Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

L'acide urique            Top

 

De nombreux aliments azotés (poisson, viande, fromage, café, thé, chocolat, légumineuses...) contiennent des bases organiques, les unes puriques, les autres pyrimidiques. Normalement, on les retrouve dans les cellules humaines, dans la composition des acides nucléiques, dans l'ADN et l'ARN, les premières sous forme d'adénine et guanine, parfois accompagnées de xanthine, de caféine, de théophyline, etc., les secondes sous forme de cytosine, de thymine et d'uracile.

 

Ces substances protidiques sont attaquées par les sucs intestinaux, par les leucocytes dévoreurs de cellules mortes, malades ou vieillies, par la glande hépatique. Alors les bases puriques sont dégradées en acides urique, poison très toxique, tandis que les bases pyrimidiques sont décomposées en urée beaucoup moins toxique, en sels ammoniacaux, en eau et en gaz carbonique (voir aussi : "Le métabolisme protéique").

 

Taux normaux de l'acide urique dans l'urine : 2.4-5.7mg/dl (femme), 3.4-7.0mg/dl (homme).

 

 

Protéines > purines > acide urique.

 

 

L'organisme est économe en purines. En effet, 90% des purines, obtenues par dégradation de l'ADN, sont recyclées. Les autres 10% de purines sont décomposés en acide urique, afin d'être éliminés par l'organisme.

 

Une dégradation plus intense d'acides nucléiques, p. ex. en cas de détériorisation tissulaire, élève donc la production d'acide urique dans l'organisme. En outre, aussi la dégradation d'acides nucléiques d'origine alimentaire (abats (foie, rognons...), gibier, charcuteries, viandes grasses, poisson...), l'alcool (en particulier la bière), l'obésité, le fructose (dans les sodas sucrés...) ... le font monter.

 

Durant le métabolisme d'acide urique, des substances intermédiaires telles que l'hypoxantine et la xanthine sont produites. La xanthine est finalement convertie en acide urique.

 

Inosine / Purines ---> Hypoxanthine  ---> Fe, Mo  ---> xanthine

 

---> xanthine  ---> via la xanthine oxydase + O2 + H20 + Fe/Mo ---> acide urique + H2O2

 

La xanthine oxydase est freinée par l'acide folique, quercétine, bromélaïne...(important en cas de goutte)

 

 

Chez l'Homme, l'acide urique n'est pas dégradé : c'est dans l'organisme un "scavenger", un piégeur de radicaux libres (oxygène, groupements peroxyde et hydroxyle). L'acide urique est donc aussi un antioxydant du système urinaire!

 

L'acide urique est donc également un antioxydant des voies urinaires. des taux normaux d'acide urique contribuent à plus de 50% de la capacité antioxydante du sang (anti-radicaux libres). Par contre, son excès chronique représente un facteur de risque de certaines maladies telles que la goutte, des calculs rénaux...

 

 

 

On suppose qu'une production accrue d'acide urique est compensée par une augmentation de l'excrétion et de mise en dépôt dans l'organisme. L'alcool induit une hyperuricémie.

 

 

      • l'acide urique est peu soluble dans l'eau et ne circule donc pas librement dans le sang mais sous forme de son anion, l'urate de sodium. A un pH = 7.35, plus de 90% de l'acide urique est ionisé en urate. Toutefois la formation de cristaux d'acide urique peut également être due à une augmentation de la fraction protonée de l'acide urique, par une diminution du pH urinaire par exemple.

 

      • une excrétion réduite peut être causée par e.a. une présence excessive d'acides oxalique et lactique (lactate), et de corps cétoniques (production d'acétoacétate et de bêta-hydroxybutyrate chez le patient diabétique). Un état d'hyperinsulinémie/résistance à l'insuline diminue aussi l'excrétion rénale d'acide urique.

      •  

      • des dépôts de cristaux d'acide urique se forment alors dans et autour des articulation et dans les tissus conjonctifs. Ces cristaux irritent les tissus et provoquent ainsi une inflammation articulaire chronique (arthrite, voir aussi : "L'usure articulaire"). La cristallisation spontanée des cristaux du sel sodique d'acide urique est responsable de la crise aiguë de la goutte. La goutte est une des maladies qui font partie du syndrome métabolique.

 

      • une accumulation de sels d'acide urique dans les reins peut provoquer à terme la perte de la fonction rénale.

 

      • des calculs rénaux composés d'acide urique quasiment insoluble sont fréquents. Un degré faible d'acidité urinaire, comme rapportés chez le goutteux, favorise la formation de calculs. D'où l'importance d'alcaliniser l'organisme (voir aussi : "Equilibre acido-basique").

 

 

 

      • la quantité d'acide urique éliminée par voie rénale peut être considérée comme indicateur du degré de la dégradation tissulaire : si le taux sanguin d'acide urique est >4mg/dl (homme) ou > 3.5mg/dl (femme), il est recommandé d'éviter l'utilisation de tous les aliments à bases de fructose.

 

 

 

 

---> Xanthine  ---> milieu anaérobie ---> 2,3 DPG

 

---> On peut donc freiner la formation d'acide urique dans l'organisme en faisant des exercices physiques journaliers (tandis que le sport acidifie!) ; un supplément de vitamine C peut aider l'excrétion de l'acide urique.

 

 

 

 

 

 

 

Au gré d'études animales, il a été démontré que l'hyperuricémie, même faible, peut altérer le rein. Chez l'homme, plusieurs études de cohortes montrent que le niveau accru d'uricémie (même sans signes de goutte) augmente le risque de développer une HTA (hypertension artérielle) .

 

            Top

 ZOELHO (c) 2006 - 2022, Paul Van Herzele PharmD             Dernière version : 9-Janv-2022                

Disclaimer