Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

La réponse inflammatoire

 

Dernière mise à jour : 2023-08-08

 

 

Une réponse inflammatoire locale (ou de type 1) est la réponse des tissus à la blessure. C'est une réaction de défense rapide mais peu spécifique, sans mise en mémoire, dirigée contre toutes les agressions, infectieuses ou non. Elle a pour objet de diriger les molécules sériques et les cellules du système immunitaires vers la site de la lésion tissulaire.

 

---> il n'y a pas d'augmentation d'intensité lors d'un nouveau contact.

 

L'inflammation même est une réaction au niveau des tissus irrigués, autorisant l'accumulation du plasma et des cellules spécialisées au site de l'inflammation.

 

Avec une réponse inflammatoire, l'organisme essaie d'éliminer des toxines. La réaction inflammatoire, comme la fièvre, est un mécanisme de défense naturel. Elle ne représente pas le problème, mais la conséquence d'un problème sous-jacent. En créant une inflammation, l'organisme tend à résoudre ce problème. Les médicaments anti-inflammatoires ne forment donc pas la solution, bien qu'ils peuvent en faire partie.

 

---> la réponse inflammatoire est une réaction naturelle et indispensable : aucune guérison sans inflammation!

 

 

Par contre, lorsque l'inflammation persiste, elle nuit! Des états inflammatoires systémiques soutenus (activation permanente du système immunitaire, = de type 2) sont source de beaucoup de maladies telles que : cancer, obésité, maladies cardiaques, asthme, allergie, maladies auto-immunes et de la plupart des autres maladies selon l'organe impliqué. Ils entraînent le syndrome de libération de cytokines, un ensemble de troubles comportementaux typiques. Ces états inflammatoires ont été mis en relation avec l'ingestion de : médicaments, additifs alimentaires ( (émulsifiants et stabilisateurs, colorants, agents conservateurs et aromatisants...), des grosses molécules d'origine alimentaire (des protéines comme le gluten), fluorures, iodures, antibiotiques, sulfites..., d'huiles riches en acides gras oméga6 (mais, soja, pépins de raisin, tournesol, germes de blé...) mais aussi avec des dents dévitalisées, une infection (toutes les maladies en "-ite")...

 

Il suffit d’avoir les gencives un peu enflammées, et du tartre. Si vous avez trop de tartre sur les dents, cela crée des petites poches autour des racines des dents, inaccessibles à une brosse à dents. Ces trappes ouvertes vers l’ensemble du corps, on l’appelle parodontite. Elles permettent aux bactéries de pénétrer dans votre sang et de faire le grand tour de votre corps, décidant de s’installer là où elles se sentent bien... c’est-à-dire là où vous avez une faiblesse.

La parodontite (même chez l'enfant) provoque ainsi un risque accru d’obésité, de diabète, d'Alzheimer, de maladie de Parkinson... et même d’infarctus du myocarde . 

 

Note :

Le terme "Chronique" fait sous-entendre que l'état inflammatoire s'entretient lui-même, il devient "chronique". On pourrait le remplacer par "soutenu" : un état inflammatoire constamment "soutenu". Il s'agit en effet d'un état inflammatoire prolongé qui est soutenu par des facteurs maîtrisables et modulables (excès de sucres (en particulier le fructose), manque d'exercices physiques, carence en nutriments, toxines, infections, dysbiose, dysfonction mitochondriale...), et qui ne peut donc pas être traité uniquement avec des médicaments anti-inflammatoires (AINS, corticoïdes) mais p. ex. aussi avec des régimes pauvres en glucides tel que le régime cétogène dont l'efficacité a été prouvée dans le traitement de maladies telles que : maladies auto-immunes, diabète de type 2, hypertension, épilepsie...

 

Sommaire :

 

L'inflammation de bas grade (silencieuse)/ systémique

 

La réponse inflammatoire aiguë

 

La réponse tissulaire anti-inflammatoire

 

Les médiateurs et les régulateurs de l'inflammation

 

à partir des acides gras poly-insaturés n-6

 

à partir des acides gras poly-insaturés n-3

 

La relation entre la réaction inflammatoire et la réponse immunitaire

 

La relation entre l'inflammation chronique et le développement de certaines maladies

 

Côté pratique

 

Contenu :

 

         

L'inflammation de bas grade (silencieuse) / systémique :

 

Dans nos intestins, il existe à tout moment une "inflammation de bas grade" (IBG), ou à bas bruit (= silencieuse) comme un bruit inflammatoire utile. Grâce à cet état, l'organisme est prêt à combattre toute situation et à mobiliser au plus vite le système immunitaire si nécessaire. Cet état inflammatoire doit donc être en équilibre constant et est auto-entre-tenu.

 

Comme les pro-oxydants et la formation de radicaux libres, les inflammations de bas grade peuvent être néfastes pour notre organisme. Mais ces deux processus assurent également la survie de l'organisme grâce à des mécanismes d'adaptation : en effet, les oxydations détruisent parasites, agents toxiques, déchets et cellules cancéreuses, tandis que les inflammations tissulaires permettront à l'organisme de mieux fonctionner. Toutefois, lorsque ces deux mécanismes dégénèrent, l'organisme devient de plus en plus malade, pour finalement mourir.

 

Toutefois, lorsqu'un déséquilibre apparaît (une réponse inflammatoire causée par un changement dans la flore intestinale avec p. ex. des bactéries pathogènes dont Staphylococcus aureus et E. coli qui stimulent la production de cytokines inflammatoires par la masse adipeuse), une inflammation de bas grade systémique (IBGS) s'installe et entraîne le développement de diverses pathologies telles que obésité, diabète de type 2, troubles articulaires, maladies auto-immunes (rhumatisme...), athérosclérose, vieillissement prématuré, ostéoporose...

 

Une inflammation systémique de bas grade modérée mais chronique (IBGSC) se trouve impliquée dans de nombreuses maladies cardiovasculaires et métaboliques (maladies de civilisation!). Une inflammation dite métabolique caractérise e.a. la personne diabétique obèse.

 

IBG > IBGS > IBGSC > Maladies

 

* En cas de détérioration cellulaire, les macrophages (système immunitaire inné, logées dans la rate, les reins et le sang) rentrent en contact avec des morceaux d'ADN, d'ARN et avec d'autres signaux de danger (appelés également "motifs moléculaires associés aux dégâts cellulaires" ou "Damage-associated molecular pattern molecules" (DAMPs)). Le contact des macrophages avec ces DAMPs lance 2 processus cellulaires distincts : la première route accélère la production des molécules nécessaires à l'initiation de l'inflammation et la deuxième route forme l'inflammasome. Cet inflammasome active brièvement la cascade inflammatoire : les molécules inflammatoires fraîchement produites (en particulier les IL-1béta et IL-18), qui sont ensuite libérées par le macrophage. Ces molécules de signalisation (cytokines) se dispersent dans les tissus et entraînent la production d'autres cytokines (cascade). Ces dernières stimulent la circulation sanguine locale, le recrutement d'autres cellules immunitaires et une série de modifications qui forment ensemble la réaction inflammatoire. En particulier les signaux d'intrusion (microbes!) et de danger (en cas de détérioration tissulaire) incitent à la formation d'inflammasomes.

 

A côté des macrophages pro-inflammatoires et immunostimulantes (macrophages M1), d'autres macrophages jouent un rôle anti-inflammatoire et apaisant sur la réponse immunitaire, aussi en libérant des cytokines (macrofages M2). La différence entre ces deux types s'exprime dans leur métabolisme : les macrophages M1 métabolisent l'arginine en une molécule "killer", le NO, tandis que les macrophages M2 la transforment en ornithine, une molécule réparatrice.

 

Le bicarbonate de soude (NaHCO3), ingéré juste avant un repas, stimulera la production d'acides au niveau de l'estomac et des intestins, favorisant ainsi la digestion, en tuant des cellules pathogènes. Pour la rate, cette augmentation d'acidité serait le signal d'apaiser la réaction immunitaire pendant la digestion du repas. En effet, on voit que les macrophages M1, qui promeuvent l'inflammation, se transforment en macrophages M2 qui réduisent l'inflammation. En diminuant l'acidité, le bicarbonate de soude freine le développement de l'inflammation et de la réaction immunitaire .

