Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Le stress oxydant

 

Top

 

La production des radicaux libres est liée à des processus naturels d'oxydation : des radicaux libres sont très utiles pour l'organisme! Sa production physiologique est parfaitement en équilibre grâce aux systèmes de défense, adaptables aux taux de radicaux libres disponibles.

Sommaire :

Les radicaux libres

 

Les radicaux libres les plus importants

 

L'origine des radicaux libres

 

Les mécanismes de contrôle

 

Les systèmes de défense antioxydant

 

Côté pratique

Contenu :

         Top

Les radicaux libres

 

Les radicaux libres (ou oxydants) sont des petites molécules comportant au moins un atome d'oxygène et dont la structure électronique est déséquilibrée (électron célibataire). Libres parce qu'il leur manque un électron. Ils sont très instables, ce qui leur confère une grande réactivité sur les constituants de l'organisme (y compris l'ADN) avec lesquels ils vont échanger un électron pour en faire à leur tour des composés radicalaires, dotés de propriétés voisines.

 

Les phénomènes radicalaires sont omniprésents dans notre vie et notre métabolisme. Ils se forment d'une façon inévitable en parallèle au métabolisme énergétique et par une multitude d'autres voies.

 

Les radicaux libres sont même cruciaux pour le bon fonctionnement de certaines enzymes, ils aident dans la traduction des signaux cellulaires, ils interviennent dans la défense immunitaire de l'organisme contre des substances étrangères, et dans la destruction par apoptose des cellules tumorales, dans le cycle cellulaire.

 

Néanmoins, leur production peut dégénérer. L'organisme devra se protéger contre cet excès de radicaux libres à l'aide de différents systèmes antioxydants.

 

Normalement, la balance antioxydants/pro-oxydants est en parfait équilibre (homéostasie): il y a un équilibre stable entre la formation (respiration, stress...) et l'élimination des radicaux libres. Seul cet état d'équilibre procure un effet bénéfique des radicaux libres sur les cellules. En effet, en parallèle avec des oxydations qui dégradent des constituants pour produire de l'énergie, l'action des radicaux libres stimule les mécanismes de réparation et de détoxification cellulaire.

 

En cas de surproduction de radicaux libres ou de manque d'antioxydants, un excès de radicaux libres se manifeste, appelé  : le stress oxydant.

 

Le stress est donc un oxydant!

 

Une surproduction de radicaux libres peut être provoquée par :

 

 

Un excès de radicaux libres ne provoque pas seulement des dégâts directs à des molécules biologiques (oxydation d'ADN, de protéines, de graisses et de glucides) mais également des dommages secondaires causés par les propriétés cytotoxiques et mutagènes des métabolites produits lors l'oxydation en chaîne des lipides poly-insaturées en particulier (peroxydation lipidique).

 

L'oxygène biradicalaire (l'anion superoxyde) est 7 à 8 x plus facilement soluble dans un milieu non polaire (hydrophobe) tel que les bicouches lipidiques membranaires riches en acides gras. Cela peut entraîner une auto-oxydation des composants membranaires tels que CoQ10, AGPI, protéines soufrées en formant des produits d'oxydation lipidique, de liens croisés (cross-linking), de détérioration tissulaire, de taches de lipofusine... (voir aussi : "Glycation").

 

Les radicaux libres sont impatiemment à la recherche d'électrons qu'ils captent sur des substances moins réactives possédant des électrons faiblement liés (p. ex. les électrons des doubles liaisons des hydrates de carbone, des acides gras poly-insaturés (AGPI).

 

Dans certains cas, l'organisme formera des anticorps contre ces métabolites anormaux, même des auto-anticorps, s'il s'agit des métabolites de substances propres.

 

Attention : des exercices physiques (travaux, sport) libèrent plus de radicaux libres et demandent donc des apports plus élevés d'antioxydants.

 

         Top

Les radicaux libres les plus importants formés dans l'organisme :

 

 

Les dérivés suivants de l'oxygène ne sont pas de vrais radicaux libres, mais plutôt des précurseurs, présentant néanmoins une certaine réactivité :

 

      • l'oxygène singulet : -O2

      • le peroxyde d'hydrogène : H2O2

      • le peroxyde de nitroperoxyde : ONOOH

 

 

Note : l'anion superoxyde et  le radical monoxyde d'azote ne sont au fond pas si réactifs et sont utilisés par l'organisme dans la régulation de certaines fonctions biologiques telles que la vasodilatation capillaire, la prolifération cellulaire ou comme messager des neurones.

 

         Top

L'origine des radicaux libres :

 

1. Les fuites d'oxygène : l'organisme puise son énergie dans la combustion des glucides et des graisses qui, via le cycle de l'acide citrique, la chaîne respiratoire et la phosphorylation oxydative, sont transformés en ATP ...

 

Résultat : 4H+ + O2 +  4e-   ---> 2 H2O + énergie pour la conversion ADP + P ---> ATP + Pi

 

Suite à des pertes, certaines enzymes, actives dans la chaîne respiratoire, peuvent entrer en contact avec l'oxygène. Ces dysfonctionnements induisent la production de l'anion superoxyde. Normalement, cette production est plutôt limitée, mais en cas de respiration intense (efforts physiques, hyperoxie...), de réactions inflammatoires (effet du FNT alpha) ou d'apports alimentaires insuffisants (p.ex. l'ubiquinone, souvent diminué chez la personne âgée), la production de l'anion superoxyde peut dégénérer.

