acides gras essentiels").

 

Le zinc aide l'organisme à éviter des dégâts à l'ADN : même avant que les taux sanguins de zinc montrent une carence, un stress oxydant cellulaire accru et des dégâts à l'ADN indiquent un déficit cellulaire en zinc .

  1.  

    • est un élément important pour l'activité neuronale : en effet, le zinc contribue au développement et au maintien des fonctions cognitivesAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées ; dans la plupart des neurones, le zinc est stocké dans des vésicules synaptiques, associé à des neurotransmetteurs, utiles dans la communication intercellulaire. Normalement le zinc favorise la survie cellulaire et la régénération. Toutefois, son usage reste fortement contrôlé, puisque des taux élevés peuvent nuire et provoquer la mort cellulaire.

 

Une carence en zinc au début du développement neural peut contribuer à l'autisme, e.a. par une plus faible maturation synaptique et par une plus faible formation du circuit neural .

  1.  

    • est indispensable comme cofacteur dans la synthèse de la vit B6, qui, à son tour, est cofacteur dans la synthèse de sérotonine, un neurotransmetteur crucial pour l'humeur (voir : "La dépression") ;

 

 

---> une peroxydation incontrôlée des lipides est responsable d'une formation de radicaux libres, provoquant des lésions de la cellule et pouvant être impliqués dans le développement de maladies cardiovasculaires, du vieillissement prématuré (p. ex. affection du cristallin de l'oeil avec développement d'une cataracte...) et de certains types de cancer (de la prostate et de la peau ?).

 

  1.  

     

    • est indispensable à la spermatogenèse (le liquide séminal est très riche en zinc) : une déficience en zinc dans le sperme est probablement un des facteurs de risque d'infertilité masculine ;

    • joue un rôle dans la synthèse de TSH dans le cerveau, ce qui stimule la production de T3 par la thyroïde : des faibles taux de zinc sont associés à des faibles taux de T3 et à une capacité réduite de conversion de T4 en T3 (nécessitant du sélénium) ;

 

Symptômes caractéristiques : mains et pieds froids, métabolisme lent, cheveux fins...

 

    • intervient dans la biochimie des hydrates de carbone (glycémie) Allégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées :

 

      • le zinc régule la sécrétion d'insuline, protège les cellules E du pancréas contre des facteurs environnementaux (virus, bactéries, produits chimiques, radicaux libres) et exerce une activité insulinique en occupant ces récepteurs et en épargnant ainsi de l'insuline : le zinc et l'insuline sont donc interchangeables

 

      • le zinc modère le besoin obsessionnel de sucrerie lors d'une manifestation hypoglycémique

 

Le zinc présente donc une activité insuline-like. En cas de déficience de zinc, la sécrétion d'insuline doit être compensée par une production supplémentaire d'insuline.

 

    • joue un rôle dans la fonction du thymus et dans la prévention d'allergies parce que le zinc est un puissant stabilisateur de la membrane et agit donc comme antihistaminique en s'opposant à la libération d'histamine par les mastocytes ;

 

    • est essentiel à la maturation des lymphocytes T (immunité)Allégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées et donc indispensable pour une production optimale d'interféron ; la prise de zinc pourrait être utile pour raccourcir la durée d'un rhume, pour traiter des verrues ... ; les suppléments de zinc semblent réduire considérablement la durée des épisodes de rhume, lorsque le zinc est administré dès les premiers symptômes Harri Hemilä ; Zinc Lozenges May Shorten the Duration of Colds: A Systematic Review. Open Respir Med J. 2011; 5: 51–58, published online 2011 June 23. doi: 10.2174/1874306401105010051. ;

 

    • favorise la libération de l'interleukine IL-2, un facteur immunitaire (voir : "Cytokines") qui permet de stimuler les lymphocytes T régulateurs (or la majorité des maladies auto-immunes se caractérisent précisément par une insuffisance en lymphocytes T régulateurs) ;

 

    • intervient également dans la biochimie des protéinesAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées : le zinc joue un rôle clé dans le maintien de son orientation spatiale ;

 

    • est indispensable pour soutenir des taux normaux de testostéroneAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées : une carence en zinc empêche la libération par l'hypophyse des hormones LH et FSH, qui stimulent la production de testostérone ; un déficit en testostérone augmente le risque de cancer de la prostate ;

 

    • est indispensable dans l'activation de différentes hormones (insuline, thymuline, somatomédine C, ...) ;