 

* D'autres cellules immunitaires peuvent aussi produire des inflammasomes. Certaines cellules intestinales produisent des inflammasomes qui libèrent des cytokines qui fabriquent des muqueuses lorsque elles rentrent en contact avec des signaux de danger ou d'intrusion. Qui plus est, des études montrent que des acides gras saturés, une consommation excessive d'hydrates de carbone et d'autres produits dans l'alimentation/digestion (gluten?) peuvent être considérés comme signaux de danger. Une suralimentation provoque ainsi un état inflammatoire (et ensuite obésité et stéatose hépatique), tandis que la sous-nutrition, le jeûne, les exercices physiques... induisent une action anti-inflammatoire. En effet, l'interaction entre des molécules ainsi formées (hydroxybutyrate et acide lactique) et les récepteurs sur la paroi des macrophages lance une série de réactions biochimiques qui déconnectent les gènes impliqués dans la formation d'inflammasomes.

 

* D'autres signaux seront nécessaires pour maintenir l'action de l'inflammasome, comme dans le diabète et dans la stéatose hépatique. L'état inflammatoire systémique de bas grade modérée mais chronique est caractérisée par une augmentation d'autres molécules sécrétées lors de l'inflammation  : IL-6, CRP us (protéine C-réactive ultrasensible), LDL oxydés (stress oxydant)... et se reflète dans les rapports "AA/EPA" et "ω3 / ω6" (voir : "Nutribilan"), néoptérine (mesure de l'activité des macrophages, un type de globules blancs), KTR (le rapport kynurénine/tryptophane : en cas d'inflammations, le tryptophane est converti en kynurénine)...

 

La CRP (protéine C réactive) est une protéine de la phase aiguë : diverses stimuli, p. ex. des infections et des allergies, incitent les monocytes et les macrophages à produire des IL-6. Les IL-6 favorisent la synthèse de l'ARNm, augmentant ainsi la production des protéines de la phase aiguë. Ces protéines de la phase aiguë (CRP, IFN, fibrogène, MBL (Mannose Binding Lectine)...) sont des protéines sériques dont la concentration s'élève rapidement en cas d'infection ou d'inflammation. Détermine une réaction inflammatoire aiguë...

 

La CRP aide à éliminer des pathogènes et des cellules du soi endommagées et présente aussi bien des effets pro-inflammatoires que des effets anti-inflammatoires. La CRP est capable de se fixer sur des constituants de la membrane cellulaire tissulaire ou bactérienne. Elle est capable d'activer directement le système complémentaire sans faire appel aux anticorps, aussi bien via la route classique que la route alternative (voir : "La réponse immunitaire"). Une élévation des taux de CRP reflète une réaction inflammatoire systémique, liée à une détérioration tissulaire, une infection et/ou une inflammation.

 

La CRP favorise ainsi l'opsonisation par phagocytose des bactéries et des cellules endommagées. Les taux de CRP augmentent dans les 6 à 8 heures après une infection/réaction inflammatoire, et atteignent leurs valeurs maximales après 27 à 48 heures. Sa t ½ (demi-vie d’élimination) est courte: 9 à 12 heures permettant d'observer une réponse rapide au départ et à l'amélioration.

 

Causes d'une valeur CRP us élevée (> 3 mg/l) : voir aussi "Nutribilan".

      • dysbiose intestinale avec libération de cytokines inflammatoires

      • sécrétion de toxines libérées par accumulation de graisse intra-abdominale

      • carence sévère en acides gras oméga3 avec rigidité des membranes cellulaires

      • infection chronique : borréliose (maladie de Lyme)...

 

* En outre, les cytokines telles que les interleukines (IL-6...) peuvent interagir sur le fonctionnement du cerveau et modifier la synthèse des neurotransmetteurs, tels que la sérotonine et la dopamine. Ainsi, une inflammation chronique, même de bas grade, peut entraîner des troubles tels que : fatigue, troubles d'humeur, perte d'énergie, mal-être... Sur le long terme, une inflammation peut stimuler le développement d'un épisode dépressif, et notamment une dépression sérotoninergique. Au niveau cérébral, cette neuro-inflammation serait responsable du vieillissement avec altération de l'humeur et de la cognition, maladie neurodégénérative (Alzheimer), démyélinisation, migraine ...  En effet, dans le syndrome métabolique, une corrélation positive existe entre prévalence de dépression et valeurs élevées de CRPus, d'IL-6 et de TNF-α (voir : "Cytokines").

 

Contrairement aux inflammations externes, une inflammation intracrânienne est silencieuse, car le cerveau ne dispose d’aucun récepteur de douleur. Pourtant, on constate que les patients atteints de dépression présentent des niveaux élevés de certaines cytokines et qu'il y a un réel impact sur le bien-être mental. ,

 

Des taux sanguins élevés d'insuline maintiennent les états inflammatoires. La résistance à l'insuline se trouve d'ailleurs à la base de la plupart des maladies chroniques. Renommer l'appellation "Syndrome métabolique" en "Syndrome de la résistance à l'insuline" refléterait alors mieux la réalité.

 

Qui plus est, selon des études, une carence en vitamine D augmenterait également la production de médiateurs inflammatoires (IL-6 et TNF- α). En outre, cette vitamine activerait le gène MKP-1, qui interférait avec la cascade inflammatoire Yong Zhang, Donald Y. M. Leung, Brittany N. Richers, Yusen Liu, Linda K. Remigio, David W. Riches, And Elena Goleva. Vitamin D Inhibits Monocyte/Macrophage Proinflammatory Cytokine Production by Targeting MAPK Phosphatase-1. The Journal of Immunology, March 1, 2012.
 
.

 

* Neu5Gc : silent killer. Chez l'Homme, sur chaque membrane cellulaire se trouvent des dérivés de sucre (acide sialique) qui jouent un rôle dans la communication cellule-cellule : des Neu5Ac. Ces structures attirent des bactéries spécifiques chez l'Homme, telles que des Bifido et des Lactobacilles. Chez les mammifères, des structures similaires (des Neu5Gc) se trouvent sur la paroi cellulaire. Elles attirent d'autres bactéries spécifiques aux mammifères (et étrangères pour l'Homme). Toutefois, lorsque nous consommons beaucoup de produits de mammifères (viande, lait...), nos cellules peuvent être atteintes en incorporant des Neu5Gc au lieu des Neu5Ac. Nous attirons à ce moment aussi des bactéries spécifiques aux mammifères, telles que Salmonella, E. coli (intestins), Streptococcus mutans (bouche, gorge) et le virus Epstein-Barr (Mononucléose infectieuse). Toutes ces bactéries peuvent provoquer des maladies chez l'Homme. Qui plus est, la présence de ces bactéries étrangères, attirées par les Neu5Gc, entraîne une activation chronique de notre système immunitaire - afin de combattre continuellement ces bactéries : une inflammation de bas grade systémique. Cette activation chronique nécessite beaucoup d'énergie et un apport suffisant de produits de base pour maintenir ce système activé en dégradant des organes et des muscles.  Selon la personne, cette dégradation peut aussi provoquer des troubles au niveau des muqueuses : troubles intestinaux, de la peau, de la vessie, des voies respiratoires, cancer & ... En outre, ces bactéries sont également capables de se déplacer à travers de la barrière hémato-encéphalique et peuvent contribuer au développement de crises d'angoisse, de migraine et même de dépression.

 

 

 

         

La réponse inflammatoire aiguë :

 

La réaction inflammatoire aiguë est un processus de protection : il élimine la cause et rétablit la fonction tissulaire.

 

Après une détérioration tissulaire (traumatisme, néoplasme, ischémie, infection, radiation, toxines...) :

 

 

 

En termes simples, un radical libre est une particule chargée électriquement. Cette charge électrique est due au fait qu'il manque un électron au radical libre. Pour se stabilisé, un radical libre doit "voler" son électron manquant à une autre molécule. Lorsque l'électron est volé à un envahisseur (par exemple, une bactérie), la structure moléculaire de l'envahisseur est endommagée, ce qui conduit à sa mort. Lorsqu'il n'y a plus d'envahisseurs à détruire et lorsque et que les anti-oxydants manquent d'électrons disponibles pour stabiliser les radicaux libres en excès, ces derniers se tournent alors vers la seule autre source à laquelle ils peuvent voler des électrons - les cellules saines. Les dommages et la mort des cellules saines qui en résultent, dues à la perte d'électrons au profit des radicaux libres, signalent au système immunitaire de demander une aide supplémentaire. Cela met en place une réponse auto-immune continue (créant plus de radicaux libres), ce qui favorise l'inflammation chronique et la détérioration des tissus, communément appelé le stress oxydant.

