Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Les troubles de la vue

 

Dernière mise à jour : 2022.7.22

 

 

Grâce à la sensibilité à la lumière (= ondes électromagnétiques dans un spectre bien précis de fréquences), nous pouvons voir. Nous voyons la matière parce que ses atomes émettent ou absorbent la lumière. Ou encore plus simple : ce sont les charges électriques des électrons, qui circulent autour les atomes qui constituent la matière, qui permettent notre vue.

 

La vision humaine est un phénomène complexe qui permet de définir les couleurs, les contrastes, les formes, pour se situer dans l'espace, etc... Elle est liée aux autres fonctions sensorielles (l'ouïe...) mais aussi à la posture et à l'équilibre du corps.

 

Malmenés par la lumière, la pollution, les variations climatiques ou le vieillissement nos yeux sont sans cesse mis à rude épreuve. Baisse de l'acuité visuelle, sensibilité à la lumière, yeux secs, mauvaise vision, cataracte, dégénérescence maculaire, rétinopathie diabétique... avec les années, notre vue change laissant apparaître certains troubles ou maladies plus ou moins sévères.

 

Sommaire :

 

Les troubles oculaires les plus fréquents

 

Les maladies oculaires les plus fréquentes

 

Côté pratique

 

Contenu :

Les troubles oculaires les plus fréquents :             Top

 

Les yeux rouges :

 

 

Les yeux secs :

 

 

La surproduction des larmes :

 

 

La presbytie :

 

 

La myopie :

 

  1.  

    1. Une étude récente montre que la consommation excessive de sucres pourrait être à l'origine de la myopie chez des jeunes adolescents . En effet, des excès de sucres entraîneront une résistance à l'insuline et une hyperinsulinémie. Des taux élevés d'insuline pourraient perturber le développement du globe oculaire ainsi que la coordination entre son longueur et la croissance du cristallin.

  2.  

 

La cataracte :

 

 

A l'agression d'une lumière intense répond le réflexe d'aversion qui fait fermer les paupières et détourner le regard. A l'agression par le UV, la cornée répond par une sensation de sable ou de corps étranger (kératite). Seul le rayonnement UVA pénètre jusqu'au cristallin qui l'absorbe. Ce rayonnement sera responsable à long terme de la cataracte (opacification du cristallin), cause la plus fréquente de la perte de vision chez les sujets âgés (l'autre cause majeure de cécité est la DMLA : voir plus bas).

 

L'administration d' ISRS (antidépresseurs) a été mise en relation avec le développement de la cataracte .

Qui plus est, l'administration de statines pourrait élever le risque de cataracte de 27%... .

 

 

 

 

Les maladies oculaires les plus fréquentes :             Top

 

Le glaucome :

 

 

La rétinopathie diabétique :

 

 

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) :

 

 

C'est un phénomène où l'âge est important, mais aussi les habitudes alimentaires : trop de graisses, trop de sucre et de sel, et surtout pas assez de fruits et légumes. Comme une pomme pelée brunit ou le métal est attaqué par la rouille, l'oxydation use nos organes. Parmi les oxydants figurent les radicaux libres (RL), dont une partie est produite par l'organisme durant le métabolisme mais également sous l'influence de sources extérieures (tabac, alcool, pollution, UV). L'organisme dispose certes d'antioxydants, présents dans l'alimentation. Mais avec l'âge, on accumule les dommages  causés par les RL, très présents dans l'oeil et favorisant l'apparition du cataracte et de la DMLA. Une alimentation riche en antioxydants s'avère donc utile : légumes, fruits, céréales complètes, oléagineux (noix, amandes, ...), .... A côté des antioxydants, certaines substances spécifiques jouent un rôle capital : la vit B2 (riboflavine) qui dope les enzymes qui préservent les yeux de la formation de la cataracte, les flavonoïdes (en particulier dans les fruits rouges), le lycopène (tomate, pamplemousse rose, pastèque) qui sont des bons protecteurs de l'oeil.

 

Le développement de la DMLA pourrait être favoriser par des macrophages. En effet, cette catégorie de cellules immunitaires joue un rôle important dans l'élimination du cholestérol de l'oeil (le cholestérol est une graisse impliquée dans beaucoup de processus biochimiques). Toutefois, elles deviennent moins performantes avec l'âge, favorisant ainsi la formation de dépôts de graisses qui entretiennent un foyer inflammatoire. Ce dernier favorise le développement de vaisseaux anormaux sous la rétine, responsables de altérations sévères de la vision centrale .

 

Une activité physique régulière en aérobie retarderait le développement de troubles visuels tels que la DMLA .

 

 

      • la DM sèche ou atrophique : la forme la plus fréquente (jusqu'à 90% des cas) et la moins grave mais plus difficile à traiter.

        • cette forme est due à l'occlusion partielle ou complète des vaisseaux sanguins de la rétine et de la choroïde (la membrane vasculaire entourant l'oeil) ; asséchés, ils s'atrophient, la macula se distend, se pigmente (des particules jaunâtres, appelées "druses" se déposent) et n'est plus capable de capturer des images correctement : l'oeil développe une sorte de point brouillé au milieu.

        • cette forme est d'évolution lente.

 

      • la DM humide ou exsudative :

        • moins fréquente mais accompagnée d'une perte de la vision beaucoup plus importante! (environ 70% des personnes atteintes de DMLA humide sont considérées comme étant aveugles au sens légal du terme).