 

    • est un composant des protéines "zinc finger" ("à doigt de zinc", Acrodermatite entéropathique) des récepteurs intracellulaires spécifiques des hormones stéroïdes (p. ex. cortisol, aldostérone...) ; le zinc est un cofacteur indispensable de multiples enzymes impliquées dans la synthèse des stéroïdes ;

 

    • facilite la fixation des hormones sur son récepteur (p. ex. le b-HCG) ;

 

    • joue e.a. un rôle dans la formation de l'humeur aqueuse, la transformation de rétinol (vit A) en rétinal (précurseur de la rhodopsine, un pigment photosensible dans le cristallin). L'œil contient relativement beaucoup de zinc, surtout dans la rétine et l'uvée ; le zinc est également utilisé dans l'irritation oculaire (2.5mg/ml ZnSO4) et le traitement de DMLA ; le zinc contribue ainsi au maintien d'une vision normaleAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées ;

 

    • joue également un rôle dans la mobilisation de la vit A depuis le foie vers le sérum (cicatrisation)Allégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées et est impliqué dans la coagulation sanguine;

 

    • et le vieillissement : participe à la conservation de l'intégrité de la membrane cellulaire et à certaines fonctions liées partiellement à l'évacuation des radicaux libres (antioxydant)Allégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées ;

 

    • est indispensable à la multiplication des ostéoblastes et à la synthèse du collagène pour maintenir la structure d'une ossatureAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées, des cheveuxAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées, des onglesAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées et d'une peau normauxAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées : son déficit favorise donc à long terme l'ostéoporose ;

 

    • comme antagoniste du cuivre : dans la maladie de Wilson (affection génétique), la fixation du cuivre sur le transporteur est perturbée, entraînant une accumulation du cuivre dans le foie, et ensuite une hépatite... Le foie étant saturé, le cuivre se trouve dans le sang sans sa protéine gardienne. Il va se fixer principalement sur la cornée et dans une région centrale du cerveau, engendrant des effets neurologiques... (traitement : Zn, chélateurs de Cu). Même le développement de la démence ou de la maladie d'Alzheimer pourrait être lié à une intoxication par le cuivre (libre). En administrant du sulfate de zinc, il y a formation de métallothionéines, des protéines capables d'engager des ions métalliques, entraînant une diminution de la concentration du cuivre libre dans le sang et l'urine. Le cuivré fixé sera ensuite éliminé par les selles ;

 

    • chez des personnes anorexiques : 50mg de zinc élémentaire par jour réduirait l'anxiété et la dépression et stimulerait la prise de poids (voir : "L'obésité et l'anorexie, ou la peur maladive de grossir") ; il semble que la présence du zinc est indispensable pour la conversion du pro-NPY vers le NPY. Ce dernier joue un rôle important dans le contrôle de l'appétit (voir : "Entérohormones") ;

 

    • limiter la co-morbidité chez des enfants (> 6m) avec diarrhée ;

 

    • en usage topique :

      • oxyde de zinc : propriétés antiseptique, astringent, barrière mécanique, ... : la pâte à l'oxyde de zinc pour les ulcères de la jambe, ...

      • sulfate de zinc : soigne l'herpès labial (herpes labialis), à appliquer dès les premiers symptômes

      • acétate de zinc : en association avec l'érythromycine/la minocycline dans le traitement de l'acné

 

Il existerait un lien entre des maladies cardiovasculaires et le rapport zinc/cuivre... (voir aussi : cuivre).

 

Déficits :              

Causes :

 

    • une déficience est assez rare : des mécanismes de contrôle efficaces permettent de retarder l'absorption et en particulier l'excrétion intestinale afin de limiter les pertes endogènes jusqu'à < de 0.36mg/jour. Une déficience est éventuellement possible chez le végétarien et chez la personne âgée (qui se nourrit parfois mal) ; également en cas de perte excessive de zinc (diarrhée) ou en présence de malabsorption intestinale (p. ex. dans la malabsorption du fructose).

 

Enfant : 0.5 à 1mg de zinc élémentaire/kg/jour (en 1 à 3 administrations).

Adulte : 25 à 50mg de zinc élémentaire/jour (du gluconate de zinc sous forme de comprimé à sucer).