 

 

 

 

      • médiateurs chimiotactiques :

        • fuite de globules blancs vers le tissu interstitiel, expliquant ainsi la formation d'oedème (tumeur, exsudation)

        • migration et activation des globules blancs vers le site de l'inflammation (infiltration ou diapédèse)

          • digestion et élimination des tissus altérés : activation de la phagocytose par stimulation des leucocytes neutrophiles

          • destruction des toxines libérées : libération d'oxydants (radicaux libres)

 

    • une autolyse par des lysosomes en cas de dommages importants : l'arrivée d'enzymes et d'agents acides dans la cellule peut provoquer une détérioration cellulaire.

 

La réaction inflammatoire est également un processus de réparation : il ne peut pas être arrêté ou inhibé, mais doit être soutenu afin de stimuler les pouvoirs réparateurs de notre organisme.

 

Une réaction inflammatoire lancée doit être arrêtée le plus vite possible. Les acides gras essentiels EPA et DHA (huile de poisson) sont impliqués dans l'arrêt de la réponse inflammatoire. Ces acides gras peuvent être convertis en signaux d'arrêt - lipoxines, resolvines - qui vont mettre fin à l'inflammation. Plus les dégradations et l'oedème sont nombreuses, plus nombreux seront les molécules d'arrêts (anti-inflammatoires)...

 

Les vaisseaux sanguins doivent donc contenir, avant le traumatisme, les meilleurs acides gras afin d'arrêter au plus vite la réaction inflammatoire. Le poisson est une source riche en DHA et EPA.

 

         

La réponse tissulaire anti-inflammatoire :

 

La réponse :

 

1. Libération de médiateurs endogènes pouvant freiner l'inflammation

 

      • lymphokines, monokines (voir "Cytokines")

      • prostaglandines, leucotriènes (voir plus loin)

 

2. Sécrétion de prostaglandines anti-inflammatoires afin de neutraliser les prostaglandines pro-inflammatoires

 

      • PGG2, TX2, LT, PGI2, PGI3, PGI1

      • isoprostanes

 

3. Antioxydants pour combattre des agents inflammatoires (radicaux libres...)

      • antioxydants : des vit B, C, E, CoQ10, Se...

        • alimentation : légumes, fruits, bioflavonoïdes...

 

4. Agents antichimiotactiques pouvant stopper l'activité des globules blancs

 

5. Dégradation des enzymes digestifs (telles que l'amylase, la lipase...) par des enzymes protéolytiques et des hydrolases

      • complexes d'enzymes, vit C, bioflavonoïdes...

 

Activité anti-inflammatoire des enzymes protéolytiques/hydrolytiques (bromélaïne, trypsine, chymotrypsine, carboxypeptidase, papaïne...) :

 

L'inflammation est la réponse naturel du corps à une agression (lésion, brûlure, infection, allergie...). Toutefois, une réaction inflammatoire excessive freinera le processus de guérison.

 

        • les enzymes protéolytiques au niveau d'un traumatisme nouveau :

          • freinent l'inflammation en neutralisant les cytokines inflammatoires (bradykinines, eicosanoïdes pro-inflammatoires (prostaglandines, leucotriènes et thromboxanes)

          • stimulent la dégradation des complexes immunitaires (complexes antigène-anticorps) par phagocytose (macrophages)

          • dégradent les protéines migrées du plasma vers les tissus et diminuent ainsi le risque d'oedème

          • diminuent la douleur en limitant l'inflammation et l'oedème

          • ne présentent aucun effet indésirable

 

        • les enzymes protéolytiques au niveau d'une ancienne lésion :

          • dégradent le tissu cicatriciel des lésions internes (p. ex. vaisseaux sanguins) et externes (peau).

          • favorisent la réparation après une intervention chirurgicale et préviennent des complications telles que inflammations, hématomes, enflures... (diminuant le risque de thrombose).

          • réduisent la viscosité sanguine et améliorent ainsi la circulation sanguine (meilleure réparation et plus rapide)

 

        • les enzymes hydrolytiques (des hydrolases telles que la bromélaïne et la papaïne dans l'Ananas) :

          • favorisent l'élimination du sang des complexes immuns (complexes antigène-anticorps) : immune complex clearance.

          • augmentent l'activité cytostatique des cellules NK et des macrophages (voir : "La réponse immunitaire").

 

6. Régénération des tissus abîmés :

 

Un tissu abîmé ne peut pas toujours être remis dans son état initial, parce que le tissu ne possède pas de capacité de régénération ou une capacité régénératrice insuffisante. Dans ce cas, le tissu abîmé sera remplacé par du tissu conjonctif (formation d'une cicatrice).

 

La formation d'une cicatrice après la guérison d'un processus inflammatoire dépend donc de la capacité régénératrice du tissu, càd du type des cellules.

 

        • des cellules à prolifération rapide telles que les cellules épithéliales (tractus gastro-intestinal), la moelle osseuse, les follicules pileux... se divisent constamment : elles possèdent une grande capacité de régénération

        • des cellules à prolifération lente telles que les cellules endothéliales, les cellules musculaires lisses et les cellules hépatiques se divisent encore suffisamment rapide après avoir été détériorées, et possèdent donc encore une bonne capacité de régénération

        • des cellules non proliférantes mais permanentes telles que les neurones, les cellules musculaires striés (muscles squelettiques, muscle cardiaque...) ne se divisent pas et ne possèdent donc aucune capacité de régénération.

 

Lors d'une détérioration tissulaire, aucune ou un manque de capacité régénératrice entraînera inévitablement la formation de tissu conjonctif (au lieu de réparer le tissu dans son état initial). Le tissu conjonctif ou la formation de cicatrices doit être évité absolument, étant donné que ce tissu inutilisable gênera le bon fonctionnement de l'organe atteint.

 

Un équilibre entre réactions pro-inflammatoires et anti-inflammatoires s'établit lorsque les dégâts tissulaires ont été réparés.

 

 

En cas d'inflammation, le rapport entre les acides gras est perturbé dans le sens des prostaglandines de la série 2 (voir aussi : "Les acides gras essentiels, la perturbation de l'équilibre").

 

 

1. Sources végétales (acides gras oméga6) : cis LA  --->  GLA  --->  DGLA  --->  via COX1  --->  PGE1

 

2. Sources animales : AA  --->  via COX2 ou LOX2  --->  PG2 ou LTB/LTC  --->  inductrices de l'inflammation!

 

3. graines de lin, poisson, crustacés (acides gras oméga3) : ALA  --->  SDA  --->  EPA  --->  via COX3 ou LOX3  --->  PGE3 ou LTB, LTC

 

 

Un excès de cis LA active la voie cis LA  --->  GLA  --->  DGLA  --->  AA  --->  via COX2 ou LOX2  --->  PG2 ou LTB/LTC (les AINS classiques agissent sur le complexe enzymatique COX2). Lorsque l'apport d'acides gras oméga3 et 6 est en équilibre (1/5), les voies cis LA  ---> PGE1 et ALA  ---> PGE3 sont capables de contrer la voie AA et donc d'instaurer un équilibre entre réactions pro- et anti-inflammatoires .

 

 La PGE1 freine aussi la synthèse endogène de cholestérol (voir : "cycle des prostaglandines").

 

Note :

        • Des quantités importantes de l'acide linoléique (cis LA) dans l'alimentation végétale peuvent donc provoquer une production accrue de AA, même chez l'individu qui évite des aliments d'origine animale (végétarien). La conversion de DGLA vers AA (via l'enzyme D5D) peut être freinée par des apports suffisants d'ALA et d'EPA.

         

        1. Un apport alimentaire suffisant d'ALA et d'EPA avant le traumatisme, peut donc

          • - lancer le processus naturel de la finalisation de la réaction inflammatoire et du processus de réparation

          • - diminuer/éviter la prise de AINS, puisque les AINS freinent la cicatrisation (intérieure ou extérieure) ainsi que la finalisation du processus de réparation

          •  

          • ---> Ainsi, l'interruption trop précoce de la réponse inflammatoire peut être préjudiciable à une guérison complète.

          •  

      1.  

        • Le GLA (un AG oméga6) aux propriétés anti-inflammatoires peut être convertie en AA inflammatoire, mais pas au niveau de la peau. Pour cette raison, le GLA est utilisé dans le traitement d'affections cutanées telles que dermatite, psoriasis et acné. Le GLA freine aussi la division cellulaire.

        • Une hyperinsulinémie favorisera encore la conversion d'acide linoléique en mauvais éicosanoïdes pro-inflammatoires (dérivés d'acides gras oméga6 à partir d'AA).

