Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Autres produits alimentaires

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

Sommaire :

 

Le riz

Le miel

Contenu :

Le riz :       

 

115kcal/100g en moyenne (riz cuit)

 

Le riz complet (sauvage) est une céréale. Il existe aujourd'hui 2 espèces de riz : l'Oryza sativa, qui est planté partout dans le monde et l'Oryza glaberrima (riz rouge) qui n'a jamais quitté son berceau d'Afrique occidentale. Ces 2 espèces regroupent des dizaines de milliers de variétés.

 

En Asie, on pense que le riz transmet aux hommes qui le consomment une énergie sacrée, sa culture elle-même est sacralisée.

 

Certains de ces petits grains sont parfois considérés avec autant de déférence que les grands vins de France : il y a des terroirs, des variétés plus prisées, de bonnes et de moins bonnes années.

 

Plusieurs études indiquent que le riz est une source réelle d’arsenic inorganique pour les humains en Europe. Toutefois, son taux reste très modeste et aucun effet négatif sur les enfants n’a été observé. Au moment de la cuisson du riz, ne pas opter pour la cuisson par évaporation d’eau, mais plutôt cuire le riz dans l’eau bouillante, un peu comme les pâtes, puis égoutter et même rincer. Ainsi, l’arsenic sera éliminé avec l’eau de cuisson.

 

 

Composition :

 

Dans 100g de riz complet, on trouve 8g de protides, 77g de glucides et 1.1g de lipides.

 

    • le riz ne contient pratiquement pas de lipides (même 0% dans le riz blanc) ;

    • le riz est riche en amidon (glucide complexe) : son index glycémique se situe entre 56 (riz complet) et 83 (riz blanc), ce qui veut dire qu'il rassasie longtemps.

    • les fibres alimentaires contenues dans le riz complet auraient la propriété de :

      • faire baisser le taux de LDL-cholestérol dans le sang

      • capturer une partie des lipides et des glucides, de manière à ce qu'ils soient évacuées dans les selles avant même d'être assimilés par l'organisme

      • réduire l'excès d'acide gastrique

      • favoriser le transit intestinal

      • nourrir la flore intestinale (action prébiotique)

        • toutefois, trop de fibres peuvent induire de la fermentation avec des flatulences intestinales!

    • le riz blanc (poli) ne contient quasi plus de fibres ;

    • le riz brun peut être utile en cas de paresse intestinale, une purée de riz blanc lors d'une diarrhée ;

    • le riz ne contient pas de gluten, ce qui en fait un aliment idéal pour les personnes souffrant d'allergies au gluten ;

    • le riz complet contient les 12 protéines essentielles (arginine, histidine, lysine, tryptophane, phénylalanine, tyrosine, leucine, isoleucine, thréonine, méthionine, cystine, valine) ;

    • le riz ne contient pas autant de protéines que le soja, mais sa richesse en lysine rend sa consommation intéressante ;

    • le riz blanc a perdu une grande partie de ses nutriments, concentrés dans le péricarpe.

 

Dans 100g de riz complet, on trouve également 300mg de phosphore, 275mg de potassium, 106mg de magnésium et 50mg de calcium.

 

Le riz apporte des vitamines du groupe B, notamment B1, B2, B6 et B9.

 

Le gamma-oryzanol est un extrait naturel de l'huile de sons de riz, lequel contient des phytostérols et des esters de l'acide férulique. Le gamma-oryzanol bénéficie de caractéristiques antioxydantes intéressantes en cas d'une production accrue de radicaux libres (inflammation).

 

 

Les produits dérivés du riz :

 

le lait de riz : fabriqué à partir du riz complet, c'est une boisson à saveur douce, qui se boit facilement nature. Son goût discret permet de l'utiliser dans les préparations culinaires telles que les crèmes, les sauces, les entremets, gratins et autres clafoutis.

 

    • la crème de riz : est une farine de riz très fine, qui a été précuite à la vapeur. Elle convient autant pour cuisiner du salé, que du sucré.

 

    • les flocons de riz : sont les plus légers. Leur goût discret permet de les associer avec des flocons de céréales plus fortes, comme le sarrasin p. ex.. On les utilise pour épaissir et donner du vélouté à une soupe mixée ou pour fabriquer des galettes végétales.  

 

    • la farine de riz : s'utilise pour épaissir les sauces, les potages et pour confectionner des crèmes. Sans gluten et très digeste, elle convient aux bébés et aux enfants.