 

    • la biodisponibilité du zinc dépend de la composition de l'alimentation, étant donné les réactions possibles entre le zinc et les protéines, les fibres, les phytates et les autres minéraux (compétition au niveau de l'absorption intestinale) :

      • l'acide phytique (dans des céréales) freinent l'absorption intestinale du zinc (en cas de régime riche en protéines de céréales et chez des végétariens!)

        • les minéraux Ca et P favorisent cette absorption

      • le fer et les folates : influencent négativement l'absorption du zinc

      • les protéines d'origine animale favorisent l'absorption du zinc : en particulier les acides aminés méthionine et cystéine

      • des doses élevées de calcium perturbent l'absorption de zinc et de fer.

 

    • alcool (l'alcool augmente la perte rénale de zinc), cirrhose du foie (alcoolisme), malabsorption intestinale, affections rénales...;

 

    • acrodermatite entéropathique : affection héréditaire rare, due à une malabsorption de zinc ;

 

    • suppléments de fer et d'acide folique : influencent négativement l'absorption du zinc ;

 

    • différents médicaments (antibiotiques, antiépileptiques, thiazides, IECA, chélateurs, IPP...): influencent négativement l'absorption du zinc ;

 

    • alimentation pauvre en zinc (suite aux circonstances écologiques (Egypte, Iran...)) : chez les enfants souffrant de malnutrition, des suppléments de zinc peuvent stimuler le système immunitaire et prévenir mortalité, co-morbidité et retard de croissance ;

 

    • alimentation parentérale mal équilibrée ou nutrition parentérale prolongée...;

 

    • certaines maladies métaboliques, comme le diabète de type 1 et de type 2, entraînent également une carence ;

Symptômes :

    • manque d'appétit, troubles buccaux (sécheresse buccale, aphtes, boutons de fièvre, glossodynie (Burning mounth syndrome - BMS), perte de goût, changement du goût d'aliments chez l'enfant p. ex. (d'où leur aversion envers certains aliments) ...), fatigue, apathie...

     

    • perturbe la réponse immunitaire, favorise l'inflammation chronique avec la production d'interleukines IL-1b (à l'origine des maladies cardiovasculaires, de la dépression, du diabète et du cancer) .

 

    • peut entraîner un retard de croissance, des troubles cutanés (surtout près des ongles et autour des orifices), des affections cutanées (acné, dermatite séborrhéique, un retard de cicatrisation), de l'anorexie, des complications à l'accouchement, ...

 

    • sa carence augmente la fréquence de phénomènes infectieux (en particulier chez la personne âgée)

 

    • sa carence peut provoquer une fausse-couche Progresos de Obstetricia y Ginecología, Universidad de Grenada (Es)..

Prévention :

    • éviter des aliments "vides" (sucres raffinés, pâtes raffinées, farine raffinée...) : ils entraînent une carence en zinc.

    • supplément de méthionate de zinc : 150mg/jour (= 30mg d'élément de Zn) ou de gluconate de zinc.

 

Toxicité :              

 

Symptômes de surdosage :

 

    • corrosion et inflammation de la membrane muqueuse de la bouche et de la paroi de l'estomac, allant parfois jusqu'à une perforation... Symptômes: douleurs brûlantes au niveau de l'oesophage et de l'estomac, nausées, vomissements, diarrhée, sueurs froides, hypotension, crampes dans les jambes... (donc ne pas administrer à jeun).

 

    • doses > 50mg/jour : effets négatifs sur le métabolisme lipidique, par diminution du cholestérol-HDL/élévation des LDL  et d'une perturbation du rapport zinc-cuivre, entraînant une déficience en cuivre.

 

Précautions :             

 

Chez le patient présentant :

 

    • ?

 

Grossesse/Allaitement :

 

    • aucune anomalie n'a été rapportée avec des doses normales

    • prudence : des suppléments de fer et/ou d'acide folique peuvent réduire l'absorption de zinc avec risque accru de retard de croissance intra-utérine et d'anomalies congénitales chez le foetus

 

Interactions potentielles avec :

 

Médicaments : respecter un intervalle d'au moins 2 heures :

    • la ciprofloxacine ... : son absorption sera réduite

    • les contraceptifs oraux ... : peuvent diminuer les taux sériques du Zinc

    • la pénicillamine ... : son absorption sera réduite

    • les tétracyclines, les quinolones, les AINS : formation de complexes avec une absorption réduite de zinc et vice versa

 

Nutriments :

    • le cuivre : des doses élevées de Zn (100 - 150mg/jour) peuvent réduire l'absorption du cuivre

    • l'acide folique : peut réduire l'absorption du Zn

    • le fer : absorption réduite de fer par voie orale et vice versa

    • ...