         

Les médiateurs et régulateurs de l'inflammation :

 

Le groupe de médiateurs inflammatoires, les eicosanoïdes, est produit à partir d'acides gras poly-insaturés (AGPI) présentant une chaîne de 20 carbones, et est libérée par les phospholipides de la membrane cellulaire à l'aide de l'enzyme phospholipase.

 

 

Membrane > phospholipides ---> phospholipases  ---> Acide arachidonique (AA) à partir d'AGPI n-6 ---> PG et TX de la série 2, LT4

 

           ou

 

          ---> EPA/DHA à partir d'AGPI n-3 (ALA) ---> PG et TX de la série 3, LT5

 

 

Les cellules inflammatoires sont caractérisées par un taux élevé (> 20% des acides gras) de l'acide arachidonique (AA, un AGPI n-6) et un taux bas d'AGPI n-3, en particulier l'EPA.

 

---> pour cette raison, l'AA est en général utilisé comme substrat majoritaire dans la synthèse d'eicosanoïdes.

 

Voir également : Acides gras essentiels, dérivés.

 

 

A partir d'AGPI n-6 : AA

 

 

Dans les affections inflammatoires, une production accrue d'eicosanoïdes, dérivées de l'AA est observée : les eicosanoïdes comportent des prostaglandines (PG), des thromboxanes (TX), des leucotriènes (LT), des acides hydroxyeicosatétraénoïque... et doivent être considérées comme agents médiateurs et régulateurs de l'inflammation.

 

Métabolisme de l'AA via les système enzymatique COX ou LOX :

 

      • le métabolisme de l'AA via le complexe enzymatique cyclo-oxygenase (COX) entraîne la production des TX et des PG de la série 2 (TX2, PG2)

dont :

 

PGI2 : prostacycline du type 2 : antiagrégant thrombocytaire puissant, action vasodilatatrice, augmente la perméabilité capillaire...

 

PGE2 : prostaglandine pro-inflammatoire du type 2 : tumeur, vasoconstriction, douleur, thrombose, angiogenèse accrue, perforation cellulaire, immunosuppression, apoptose...

 

          • la PGE2 peut régler sa propre production

          • la PGE2 peut induire la production de l'interleukine inflammatoire IL-6 (cytokines)

          • la PGE2 favorise la production d'IgE par les lymphocytes B, pouvant induire ainsi une réaction allergique (anticorps)

          • la PGE2 déprime le système enzymatique LOX et donc également la production des LT de la série 4

 

 Les PGE2 possèdent donc des propriétés pro- et anti-inflammatoires!

 

--->  l'équilibre PGE2/PGI2 est d'une importance capitale!

 

 

TXA2 : pro-agrégant thrombocytaire (formation de plaques sanguines), action pro-inflammatoire, action vasoconstrictrice, diminution de la perméabilité capillaire.

 

 

      • le métabolisme de l'AA via le complexe enzymatique 5-lipo-oxygenase (5-LOX) entraîne la production de dérivés hydroxy et perhydroxy et de LT de la série 4 : LTA4, LTB4, LTC4, LTD4, LTE4.

 

 

LTB4

          • augmente la perméabilité capillaire, est un agent chimiotactique puissant pour des leucocytes, induit la libération d'enzymes lysosomales et renforce la production de radicaux libres d'oxygène...

          • stimule la production des cytokines inflammatoires telles que le TNFα (TumorNecroseFactor), les interleukines IL-1 et IL-6.

 

LTC4, LTD4, LTE4

          • il s'agit de bronchoconstricteurs : ils augmentent la perméabilité et induisent l'hypersensibilité.

 

         

 

A partir d'AGPI n-3 : EPA, DHA

 

 

Un apport plus élevé d'EPA et de DHA, des AGPI n-3 à chaîne longue (uniquement dans les huiles de poisson...), entraîne un rapport plus important en acides gras au niveau des phospholipides de la membrane des cellules inflammatoires au détriment de l'acide arachidonique (AA).

 

      • étant donné la diminution du substrat, la synthèse d'eicosanoïdes à partir d'AA dans les cellules inflammatoires entraînera une production moins importante de PGE2, de TXB2, de LTB4, de LTE4 et d'autres eicosanoïdes inflammatoires.

 

----> moins de PGE2 = moins d'inflammation.

 

      • par modification de l'expression génétique inflammatoire, les AGPI n-3 à chaîne longue diminuent également :

 

        • les cytokines inflammatoires classiques TNFα, IL-1α, IL-6 et IL-8,

 

        • l'expression des molécules d'adhésion à la surface des cellules endothéliales et des leucocytes, freinant ainsi la migration des leucocytes vers les sites d'inflammation (voir aussi "Réponse immunitaire").

 

Toutefois, l'EPA peut servir également comme substrat pour les enzymes des complexes COX et LOX et stimuler la production d'eicosanoïdes :  PG et TX de la série 3, LT de la série 5.

 

      • ces médiateurs à partir d'EPA semblent cependant moins efficaces que ceux synthétisés à partir d'AA, ainsi :

 

        • la LTB5 est un agent neutrophile chimiotactique 10 à 100 x moins puissante que la LTB4

        • la PGE2 semble être moins active que la PGE3

 

----> moins d'inflammation, mais également

 

----> moins de leucotriènes LTC4, LTD4 et LTE4, responsables pour la survenue de SRSA (slow reacting substances of anaphylaxis) et de réaction allergique retardée de type IV.

 

      • des médiateurs découverts récemment à partir d'EPA (série E) et à partir de DHA (série D) semblent exercer également des effets anti-inflammatoires : des lipoxines, des protectines et des resolvines. Elles mobilisent des mécanismes physiologiques naturels d'arrêt du processus inflammatoire et permettent la résolution des inflammations aigues ou chroniques.

 

Dans plusieurs études, l'efficacité des AGPI n-3 à chaîne longue a été prouvée, notamment dans l'arthrite rhumatoïde. Etant donné que l'athérosclérose possède un composant inflammatoire puissant, la rupture de plaques athérosclérotiques est considérée comme un accident d'origine inflammatoire. Les AGPI n-3 à chaîne longue peuvent donc jouer un rôle de stabilisateur plaquettaire, et donc indirectement de protecteur contre une mort subite.

 

Voir aussi : "Le profil d'acides gras" et "Le profil PG-TX-LT".

         

La relation entre la réaction inflammatoire et la réponse immunitaire :

 

Différences :

 

      • la réaction inflammatoire : non spécifique, sans mémorisation, réaction rapide contre tous types d'agressions...

      • la réponse immunitaire : spécifique contre un antigène, avec mémorisation, réaction semi-retardée mais mieux ciblée...

 

 

      • la réaction inflammatoire : mobilise des cellules propres (neutrophiles polynucléaires) et des médiateurs propres (quinine, facteurs du système de coagulation et de fibrinolyse, glycoprotéines hépatiques, histamine, sérotonine, lysosomes, prostaglandines, leucotriènes...

      • la réponse immunitaire : mobilise également ses propres cellules (lymphocytes T, B et NK) et ses propres médiateurs (perforine, cytokines telles que IL-2).

 

 

Ressemblances :

 

      • des monocytes et des macrophages jouent un rôle essentiel dans les deux réactions :

        • rôle dans la réaction inflammatoire : phagocytose, libération de cytokines, mise en place d'un écran cellulaire dans l'inflammation chronique.

        • rôle dans la réponse immunitaire : présentation des peptides antigéniques (épitopes) aux cellules T auxiliaires, libération de cytokines, activation de l'adhésion.

 

      • cytokines :

        • la plupart des cytokines présente une influence dans les deux réactions.

 

De plus, une réaction inflammatoire et une réponse immunitaire sont fortement liées :

 

      • en général, une réponse immunitaire débute avec une réaction inflammatoire.

      • et une réaction inflammatoire est parfois induite par une réponse immunitaire, p. ex. dans les maladies auto-immunes (Arthrite rhumatoïde...).

 

De plus, le facteur transcriptionnel NF-kB (NF-kappaB) est responsable du contrôle de l'immunité et de l'inflammation ; son activité est contrôlée par des kinases.  

 

         

La relation entre l'inflammation chronique et le développement de certaines maladies :

 

Il existe des preuves du lien entre inflammation chronique et accidents cérébraux et cardiaques.