 

    • les pâtes de riz : remplacent très bien les pâtes de blé. Il faudra cependant veiller à respecter le temps de cuisson afin d'éviter le côté "gluant" que peut avoir le riz trop cuit.

 

Le miel :       

 

312kcal/100g

 

Le miel est un aliment dérobé. C'est une sécrétion animale, une sorte de lait de croissance destiné aux seules abeilles immatures, et que l'on s'approprie pour le seul plaisir du palais. Dans la préhistoire, le miel était probablement déjà un source importante d'hydrates de carbone .

 

Le miel se présente comme une substance visqueuse de couleur jaune pâle à châtain foncé, d'une saveur douce sucrée et aromatique avec un pH moyen de 3.9, très hydroscopique (elle attire fortement l'eau) et avec une forte osmolarité (cela signifie qu'il vient à bout des germes en provoquant chez eux une forte déshydratation; privés d'eau, ceux-ci disparaissent purement et simplement). Le miel est riche en vitamines (B1, B2, B3, B5, B6, E, K et C), en minéraux (Fe, Cu et Mg), en oligo-éléments (Mg, Si...), en enzymes (dont la gluco-oxydase (qui va produire de peroxyde d'hydrogène H2O2), invertases, catalases, phosphatases acides...), flavonoïdes, Méthylglyoxal (MGO) et en peptides aux propriétés antibactériennes (défensives).

 

Avec son pH acide, ses flavonoïdes (provenant des huiles essentielles des nectars de fleurs), ses protéines antimicrobiennes comme la défensine-1 et son inhibine (une substance antiseptique), le miel est un véritable poison pour les microbes.

 

Riche en acides aminés essentiels, en particulier le tryptophane qui est un précurseur de sérotonine, laquelle régule le cycle sommeil-éveil, les sentiments de bien-être. Elle contient aussi de l’acétylcholine utile neuromédiateur de la mémoire.

 

Le miel apporte moins de calories que le sucre blanc, 300 calories au lieu de 400, et surtout des calories utiles, riches en vitamines et minéraux. Autre atout : le miel sucre davantage...

 

Toutefois,

    • le miel est riche en sucres simples et en particulier en fructose (40 à 70%) : à consommer avec modération.

    • le miel n'est pas recommandé aux diabètiques, mais il n'est pas interdit. Il peut être intégré dans leur ration alimentaire dans le cadre strict de leur ration quotidienne de glucides autorisée (toutefois, par rapport aux dextrose et fructose, le miel élève moins rapidement la glycémie).

    • le miel est également riche en acide formique, inhibiteur des enzymes digestives.

    • le miel, par sa consistance, pourrait freiner la digestion.

      • en conclusion : le miel ingéré seul est facteur de santé

 

Le miel est produit par des abeilles à partir du nectar de fleurs (ou du miellat) puis stocké dans les alvéoles de la ruche jusqu'à maturité. Etant donné que le miel est prédigéré par les abeilles, ses 2 sucres principaux, dextrose et lévulose, sont rapidement assimilés. Pour notre organisme, le miel possède des propriétés énergisantes, mais également fébrifuges, calmantes, adoucissantes, antiseptiques, antitussives, digestives, laxatives, cardiorégulantes, immunostimulantes, probiotiques, antioxydantes, anti-anémiques (les miels foncés) et diurétiques. Le miel est un excellent agent conservateur.

 

ATTENTION : il existe des faux miels, en général fabriqués en Chine en mélangeant tous les ingrédients chimiques. Vérifier toujours l'étiquette!

 

Du point de vue thérapeutique, le miel peut être utilisé dans le traitement de : asthénie, anorexie, troubles digestifs, troubles cutanés, troubles métaboliques (dénutrition, retard de croissance...), la toux... et pour éviter des états d'épuisement lors d'exercices sportifs d'endurance. Etant donné que le miel est très riche en fructose et en calories, sa consommation en cas d'excès de poids est à proscrire. Cette remarque est également valable pour des autres édulcorants naturels tels que les sirops d'érable, de riz et d'agave (90 à 97% de fructose et donc à éviter absolument!). Limiter leur consommation.

 

Le miel a montré la capacité d’induire la production accrue de cytokines nécessaires à la réparation tissulaire :

 

    • le TNF-α : stimule la mitose des kératinocytes et la libération de facteurs de croissance.

    • l’IL-6 : stimule l’angiogénèse et la prolifération des fibroblastes.