 

En particulier les réactions inflammatoires sont génératrices de radicaux d'oxygène.

 

D'autre part, les phagocytes peuvent normalement, via le complexe de la NADPH oxydase (NOX), générer des anions superoxyde au niveau de la membrane cellulaire. Ce mécanisme est très important dans la lutte contre l'infection puisqu'elle autorise la phagocytose des bactéries et des corps étrangers. Lors de la phagocytose d'une bactérie, le métabolisme d'oxygène des neutrophiles est augmenté d'un facteur 50! La glycolyse et la voie des pentoses phosphates s'intensifient également. Lors de cette activité accrue, des puissants oxydants toxiques sont formés, qui peuvent agir comme bactéricides endogènes.

 

Ce mécanisme est contrôlé avec l'aide de : béta-carotène, taurine et complexe de la vitamine E.

 

NADPH + H+ + 2O2     --->   2O2- + NADP + 2H+ : régularisation avec le béta-carotène

2O2- + 2H+   ---> via la superoxyde dismutase (SOD)   --->   H2O2 + -O2

H2O2 + Cl-  (présent dans les neutrophiles)   --->  via la myéloperoxyde  --->  OCl- + H2O : régularisation avec la taurine

OCl- + O2- + H+   ---> OH + O2 + Cl- : régularisation via le complexe de la vitamine E

Le OCl- peut être remplacé par :

 

ou    H2O2 + OCl-    --->   -O2  + Cl-  + H2O

 

ou    H2N-CH2-CH2-SO3H (taurine) + OCl-    --->   H2N-CH2-CH2-SO3Cl- + H2O

 

 

2. Réactions d'oxydo-réduction : elles provoquent l'oxydation de molécules dans l'organisme (p. ex. la peroxydation lipidique). Ces réactions se déroulent souvent spontanément, bien qu'elles puissent être influencées par des facteurs externes (fumée de cigarettes, alcool, médicaments) qui interagissent avec le système cytochromique P450... L'oxygène peut également réagir avec les électrons produits lors de la détoxication de l'organisme par les cytochromes P450, lors de l'élimination des xénobiotiques, toxines ou composés peroxydés.

 

 

3. Métaux toxiques, tels que des particules respirées de silicium et d'amiante, sont également une source de radicaux libres (réaction de Fenton). Même les métaux tels que le Cu et le Fe y contribuent.  Lors d'un traitement de détoxication, la taurine peut former avec ces métaux des complexes qui sont ensuite éliminés.

 

 

4. Autres causes : rayons solaires, stress, acides gras poly-insaturés  (AGPI, qui ont des liaisons doubles via des électrons faiblement liés), gras rancis, exercice intense, traumatismes physiques, vieillissement, allergies, mais aussi : agents de conservation, chlore (piscine), excès d'alcool, excès de fer, fumée de cigarettes, polluants environnementaux (pesticides, insecticides, peintures, solvants, gaz d'échappement, radiations...).

 

         Top

Les mécanismes cellulaires de contrôle des radicaux libres :

 

Les cellules combinent différentes stratégies antioxydantes qui demandent beaucoup d'énergie.

 

 

1. Neutralisation :

 

Certains agents alimentaires aux propriétés antioxydantes telles que les vitamines E, C, Q10 (ubiquinol) ainsi que les caroténoïdes, les bioflavonoïdes se présentent comme capteur d'électrons libres, en formant un ion stable. La vitamine elle-même devient à ce moment un radical (ou un pro-oxydant), qui doit être détruit ou régénéré via un autre système.

 

De cette manière, la vitamine E est régénérée par la vitamine C, qui à son tour est régénérée par des enzymes, les ascorbate réductases. Ce type d'antioxydant est appelé piégeur des radicaux (scavenger). Des substances d'origine endogène telles que le glutathion sont également des piégeurs des radicaux.

 

Le rapport ubiquinol/ubiquinone est utilisé pour déterminer le degré de stress oxydant dans l'organisme.

 

 

2. Capture directe des radicaux oxygénés libres :

 

Cette stratégie complémentaire utilise des enzymes pour détruire les peroxydes et superoxydes formés.

 

      • la superoxyde dismutase (SOD) (voir plus haut) : cette réaction est catalysée par un métal : avec le manganèse (la MnSOD au niveau des mitochondries), avec un complexe cuivre-zinc (la cCu-ZnSOD au niveau du cytosol, la ecCu-ZnSOD au niveau de la membrane des cellules endothéliales,  la pCu-ZnSOD dans le plasma).

 

      • la catalase avec comme cofacteur le Fe (dans le sang et le foie) : peut convertir les peroxydes en H2O.