 

La protéine C-réactive (CRP), produite par le foie en réponse à un signal de défense de l'organisme (en général la libération hépatique de cytokines pro-inflammatoires telles que IL-1, IL-6 et IL-17), est toujours nettement plus élevée chez une personne ayant subi un ACV ou un infarctus.

 

Le taux de CRP est normalement inférieur à 6mg/l. Un traitement par oestrogènes (pilule, TSH...) peut ponctuellement augmenter son taux. Inhaler la fumée de cigarette peut provoquer ça aussi. Toutefois, elle augmente surtout très vite en cas d'infection, d'état inflammatoire ou de cancer. Dans ce cas, c'est la persistance d'une CRP élevée qui donne alerte!

 

Voir aussi plus haut sur la page.

 

On a également constaté que plus les taux de CRP étaient élevés, plus les niveaux des antioxydants étaient faibles : rétinol, vit C et E, béta-carotène, lutéine/zéanxanthine, lycopène et sélénium.

 

L'inflammation réduit nos réserves d'antioxydants ; et ces derniers servent à lutter contre l'excès de radicaux libres, sources de réactions inflammatoires.

 

Une inflammation trop intense ou chronique submerge les défenses antioxydantes et déclenche des réactions d'oxydation en chaîne.

 

Ce qui contribue à accélérer le vieillissement des cellules et peut augmenter les risques de maladies cardiovasculaires et de cancers.

 

Insulinémie à jeun (3-5 mcU/ml de sang) : des glucides et des hydrates de carbone élèvent le grade d'inflammation en provoquant une sécrétion d'insuline, facilitant ainsi l'accumulation de graisses et la formation de triglycérides.

 

Glycémie à jeun (- 80mg/dl de sang) : des valeurs supérieures augmentent le risque d'affections cardiovasculaires.

 

Fer (20 - 80 ng/ml de sang) : des valeurs supérieures entraînent du stress oxydant et sensuite de l'inflammation. La viande de bœuf est riche en fer. Dans la polyarthrite rhumatoïde, la membrane synoviale est riche en fer, principalement sous forme de ferritine(voir : Fer), ce qui augmente la formation de médiateurs inflammatoires tels que IL-6, IL-8 et Il-1β, contribuant ainsi aux dommages.

 

 

On a également découvert le rôle de l'inflammation chronique dans l'obésité. Surtout la graisse abdominale est métaboliquement active :

 

En effet, les personnes en surpoids présentent des taux sériques accrus d'IL-6 et de CRP. Leur tissu adipeux contient  beaucoup de macrophages, signe d'une forte réaction inflammatoire de l'organisme.

 

De là viendraient les complications souvent liées au surpoids telles que la résistance à l'insuline (favorisant la survenue du diabète) et les affections cardiovasculaires.

 

En dehors des cytokines pro-inflammatoires, la graisse abdominale libère également des facteurs de croissance dont le FGF-2 (Fibroblast growth factor). Il existe une corrélation entre le taux sanguin de FGF-2 et la graisse abdominale. Le FGF-2 pourrait favoriser la transformation des cellules normales en cellules cancéreuses . Ce n'est donc pas le poids total (ou l'IMC) mais bien le tour de taille qui donne une indication sur les risques pour la santé... et sur le risque de cancer.

 

La solution passe donc par une rectification du tour de taille en adaptant l'alimentation et en faisant des exercices physiques.

 

La plupart des maladies modernes montrent un lien avec un état inflammatoire persistant : migraine, épilepsie, dépression, asthme, usure articulaire, vieillissement, troubles du sommeil ... Le développement d'états inflammatoires au niveau cellulaire est provoqué par la pollution, des rayons UV, du tabac, du stress, des perturbateurs hormonaux... mais également par l'ingestion d'hydrates de carbone qui entraîne une élévation rapide de la glycémie et qui stimule la formation de radicaux libres qui détériorèrent les cellules et leur ADN.

 

La porte d'entrée : vos gencives enflammées. Elles sont en effet pleines de vaisseaux sanguins. En cas de saignement, elles ouvrent grands les portes de votre circulation sanguine aux bactéries qui s’infiltrent et se disséminent dans tout l’organisme : artères, cerveau, cœur, poumons, os et même articulations. Là où elles iront, elles provoqueront une inflammation. Si celle-ci persiste, elle peut dégénérer. Des bactéries de la bouche ont été découvertes dans le cerveau des patients Alzheimer ou souffrant d’autres maladies neurodégénératives. Des colonies de ces mêmes bactéries ont été retrouvées dans le cœur de patients victimes d’infections potentiellement fatales, appelées endocardites. Elles ont aussi été retrouvées dans le poumon.  

 

Note :

Le terme "Chronique" fait sous-entendre que l'état inflammatoire s'entretient lui-même, il devient "chronique". On pourrait le remplacer par "soutenu" : un état inflammatoire constamment "soutenu". Il s'agit en effet d'un état inflammatoire prolongé qui est soutenu par des facteurs maîtrisables et modulables (excès de sucres (en particulier le fructose), manque d'exercices physiques, carence en nutriments, toxines, infections, dysbiose, dysfonction mitochondriale...), et qui ne peut donc pas être traité uniquement avec des médicaments anti-inflammatoires (AINS, corticoïdes) mais p. ex. aussi avec des régimes pauvres en glucides tel que le régime cétogène dont l'efficacité a été prouvée dans le traitement de maladies telles que : maladies auto-immunes, diabète de type 2, hypertension, épilepsie...

 

         

Côté pratique :

 

Aliments pro-inflammatoires :

 

Sont e.a. considérés comme facteurs inflammatoires dans notre alimentation, responsables du développement d'un état inflammatoire de bas grade "systémique" :

 

    • la consommation d'acides gras saturés et d'acides gras TRANS (industriels), l'endotoxémie provoquée par une alimentation riche en graisses et pauvre en fibres, un rapport acides gras ω6/ω3 trop élevé, un faible apport d'acides gras d'huile de poisson, un déficit en vitamine D, vitamine K et magnésium, une perturbation du bilan entre les nombreux micronutriments impliqués dans notre système antioxydant/pro-oxydant, la consommation d'hydrates de carbone à index glycémique élevé et une consommation trop faible de légumes et de fruits.

     

    • l'oxycholestérol : le cholestérol ---> oxydation par des radicaux libres en oxycholestérol, la cause de la formation de plaque athéromateuse. Le cholestérol est donc un antioxydant naturel...

 

    • en outre, les cacahouètes et l'huile d'arachide contiennent des acides gras précurseurs de substances pro-inflammatoires.

 

    • un des éléments clés d'une réaction inflammatoire, d'enflures, de raideurs et de douleurs est l'acide arachidonique (AA), un acide hautement présent dans la viande. Une diminution de la consommation de viande représente donc le moyen le plus facile dans la réduction inflammatoire et des douleurs.

 

    • des quantités importantes de l'acide linoléique (cis LA, un acide gras oméga6 dans l'alimentation végétale) peuvent aussi provoquer une production accrue de AA, même chez l'individu qui évite des aliments d'origine animale (végétarien). La conversion de DGLA vers AA (via l'enzyme D5D) peut être freinée par des apports suffisants d'ALA et d'EPA. Afin de reconstituer le rapport oméga3/oméga6 optimale de 1/4.

 

    • suite à la sédentarisation, l’homme a commencé à cultiver les cé­réales et à élever des animaux. Etant donné la lenteur de l'évolution, nos enzymes sont mal adaptées à la digestion complète du blé et autres céréales apparentées, ainsi qu'aux protéines du lait de vache. L'accumulation de grosses molécules mal digérées dans l'intestin grêle affecterait le fonctionnement de notre flore bactérienne. Il se forme de la putréfaction, ce qui favorise les bactéries pathogènes au détriment des bonnes bactéries et affecterait les parois de l'intestin grêle. Les protéines traversent la muqueuse intestinale, alors qu'elles ne devraient pas entrer dans la circulation sanguine, et vont se déposer dans différents tissus, causant des pathologies auto-immunes, d'encrassage ou d'élimination. Par exemple dans l’arthrose ces dépôts encrassent lentement les tissus articulaires  et la maladie symptomatique met généralement entre  10 à 30 ans à se manifester selon les individus.

 

 

Tous les produits alimentaires raffinés présentent une action pro-inflammatoire : pain blanc, sucre blanc, fructose (entraînent une résistance à l'insuline, source primaire d'un état inflammatoire chronique), huiles raffinées et produits dérivés tels que les marga­rines et les plats préparés avec ces produits raffinés (une pomme présente un pouvoir anti-inflammatoire, tandis que la compote de pommes favorise la réaction inflammatoire ; l'huile d'olive extra vierge offre vitalité tandis que l'huile d'olive raffinée favorise l'inflammation). Sont donc à déconseiller : la pâtisserie industrielle, les plats préparés...