    • l’IL-1β : stimule la libération de facteurs de croissance.

 

 

Le manuka est un arbuste (Leptospermum scoparium) de la famille du Tea tree (Mélaleuca) poussant en Nouvelle-Zélande.

 

Le miel médicinal (Miel de Manuka ou du miel cru), source naturelle du peroxyde d'hydrogène (H2O2) et d'une forte concentration en MGO (jusqu'à 1000x celle retrouvée dans les miels classiques), et cette combinaison tue les bactéries impliquées dans des infections cutanées, telles que le Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticilline (SARM) et l'entérocoque vancomycine résistant (EVR) Wageningen University Resource, 28/02/2011. Il agit sur des bactéries, des levures et des protozoaires. Les pansements à base de miel médical ont divers effets thérapeutiques qui aident au débridement des tissus et au contrôle des odeurs et ils peuvent aussi favoriser la guérison : le miel médicinal  attire rapidement de l'eau (effet d'osmose favorisant le nettoyage de la plaie), protège contre des infections (grâce à l'inhibine bactéricide et une enzyme qui, au contact de l'eau, convertit le sucre et l'oxygène en acide glucuronique et en peroxyde d'hydrogène), présente une effet épargnant protéique et offre l'énergie nécessaire au processus de cicatrisation. Dans de tels pansements, le miel médical (MediHoney) peut être associé à : MSM, calendula et symphytum. L'activité antibactérienne disparaît si le miel est chauffé ou exposé longuement à la lumière (du soleil).

 

Le miel de Manuka des Maoris est également très efficace dans les ulcères de l'estomac (par Helicobacter pyroli) et la lutte contre les Staphylocoques dorés. Il semble particulièrement intéressant pour les personnes qui suivent une radiothérapie.

 

L'activité antibactérienne de MGO des miels de Manuka est mesurée par 2 indices : IAA et UMF. Plus l'un de ces indices est élevé (la valeur max. = 18), meilleure est la puissance antibactérienne. Voilà pourquoi ces miels sont si chers...

 

 

Sortes de miel :

 

En plus des miels classiques à base de fleurs diverses (polyflore), il existe également des miels à base d'une fleur (monoflore) aux propriétés spécifiques :

 

    • Fluer d'oranger : relaxant

    • Romarin : digestif

    • Thym : adoucissant pour la gorge

    • Acacia : émollient des voies respiratoires, pour des troubles intestinaux

    • Tilleul : calmant

    • Eucalyptus : dégage la respiration

    • Pin : calmant des picotement de la gorge

    • Lavande : calmant des petits maux d'hiver et en cas de rhumatisme

    • Trèfle : bénéfique pour les enfants en croissance

    • Montagne : riche en minéraux

 

 

Conservation :

 

Conservez le miel au frais et à l'abri de la lumière pour conserver de manière optimale ses vitamines et autres substances utiles. Toutefois, sa conservation au réfrigérateur est à déconseillée. Gardez les pots de miels bien fermés car le miel absorbe facilement l'humidité et les odeurs!

 

    • si le miel liquide se cristallise : placez le pot de miel au bain-marie (40°C), pendant quelques minutes,

    • si une couche brune fluide apparaît sur le miel solide : le miel est conservé trop au chaud ; il suffit de bien mélanger et le miel sera comme avant,

    • si le miel se rétracte et des "fleurs de givres" blanches apparaissent : le lieu de conservation est trop froid ; placez le pot quelques jours dans un endroit plus chaud (26 - 28°C) et le lait retrouvera son apparence d'origine!

 

Chez l'enfant de moins d'un an, la consommation de miel doit être évité, étant donné le risque de botulisme infantile, une maladie neurologique rare provoquée par Clostridium botulinum, survenant chez les enfants de moins d’un an en raison de l'immaturité de son système immunitaire.