 

Eventuels effets indésirables :

 

    • des symptômes d'une toxicité aiguë (> 200mg par jour) sont : douleurs gastro-intestinales, nausées, vomissements, diarrhée, ...

    • l'exposition durant une longue période à des doses de > 50mg entraîne des faibles taux sériques de Cu en de céruloplasmine, neutropénie... et une déficience en fer

    • des doses > 150mg par jour peuvent diminuer les taux sériques de HDL-cholestérol, déprimer la fonction immunitaire et causer une érosion gastrique

 

Maladies de carence :

 

    • système immunitaire affaibli

    • retard de croissance (également des organes sexuels)

    • infertilité

 

Besoins nutritionnels :             

 

Zn - Zinc :

 

Age

AJR (mg)

DJO (mg)

 

 

 

0 - 6 mois

2

 

7 - 12 mois

3

 

1 - 3 ans

4

 

4 - 8 ans

6

 

9 - 13 ans

9

 

14 - 18 ans  H

11

 

                     F

9

 

Adulte          H

11

15-50

                     F

8

 

+ 70 ans      H

11

 

                     F

8

 

Grossesse

11 - 12

 

Allaitement

14

 

Autres :

-

 

 

 

 

 

 

AJR : Apports Journaliers Recommandés (Source : Recommandations nutritionnelles pour la Belgique - Conseil supérieur de la santé)

 

DJO : Dose Journalière Orthomoléculaire.

 

 

Côté pratique :              

 

En ce qui concerne l'utilisation préventive du zinc, le Consel supérieur de la santé est clair : les personnes présentant un risque élevé d'infection par le covid-19, par exemple, peuvent recevoir un supplément à doses modérées (10 mg de Zn/jour) à titre préventif pendant 3 à 4 semaines.

 

Dose moyenne journalière dans les suppléments alimentaires : 5 - 100mg de zinc élémentaire (max. 25mg/jour dans le traitement à long terme).

Dose toxique journalière : ? (présente un effet émétique au-delà de 200mg/j).

 

50mg de zinc élémentaire =

      • 168mg d'acétate de zinc dihydraté

      • 104mg de chlorure de zinc

      • 240mg de monométhionine de zinc

      • 348mg de gluconate de zinc

      • 220mg de sulfate de zinc

      • 287mg d'orotate de zinc

      • 314mg d'orotate de zinc dihydraté

 

    • les formes minérales de zinc (sulfate de zinc, oxyde de zinc, ...) ne sont pas reconnues comme nutriment par l'organisme ; elles peuvent provoquer de la diarrhée, à considérer comme réaction de détoxication de l'organisme ;

    • le formes organiques telles que le citrate ou l'acétate de zinc sont très efficaces grâce à un excellent passage gastro-intestinal et absorption cellulaire (administrer de préférence après le repas) ; le zinc sous forme chélatée avec un acide aminé (comme dans la monométhionine de zinc) ne forme pas de sels avec l'acide phytique présent dans les céréales non-raffinées et dans les produits à base de soja ;

    • des ajouts d'acides citrique ou tartrique diminuent l'efficacité du zinc par chélation ; espacer donc les agrumes et les boissons à base d'agrumes 1 heure avant ou 1 heure après la prise du zinc ;

    • associer le zinc avec de la vit C et de la vit A : enfin de renforcer le système immunitaire ;

    • séparer la prise de Zn et celle de Fe et de vitamine B9: risque d'interférence (perturbation de leur absorption) ;

    • attention : des suppléments de zinc peuvent provoquer des vomissements.

 

En cas de rhume :

    • des suppléments suffisamment dosés : l'administration de 9.5mg/j (homme) et de 7mg/j (femme) sont recommandés

    • durée d'administration du zinc : max. 1 semaine

 

Tester une éventuelle carence en Zn :

    • par analyse sanguine

    • à l'aide d'une solution au sulfate de zinc (Zinc Tally° de Metagenics) : cette solution présente un très mauvais goût et odeur (oeufs pourris) pour la personne présentant des niveaux normaux de zinc; toutefois, en cas de déficit en zinc, le goût et l'odeur de cette solution ne sont pas considérés comme répugnants.

 

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2024, Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 27-mai-24                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.