 

Le sucre, par exemple, lorsqu'il se lie avec des protéines dans l’organisme, produit des composés pro-inflammatoires (IL-1, IL-6, TNF-alpha), ce qui accélère le vieillissement des tissus : le pain complet serait pire que le pain blanc, car il serait plus riche en produits de Maillard, formés lors de la cuisson à haute température (voir : "La glycation"). Les aliments à index glycémique (IG) élevée (tels que les féculents raffinés et les sucres concentrés) augmentent aussi le risque d’inflammation.

 

Les légumes de la famille des Solanacées sont également à éviter, si nécessaire : tomate, paprika, aubergine, tabac, piments (capsicum)... ; ils peuvent favoriser un état inflammatoire des tissus conjonctifs et des douleurs.

 

D'autres facteurs indirectement liés à l'alimentation sont : une composition anormale de la flore buccale et intestinale, et de la péritonite.

 

Sont également impliqués : stress, tabagisme (même passif) et pollution environnementale, activité physique insuffisante et manque de sommeil.

 

 

Aliments anti-inflammatoires :

 

Un régime anti-inflammatoire introduit et élimine certains aliments :

 

 

 

A préférer

 

 

A éliminer

 

 

Fruits

 

 

frais et surgelés, sans sucres ajoutés ; jus de fruits frais sans sucres ajoutés

 

 

oranges et jus d'orange

 

 

Légumes

 

 

frais, crus, vapeur, cuits, grillés

 

 

maïs, tomates

 

 

Céréales/amidon

 

 

riz, avoine, millet, quinoa, amarante, teff, tapioca, sarrasin, pommes de terre

 

 

forment, maïs, orge, épeautre, kamut, seigle (toutes celles qui contiennent des gluten)

 

 

Légumineuses et protéines végétales

 

 

toutes les légumineuses, sauf les fèves de soja

 

 

tofu, tempé, fèves de soja, lait de soja, produits à base de soja

 

 

Noix et graines

 

 

amande, cajou, cerneaux, sésame, pépins de tournesol, de courge, pâte aux noix (sauf le beurre de cacahouète)

 

 

cacahouète, beurre de cacahouètes

 

 

 

Viande et poisson

 

 

poisson, poulet, dindon, gibier, agneau, frais ou surgelés

 

 

boeuf, porc, veau, charcuterie, viande en conserve, oeufs, crustacés

 

Produits laitiers et substituts

 

 

lait de riz, d'amandes, d'avoine, de coco

 

 

lait, fromage, crème fraîche, yaourt, beurre, crème glacée, lait de soja, fromage cottage, fromage blanc

 

 

Graisses

 

 

huiles pressées à froid d'olive, de lin, de canola, de carthame, de tournesol, de sésame, de noix ou d'amandes

 

 

margarine, graisse pour cuire, huiles hydrogénées, produits à base d'huile hydrogénée, mayonnaise, salades préparées

 

 

Boissons

 

 

eau, thé aux herbes, eau minérale

 

 

limonade, alcool, café, thé, cacao

 

 

Condiments et épices

 

 

tous (sauf ceux à éviter) et en particulier : safran, cannelle, cumin,  aneth, ail, gingembre, caroube, origan, persil, romarin, dragon, thym, curcuma, concentré de grenade

 

 

ketchup, moutarde, sauce de soja, toutes les sauces préparées industriellement

 

 

Edulcorants

 

 

sirop brun de riz, édulcorants à base de fruits, mélasse, stévia, tagatose

 

 

tous les sucres raffinés et les produits à base de sucres, fructose, miel, sirop d'érable, de maïs

 

 

 

Voir aussi :  The "GAPS diet" (Gut and Psychology Syndrome) ou "Régime entéropsychologique"

et The "Specific Carbohydrate diet".

                     

Consommer moins de produits d'origine animale, de cacahouètes et d'huile d'arachide ne suffisent pourtant pas, puisque l'organisme peut produire lui-même l'AA à partir d'autres acides gras.  Toutefois, il existe bien des aliments qui freinent la synthèse de substances pro-inflammatoires à partir d'AA.

 

Freiner oui, bloquer non : la réaction inflammatoire représente une partie indispensable du système immunitaire humain (voir plus haut). Seule la réaction inflammatoire démesurée, en général occasionnée par un apport excessif d'aliments pro-inflammatoires, doit être évitée.

 

Toutes les huiles végétales extra vierge de la famille d'acides gras oméga3, telles que l'huile de lin, de noix, de chanvre et de périlla en particulier, présentent des propriétés anti-inflammatoires. En effet, les acides gras oméga3 empêchent la production de substances pro-inflammatoires à partir d'AA. Les oméga-6 en excès, quant à eux, ont un effet pro-inflammatoire connu.

 

Qui plus est, un apport suffisant de légumes (> 400g) et fruits (baies...), frais et non-traités, renforcent l'organisme (antioxydants!) et freinent les réactions inflammatoires. Idem pour le chocolat pur (+ 75% de cacao).

 

D’après des études, les régimes alimentaires sains riches en fruits, noix, légumes et poissons (anchois, hareng, maquereau, sardines, saumon...) étaient associés à des taux faibles de marqueurs de l’inflammation, diminuant ainsi le risque cardiovasculaire .

 

Les fibres alimentaires et les aliments à faible IG contribuent ainsi à la réduction de l'état inflammatoire . Il existe des moyens anti-inflammatoires bon marché tels que pommes de terre cuites et refroidies, riz et pâtes cuits et refroidis, bananes vertes, haricots, seigle... parce qu'ils contiennent des amidons rendus résistants. Ces derniers seront ensuite transformés dans l'intestin en acide butyrique à action anti-inflammatoire (voir : "Les fibres alimentaires, les fibres solubles"). 

 

Le magnésium (Mg) sert de co-enzyme de l'enzyme D6D permettant la conversion de l'acide cis-linoléique (cLA) en acide  gamma linolénique (GLA) et de l'acide alpha-linolènique (ALA) en DHA et EPA ; il (tout comme le zinc et la vit B6)  est par conséquent nécessaire à la synthèse des bonnes prostaglandines de la série 1 et de la série 3, qui possèdent des propriétés anti-inflammatoires, anti-agrégantes plaquettaires et vasodilatatrices.

 

Sont également considérés comme anti-inflammatoires puissants :

    • Thé vert Matcha, Tulsi thé, Shiitake, ail...: présentant une forte activité anti-oxydante

    • des légumes et des aliments fermentés afin d'optimaliser la flore intestinale : pickles, choucroute, olives...

    • ...

 

Même un régime cétogène ou même "low carb" (type Atkins) ou un régime à index glycémique (IG) bas peuvent aider. En effet, un état de cétose réduit l'état inflammatoire systémique, pour autant que la glycémie reste basse (cétose + hyperglycémie ---> peut provoquer une céto-acidose).

 

 

Modulation du processus inflammatoire :

 

    • Polyphénols : les épices (girofle...), les fruits (grenade, cassis, ..) et les légumes contiennent tous des polyphénols possédant un pouvoir antioxydant et anti-inflammatoire importants. Le bourgeon de cassis (Ribes nigrum) est un des meilleurs corticoïdes naturels.

     

    • Astaxanthine : l'antioxydant le plus puissant dans la neutralisation de radicaux libres : l'astaxanthine est un capteur de radicaux libres 65x plus puissant que la vit C, 54x plus fort que le bêta-carotène et 14x mieux que la vit E. Comme supplément : 2mg/jour (jusqu'à 8mg/jour) immédiatement avant un repas ou avec un peu de graisse, ou sous forme de huile de Krill. L'astaxanthine pourrait réduire les taux sériques de médiateurs pro-inflammatoires NO, prostaglandine E2, CRP (réduction de > 20% ), IL-1b et de TNF-alpha (interleukines pro-inflammatoires) .

 

Ce NO, une substance produite par les cellules immunosuppressives, participe à la destruction des lymphocytes T. Une inhibition de la production d'NO ou une réduction de son activité diminue l'inflammation dans l'environnement de la tumeur et permet le retour à la normale du nombre de lymphocytes T.