        • cette forme humide est due à la prolifération des vaisseaux sanguins anormaux sous la macula qui provoquent des hémorragies ; il s'ensuit un soulèvement de la macula et la formation d'un tissu cicatriciel responsable de la perte de la vision centrale.

        • elle entraîne une altération de la vue plus grave et plus rapide

 

 

 

Côté pratique :             Top

 

La prévention passe par :

 

 

 

L'alimentation équilibrée/suppléments alimentaires :

 

 

      • vitamine A, C, E et sélénium : interviennent dans

        • la prévention de l'opacification du cristallin (cataracte)

        • l'amélioration de l'acuité visuelle diurne et nocturne

        • la lutte contre l'oxydation et le dépôt de lipides sur la rétine (DMLA)

 

      • pigments anthocyanes (couleur violette) :

        • antioxydants de la famille des flavonoïdes (voir : "Polyphénols")

        • présents dans myrtilles, cassis, canneberge

        • stimulent la production de rhodopsine, substance essentielle à la vision nocturne et à l'adaptation à la lumière vive

        • renforcent la résistance des vaisseaux sanguins : mieux irrigué, l'oeil est donc mieux approvisionné en micronutriments essentiels

 

      • la L-carnosine protège l'oeil des dommages induits par la lumière.

 

 

 

      • la lutéine (6mg/j) et la zéaxanthine diminuent le risque de cataracte et de DMLA considérablement & :

        • concentrés au niveau de la rétine, ces caroténoïdes absorbent les radiations lumineuses bleues, les plus nocives : plus l'alimentation apporte de fortes quantités de ces caroténoïdes, plus le pigment maculaire gagne en densité et mieux les radiations sont absorbées.

        • présentes dans le chou vert, les épinards, brocoli, ...

 

      • l'astaxanthine, un antioxydant puissant, est le pigment rouge qui colore les crustacés et certains poissons (saumon "sauvage") ; ce pigment pourrait être très utile contre les dommages induits par l'exposition aux rayons UV. En effet, contrairement au béta-carotène et lycopène, l'astaxanthine passe la barrière hémato-encéphalique et la barrière hémato-rétinienne : cette capacité permet de mieux protéger les yeux, la peau, le cerveau et le système nerveux, entraînant un moindre risque de coups de soleil/vieillissement de la peau (dégradation du collagène, rides, lentigos (taches brunes qui se développent avec l'âge), ...), cataracte, de dégénérescence maculaire, de cécité, de démence et d'Alzheimer.

 

Note :

La forme naturelle de l'astaxanthine possède des propriétés antioxydantes 20x plus puissantes que sa forme synthétique. En outre, le saumon sauvage contient une concentration d'astaxanthine "naturelle" 400x supérieure que le saumon d'élevage. Qui plus est, le saumon sauvage possède des taux nettement plus élevés d'acides gras oméga3...

 

      • le béta-carotène : contre les radicaux libres au niveau de la rétine.

        • attention : chez le fumeur, le béta-carotène seul à haute dose pourrait favoriser le développement de cancers.

 

 

 

      • les cellules rétiniennes sont très riches en acides gras de type oméga3, que l'organisme ne sait pas synthétiser :

        • l'apport alimentaire optimal en acides gras oméga3 est essentiel au développement optimal de la vue.

        • étant donné leurs propriétés anti-inflammatoires, les oméga3 luttent contre la sécheresse oculaire.

        • les oméga3 (en particulier le DHA) contribuent au maintien d'une vision normale et semblent également protéger de la dégénérescence maculaire .

 

      • c'est plutôt l'équilibre en oméga3/oméga6 qui est important :

        • les oméga6 en excès ont tendance à avoir des effets délétères et à empêcher l'utilisation optimale des oméga3 par l'organisme.

        • limiter donc l'utilisation de l'huile de tournesol (oméga6) et opter plutôt pour des huiles de colza ou de soja.

 

 

      • la concentration en zinc de la rétine est élevée.

 

      • c'est un cofacteur de l'enzyme nécessaire au métabolisme des pigments visuels ainsi que de celles qui interviennent dans le captage des radicaux libres.

 

 

      • Euphrasia officinarum (Euphrasie) : contient des tannins qui diminuent la stimulation de la conjonctive afin de réduire les risques de rougeurs (fatigue, fumée, pollution...), de larmes excessives et de démangeaisons.

 

      • L'huile de palme rouge est riche en vitamine E, en acides gras mono-insaturés et contient également un complexe de carotènes utile dans la prévention du vieillissement, contre les agressions des radicaux libres et dans la prévention des maladies liées à la civilisation... ;

        • l'huile de palme rouge peut être utilisée en cuisine et peut être chauffée.

        • l'huile de palme rouge contient 10x plus de carotènes que les carottes et 30x plus que les tomates!

        • l'huile de palme rouge est l'huile le plus riche en tocotriénols, une forme de vitamine E stockée e.a. dans la peau et les yeux comme protection contre le vieillissement et les effets négatifs des rayons solaires.

 

 

Lire aussi : "Le nutribilan".

 

 

Top

 

 ZOELHO (c) 2006 - 2022, Paul Van Herzele PharmD             Dernière version : 19-Sept-2022                

Disclaimer