 

      • la glutathion peroxydase avec comme cofacteur le Se (au niveau du cytosol, de la membrane cellulaire et des cellules digestives) : peuvent détruire le peroxyde d'hydrogène (conversion en eau), ainsi que les peroxydes organiques, formés lors de l'oxydation des acides gras ou de cholestérol. Le GSH sera transformé en GSSH (GSH oxydé) qui à son tour sera réduite par l'intermédiaire de la glutathion réductase et en présence de la vit B1, en GSH (à l'aide de NADPH récupérable par la voie des pentoses phosphates (PPP-shunt)).

 

Des taux sanguins accrus de la GSH montrent un état de stress oxydant. Tandis que des taux sanguins plus faibles indiquent un état d'épuisement (burn-out) ou un système enzymatique défaillant.

 

      • le diméthylsulfoxyde (DMSO) : réduit le radical hydroxyle.

 

 

      • l'ail (contient aussi du Se).

 

L'importance d'un apport suffisant de cofacteurs via l'alimentation ou via des suppléments est évidente.

 

         Top

Les systèmes de défense antioxydant :

 

 

 

      • vit E ox  ---> réd  ---> vit E réd via Vit C réd ---> ox  ---> vit C ox

 

        • Vit C ox ---> réd  ---> vit C réd via GSH (ou acide lipoïque)  ---> ox avec la GSH peroxydase + Se  ---> GSSH

 

          • GSSH ---> NADPH (de la voie des pentoses), la GSH réductase, biotine  ---> GSH via NADPH ---> NADP+

 

 

 

 

vitamine A ---> O2 ---> vit A   

 

 

 

(en cas de manque de GSH : via Q10 (ou acide lipoïque)  ---> ox  ---> Q10 ox)

 

      • GSSH ---> NADPH, GSH réductase, biotine  ---> GSH via NADPH ---> ox  ---> NADP+

 

 

 

Voir aussi les lignes de défenses antioxydantes de l'organisme dans : "Les antioxydants"!

 

Note :

 

Vit C réduite = le dihydroascorbate

 

La glutathion peroxydase : cofacteur Se ; le GSH : à base des acides aminés Glu, Cys, Gly

 

La Thiamine pyrophosphate (TPP) : avec la thiamine (vit B1) comme précurseur

 

La NADP : la nicotinamide adénosine dinucléotide phosphate avec la niacine (vit B3) comme précurseur

 

 

         Top

Côté pratique :

 

L'étude épidémiologique SUVIMAX, réalisée en France sur 13.735 adultes pendant 8 ans, démontre qu'il est conseillé de suppléer par une alimentation appropriée et/ou des compléments alimentaires. Le groupe ayant reçu des apports nutritionnels en antioxydants a développé nettement moins de pathologies dites dégénératives que le groupe placebo. Selon de nombreuses études, la neutralisation des radicaux libres permet de prévenir l'apparition des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d'autres troubles liés au vieillissement.

 

Vitamines, oligo-éléments, caroténoides, flavonoïdes, polyphénols... les antioxydants sont nombreux, et chacun a sa spécificité : p. ex. la vitamine C ne peut pas réagir avec un peroxyde lipidique, un flavonoïde ne réagira pas avec un oxygène singulet (-O2).

 

Les antioxydants agissent ensemble, en synergie : donner un antioxydant seul à forte dose va perturber ce réseau. De plus, des rapports entre certains antioxydants doivent être respectés (p.ex. entre le cuivre et le zinc).

 

Le principaux bienfaits des antioxydants sont :

 

 

Les antioxydants auxquels notre organisme peut faire appel ont 2 origines :

 

 

Bien que les aliments d'origine animale contiennent également des antioxydants, les aliments les plus riches en antioxydants sont d'origine végétale (fruits, légumes, café, thé, épices...). La quantité qu'ils contiennent dépend de facteurs liés aux conditions de culture (climat, type de sol...), au processus de conservation (atmosphère modifiée ou pas) et à la façon de consommer (cru ou cuit, épluché ou non...).

 

En général :

      • l'atmosphère modifiée peut diminuer la quantité de certains antioxydants et en augmenter d'autres.

      • les aliments crus sont plus riches en antioxydants, mais il y a des exceptions (la tomate dans le ketchup très riche en lycopène...).

 

Si on veut s'assurer d'un apport suffisant, il est recommandé de consommer au moins 5 portions de fruits et légumes par jour.

 

Si l'oxydation peut avoir pour conséquence le vieillissement et le décès des cellules, on pourrait dire qu'un apport important d'antioxydants aura une action de rajeunissement. Toutefois, il a été démontré qu'un excès (p. ex. avec des compléments alimentaires) peut avoir l'effet tout à fait inverse et un antioxydant se transformer en pro-oxydant (un radical!)!

 

Mieux vaut donc s'en tenir aux apports provenant d'une alimentation équilibrée et variée, riche en fruits et légumes, qui, en même temps, apporteront les autres nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme.

 

Les doses nutritionnelles ne sont cependant pas toujours faciles à obtenir via les seuls aliments : elles nécessitent une alimentation très soignée! (lire aussi : "Le régime méditerranéen").

 

 

Top

 

 ZOELHO (c) 2006 - 2021, Paul Van Herzele PharmD             Dernière mise à jour : 27-Juin-2021                

Disclaimer