 

    • Complément à base de protéines de riz enrichies en thréonine et lysine (acides aminés décisifs de la protéine de riz) : éviction temporaire des allergènes alimentaires les plus communs et des réactions allergiques et inflammatoires.

 

    • Probiotiques : les probiotiques préservent l'intégrité de la barrière muqueuse intestinale.

 

    • Glutamine : apport énergétique : toutes les cellules à renouvellement rapide, telles que les entérocytes et les cellules immunitaires,  recourent à un carburant spécial, la L-glutamine.

 

    • ALA, EPA (1 à 4g/j), DHA (oméga-3) : précurseurs des prostanglandines anti-inflammatoires PGE3

      • ALA dans l'huile d'avocat p. ex.

      • modulent la synthèse des cytokines et des prostaglandines impliquées dans l'inflammation

      • inhibent l'adhésion des monocytes aux cellules endothéliales

      • inhibent la voie du NF-kB (NF-kappaB, en modulant les kinases intracellulaires et donc aussi la transcription des gènes codant pour les 2 enzymes impliquées dans la production de la réponse inflammatoire, la phospholipase A2 et la COX2) : des suppléments en acides gras oméga-3 peuvent ralentir voire stopper l’usure du cartilage et réduire l’inflammation ainsi que la douleur qui accompagne l’arthrose

      • agissent comme des aimants d'oxygène afin d'attirer l'oxygène (voir : "Les acides gras essentiels, les aimants d'oxygène"), de le fixer dans la membrane cellulaire et de le faire rentrer dans les mitochondries pour assurer une production suffisante de molécules ATP énergétiques (glycolyse aérobie) ; les processus inflammatoires nécessitent un apport énergétique important afin d'accélérer et d'accomplir la guérison.

        • la production d'ATP dans les mitochondries nécessite la présence de CoQ10 : en effet, ce dernier est essentiel pour l'efficacité mitochondriale et influence probablement l'expression des gènes impliqués dans les mécanismes inflammatoires.

 

Attention : la conversion d'ALA vers EPA et DHA nécessite la présence de Mg, Zn et vit B6 comme cofacteurs.

 

    • GLA (au moins 1.5g/j), acide gras oméga6 précurseur des prostaglandines PGE1 (aux effets anti-inflammatoires) dans : graines de lin (en poudre ou en graines concassées : attention risque d'oxydation!), huile de bourrache, semences de cassis (Ribes nigrum, max. 4 tasses de thé de cassis par jour)...

 

    • Vit D : une activation chronique du Nuclear Factor Kappa B (NF-kappaB ou NF-kB) a été observée dans les maladies pro-inflammatoires telles que le SFC.  

 

      • la fixation de la vit D3 active (1,25(OH)2D3) sur son récepteur (VDR) forme l'hétéromère (VDR-RXR), qui devient un récepteur de l'ADN, entraînant une expression génétique de protéines spécifiques. Un facteur transcriptionnel est ainsi généré qui déprime l'activation du NF-kB et module la réponse immunitaire. Parce que l' activation du NF-kB induit la production de particules d'oxygène activées (ROS) très toxiques telles que OO-, NO- et ONOO- (peroxynitrite).

      • une carence en vit D provoquerait donc une activation constante du NF-kB, induisant un puissant stress oxydant  accru, des plus faibles réserves d'ATP et une inflammation chronique.

 

 

    • Quercétine (500mg/j, voir aussi "Polyphénols") : antioxydant, inhibe la production de leucotriènes (comme inhibitrice de LOX), de TNF-alfa et de NO (monoxyde d'azote).

 

 

    • Phyto :

      • Résine d'Encens (Boswellia serrata) : inhibiteur de la 5-LOX, empêchant la formation de leucotriènes et donc une réaction inflammatoire, et freine l'expression de NF-kB (Nuclear Factor-kappa B, impliqué dans le rétrocontrôle négatif de l'apoptose)

      • Sauge (Salix alba) : contient de la salicine, un glycoside d'acide salicylique avec des propriétés anti-inflammatoire, analgésiques et antipyrétiques

      • Reine des près (Spiraea ulmaria/Filipendula ulmaria) : contient également des salicylés (à éviter chez la personne allergique aux salicylés)

      • Pâquerette (Bellis perennis) : présente des propriétés végétales cortison-like (grâce à les saponines actives à structure stéroïdienne)

      • Noix de muscade (Myristica fragrans) : contient de la myristicine à propriétés anti-inflammatoires : freine la production de PG2

      • Gugul (Guggul, Guggulu, Gomme guggul, Arbre à myrrhe, Mukul Pyrrh Tree, Commiphora mukul) : contient des acides commiphora à structure stéroïdienne (guggulstérone) présentant une activité cortison-like. La myrrhe exerce, comme les tannins, une activité astringente et un effet anti-exsudatif (empêchant l'accumulation liquidique au niveau du site d'inflammation) ; Qui plu est, la guggulstérone aurait la capacité de cibler le LDL cholestérol, directement dans votre sang, en agissant sur l'enzyme HMG-CoA réductase, qui est responsable de la synthèse du cholestérol dans le foie...

      • Curcumin (Curcuma longa) : inhibe la production des leucotriènes, neutralise le NO (400mg, 3 x/j), freine l'expression de NF-kB

      • Gingembre (Zingiber offic.) : inhibe la production des prostaglandines et des leucotriènes Kiuchi F : Inhibition of prostaglandin and leukotriene biosynthesis by gingerols and diarylheptanoids. Chem Pharm Bull 1992, 40(2):387-391; toutefois, l'action du gingembre met plusieurs semaines avant de se faire sentir...

      • Aloès (Aloe vera)

      • Bilberry (Vaccinium myrtillus) : antioxydant

      • Griffe du diable (Harpagophytum procumbens) : action anti-inflammatoire ; une étude publiée en 2003 montre une forte réduction de la douleur et des symptômes de l’arthrose chez 75 patients traités avec de l’harpagophytum. La douleur régresse de 25 à 45 % alors que la mobilité augmente d’autant Wegener T : Treatment of patients with arthrosis of hip or knee with an aqueous extract of Devil's Claw (Harpagophytum procumbens DC.). Phytother Res 2003, 17(10):1165-1172.

      • Grande camomille ou Feverfew (Tanacetum parthenium) : 25mg, 2 x/j

      • Thé vert (Camellia sinensis)

      • Houblon (Humulus pupulus), Romarin (Rosmarinus) : agissent en tant que modulateurs sélectifs de l'activité des kinases, et pourraient intervenir dans la prise en charge des douleurs rhumatismales ; les RIAA (Rho Iso-Alpha Acids) et les THIAA (TetraHydro Iso Alpha Acids), dérivés du houblon pourraient inhiber l'expression des enzymes COX2 inductibles ainsi que la production de PGE2 (de préférence en synergie avec Se, Zn et vitamine D)...

      • Réglisse (Glycyrrhiza glabra) : présente une activité cortisol-like

      • Chardon marie (Silybum marianum)

      • Picorrhiza (Picorrhiza kurroa)

      • Resvératrol

      • Scutellaire (Scutellaria baicalensis)

       

      • TRAUMEEL® est un produit naturel, qui contient 14 principes phyto actifs, régule l'inflammation, favorise la guérison naturelle de l'inflammation et améliore ainsi la récupération. L'utilisation topique du gel/crèmeTraumeel® peut être associée à la thérapie par ultrasons, notamment pour traiter une entorse de la cheville.

 

    • Zn, Mn, Se... :

 

 

        • le Zn stimule la croissance des lymphocytes T : une déficience en Zn peut donner lieu à une diminution de la fonction immunitaire et à une sensibilité accrue aux infections

        • le Zn soutient le thymus : il joue un rôle essentiel dans la croissance et la récupération de la glande thymus...

        • le Zn augmente la capacité des macrophages

 

      • le sélénium (200mg/j de sélénométhionine): effet anti-oxydant puissant

      • le manganèse : possède un effet anti-allergique...

 

 

Se mettre soi-même à la terre : pourrait être le chaînon manquant

 

* La théorie de la mise à terre est basée sur le fait que la terre possède trop d'électrons libres. La mise à terre (le contact direct des pieds nus avec le surface de la terre) permet le transfert d'électrons négatifs libres de la terre vers notre corps jusqu'à atteindre le même niveau énergétique (le potentiel électrique) que la terre (0 volt).

 

 

Mais nous ne vivons plus "par" terre, mais "au-dessus" de la terre, séparer d'elle par des sols en bois, par des semelles en caoutchouc ou par une couche épaisse d'air (appartement).