 

Dérivés de miel :

 

La propolis :

    • sorte de glu fabriquée par les plus âgées des abeilles à partir de résine, de bourgeons, d'écorce et de feuilles d'arbre (de préférence de peupliers et de bouleaux),

    • est utilisée pour isoler parfaitement la ruche, mais surtout pour réduire la présence de bactéries dans la ruche (action antibiotique) et agit pareillement dans l'organisme humain,

    • son activité antifongique, antibactérienne et antibiotique est efficace dans le traitement de toutes les affections de la sphère ORL (angine, rhinite allergique, rhume, otites, amygdalite ...), de la sphère buccale (maux de gorge, gingivite, aphte, herpès labial), de la vessie et surtout dans le sphère dermatologique où elle est efficace dans un très grand nombre de pathologies cutanées (assainir et cicatriser les plaies, en particulier les brûlures, traiter les mycoses, l'herpès génital et les vaginites) ; prudence toutefois, parce que 5 à 6% de la population serait allergique à la propolis,

    • est un stimulant puissant du système immunitaire par activation des lymphocytes T ; en outre, elle permet de limiter la baisse des plaquettes, des leucocytes et globules rouges lors d'une chimiothérapie anticancéreuse,

    • la propolis verte d'origine brésilienne riche en Artépilline C (6 à 8%), pourrait être un PAK1-bloquant sélectif (action vue chez la souris) (voir : "Le cancer, Facteurs déclenchants, facteurs génétiques"),

    • est utilisée sous forme de tablettes ou de teinture dans le traitement d'infections au niveau de : bouche, gorge, amygdales, oreille, tractus gastro-intestinal (ulcères gastriques et duodénaux : propolis + vitamine U + réglisse), peau, vessie (propolis + acide ascorbique + canneberges)... mais également dans le traitement de troubles de la ménopause (bouffées de chaleur, troubles d'humeur, troubles du sommeil, SPM...).

 

La gelée royale :

    • 140kcal/100g

    • est un liquide visqueux et blanchâtre, elle est issue de la sécrétion glandulaire des jeunes abeilles ouvrières pour nourrir les larves (les premiers jours de leur vie) et la reine (toute sa vie),

    • est extraite à l'aide d'une pipette à aspiration : sa confection naturelle est de faible proportion, car les abeilles n'en produisent que la quantité nécessaire à leurs propres besoins,

    • contient des protéines (12%), des acides gras, des acides aminés, des sucres (9%), des vitamines (A, B1, B2, B5, B6, B8, B9, B12, C, D, E) et des minéraux (S, P, K, Si, Fe, Cu, Ca...),

    • stimule l'ensemble de l'organisme, renforce sa défense immunitaire, régule la production d'adrénaline, ce qui équilibre le système nerveux et met l'anxiété et l'insomnie en déroute ; elle ralentit le vieillissement prématuré des organes et de la peau (en augmentant la consommation d'oxygène des tissus) et stimule la croissance chez l'enfant,

    • à prendre à jeun, en la laissant fondre lentement sous la langue, et en cure de 6 semaines.

    • son administration continue est déconseillée chez le patient cancéreux : la gelée royale pourrait accélérer la mitose.

 

Le pollen :

    • 320kcal/100g

    • recueilli par les abeilles au cours du butinage, il est aggloméré en pelotes, imbibé de nectar et placé dans les alvéoles, en attendant sa transformation en milieu anaérobie en cire de miel, appelée "pain des abeilles" : il constitue, comme le miel, leur réserve de nourriture ; le pollen contient 10 différentes vitamines (toutes les vitamines B, sauf la vit B12) et 5 minéraux,

    • dynamise l'organisme grâce à sa richesse en protéines. Ses acides aminés agissent sur la fatigue physique et intellectuelle, et sa forte teneur en sélénium ralentit le vieillissement cellulaire ; 100g de pollen contient la même quantité d'acides aminés essentiels (surtout soufrés) qu'un demi kilo de viande ou que 7 oeufs (30g de pollen suffisent pour couvrir les besoins journaliers d'un adulte en acides aminés essentiels),

    • à prendre au changement de saison, en capsules de pollen (fermenté) en cure de 3 semaines, éventuellement associé à la gelée royale... ; le pollen est un excellent régulateur de la fonction intestinale et peut être bénéfique en cas de colite, de diarrhée chronique et de constipation ; il est également utile en cas de prostatite, ou de L'hypertrophie bénigne de la prostate (ses puissants effets anti-inflammatoires permettent d'améliorer considérablement les symptômes, la douleur et la qualité de vie des patients atteints de prostatite chronique).

    • attention : les grains de pollen d'abeille n'ont rien à voir avec le pollen de fleurs transporté par le vent (ces pollen sont des spermatozoïdes volants des plantes en quête "d’ovules" (le pistil)), et qui sont à l'origine des manifestations allergiques respiratoires... Au contraire, les pollen de miel peuvent être recommandés aux allergiques pour améliorer leur "terrain".

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2023                           Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 08-janv.-23                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.