 

Nous savons que des radicaux libres sont instables et réactifs et à la recherche d'électrons libres, entraînant des dégâts aux cellules saines.

 

Des électrons libres transférés de la terre vers notre corps pourraient les neutraliser. En outre, ces électrons libres sont des puissants antioxydants capables de calmer des états inflammatoires (cause sous-jacente de la plupart des maladies chroniques) et de réduire le rythme cardiaque et la tension artérielle . Ils permettent également une meilleure circulation sanguine au niveau de la peau et des tissus en diminuant la viscosité sanguine (effet antiagrégant et anticoagulant, en améliorant la charge électrique (le potentiel zêta) des globules rouges). Qui plus est, une mauvaise circulation tissulaire n'apportera aussi pas assez d'oxygène, entraînant un glissement de la glycolyse aérobie vers la glycolyse anaérobie, provoquant une acidification (inflammation!). Une carence en électrons empêche que l'organisme combat efficacement un état inflammatoire (Electron Deficiency Syndrome) .

 

En embrassant un arbre ou en courant pieds nus sur une plage de sable ou sur une pelouse mouillée (= se connecter à la terre), l'organisme pourrait accepter des électrons, ce qui favoriserait la circulation sanguine et réduiserait les états inflammatoires.

 

Notre terre comme antidote naturel .

 

 

* Les appareils électriques et électroniques (TV, PC, Radio, DECT telefoon, Wi-Fi, GSM, micro-ondes...) produisant des tensions électromagnétiques (TEM) peuvent mettre notre corps sous tension.

 

Cette tension pourrait provoquer un stress dans les organes et le coeur : pouvant entraîner surexcitation cardiaque (troubles du rythme cardiaque) ou (sur)rénale provoquant une acidification tissulaire (acide urique) au niveau des articulations, augmenter la tension artérielle ou une surproduction d'hormones de stress (ce qui affaiblit le système immunitaire et stimule le stockage de graisses abdominales) .

 

  1.  

A tester aisément à l'aide d'un bon multimètre : choisir d'abord le mode alternatif (AC), placer l'électrode rouge sur la peau et l'électrode noire sur à la terre (prise mise à terre, conduite d'eau). Plus votre écran TV ou PC est grand, plus la tension mesurée sera élevée. Cette tension ne peut pas être évacuée étant donné que nous ne sommes plus en contact direct avec la terre.

 

La réduction de la charge de TEM, en supprimant les sources de rayonnement et en appliquant une isolation conductrice, peut réduire ou éliminer les symptômes. Cependant, la personne reste très sensible et les troubles réapparaissent en cas d'exposition répétée. C'est ce qu'on appelle l'électrosensibilité ou l'électrohypersensibilité (EHS). La durée d'exposition à partir de laquelle les troubles apparaissent peut varier considérablement d'un individu à l'autre.

 

Dans l'importante étude américaine NTP (National Toxicology Program), des rats ayant été exposés à des rayons GSM, présentaient deux types de cancer bien spécifiques du système nerveux : des gliomes (tumeurs du tissu glie cérébral) et des schwannomes malins cardiaques (une tumeur très rare des cellules Schwann). Chez les rats non exposés, aucune de ces tumeurs n'avait été observée . En outre, d'après cette même étude, plus les rayons étaient intenses, plus le risque de tumeurs était élevé.

 

Les effets du rayonnement GSM sont incertains, mais l'hyperthermie locale est certainement à craindre : 43°C est un risque sérieux (comme une fièvre sévère) . Les micro-ondes comme le GSM (2,4-2,5 GHz : profondeur de pénétration d'environ 2 cm) rendent l'intérieur chaud, l'isolation des cheveux et de la peau protège du soleil, mais pas de l'intérieur. La transpiration et la brise aident aussi, bien sûr. Les appels GSM seraient donc plus dangereux s'ils étaient longs, au soleil, sans vent, à des températures estivales élevées, avec une forte humidité, une mauvaise circulation sanguine et loin du mât (une puissance plus élevée est nécessaire)...

 

Voir aussi : Les champs électromagnétiques et la santéTéléphones mobiles et santé (Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement).

 

Voir aussi : La France interdit la vente de l'iPhone 12 (09 2023) car les appareils émettraient trop de TEM (rayonnement émis par l'appareil lorsqu'il est tenu dans la main ou dans la poche) (une valeur de DAS de 5,54 watts/kg du poids corporel, tandis que l'Europe n'autorise que 4 watts/kg), entraînant un réchauffement non négligeable des tissus . Entre-temps, une mise à jour du logiciel par Apple a réduit les ondes .

 

Des champs ou des courants plus intenses sont utilisés à des fins thérapeutiques (EPTE : électrolyse percutanée intra-tissulaire thérapeutique écho-guidée).

 

Dans la table de cuisson à induction, des bobines produisent un champ magnétique d'une fréquence comprise entre 25 et 100 kiloHertz.  Cela génère un courant de Foucault électrique dans le fond magnétisable de la casserole posée sur la table de cuisson. La résistance de ce matériau transforme alors l'énergie en chaleur. Il y aurait également un champ de fuite. Un rapport suisse montre que les études sur la sécurité à long terme aux fréquences utilisées dans l'induction sont insuffisantes . L'intensité du champ magnétique, dans certaines situations, dépasse les limites de sécurité, ce qui peut présenter un risque pour les enfants, les femmes enceintes et les cuisiniers professionnels en particulier . Et si l'on porte une bague, une montre avec un bracelet métallique, un objet en fer dans la main?

 

Imaginez que vous ayez une crise cardiaque, que vous vous fassiez poser un pacemaker et que vous deviez soudain faire transformer votre cuisine ? Idem en cas de grossesse...

 

Il est évident que l'on a besoin d'un appareil de mesure lorsqu'on utilise une plaque de cuisson à induction !

 

 

Bien que l'industrie des communications sans fil repose sur l'hypothèse que le seul type de rayonnement susceptible de causer des dommages est ionisant (les rayons X en sont un exemple), les chercheurs avertissent depuis longtemps que même les rayonnements non ionisants et non thermiques peuvent mettre votre santé en danger.

 

Voir aussi : ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection)

 

Note :

Toute radiation électromagnétique véhicule une certaine forme d'énergie, même si elle est non susceptibles de provoquer un cancer. Le rayonnement lumineux d'une lampe ordinaire n'est pas nocifs pour notre peau. Les ultraviolets possèdent encore suffisamment d'énergie pour provoquer un cancer de la peau en cas d'exposition prolongée. Plus la fréquence est élevée, plus d'énergie est dégagée. A partir d'un certain seuil, environ mille milliards de hertz ou 1000 terahertz, l'énergie est assez élevée pour faire tomber les électrons des atomes. C'est alors que l'on parle de rayonnement ionisant. Il peut modifier la composition chimique des substances et, chez les êtres vivants, affectent les cellules et provoquent le cancer.

 

Les TEM pourraient aussi garder les canaux calciques ouverts, facilitant ainsi la pénétration d'ions calciques dans toutes les cellules, pouvant entraîner un risque accru de crampes, de vertiges, d'une augmentation de la tension artérielle et d'une perturbation de l'équilibre Ca/Mg. Tout comme le potassium, des suppléments de magnésium pourraient aider à corriger ce déséquilibre et à normaliser la tension artérielle élevée (ou avec des antagonistes calciques, une classe de médicaments antihypertenseurs...).

 

Le magnésium aiderait à relaxer les muscles trop tendus. Ceux qui travaillent chaque jour avec ces appareils (IT, secrétaires...) auriont un besoin accru en magnésium.

 

 

Eviter la formation de cicatrices (tissu conjonctif) :

 

    • stimuler la synthèse du collagène :

      • une présence suffisante de vit C, de fer et d'oxygène est indispensable pour la production du collagène

      • des cofacteurs impliqués : Vit B3, Vit B6, Zn, Si, Cu, Mn, lysine et même insuline, important dans l'activation de la glycosyltransférase (ajoute par glycosylation des sucres aux chaînes de protéines du pro-collagène : voir aussi "Glycoprotéines")

    • améliorer la formation de tissu conjonctif :

      • sulfate de glucosamine : aide à saturer le tissu conjonctif d'eau afin de faciliter le transport des nutriments

      • acides gras oméga3 et 6, vit E : pour améliorer la perméabilité membranaire et la circulation sanguine locale

    • optimiser la guérison :

      • vit C et E

 

 

                                                                                                                                                                                      

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2024, Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 27-mai-24                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.