Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Les épices

Top

 

Les épices sont des végétaux (fruits, bourdons, semences, écorce, rhizome...) aromatiques, souvent d'origine tropicale. Exemples : le poivre, la cannelle, la coriandre, la muscade, le gingembre, la cardamome, le clou de girofle, le piment, le safran, la vanille, ...

 

En Europe, la plupart des épices sont utilisées dans l'alimentation et leurs vertus thérapeutiques ont été négligées. Bien que le pouvoir médicinal de certaines épices soit connu depuis longtemps. Elles sont en général riches en vitamines et minéraux (antioxydants). Préférer les épices bio non traitées.

 

La plupart des épices présentent une activité antibactérienne. Merci Dame nature!

 

La consommation des condiments (à l'exception de l'alcool) ou des épices est à encourager dans le maximum des plats, parce que les effets des composants végétaux se trouvent potentialisés. En outre, ils ne contiennent peu ou pas de calories, et sont ainsi fort utiles afin d'effectuer quelques variantes culinaires lorsque l'on souhaite réduire l'apport de matière gras. Toutefois, elles ne doivent pas dominer l'ingrédient principal. Dans un recette, il est donc difficile de parler de quantités. C'est plutôt une question de saveurs.

 

D'autre part, plus elles sont dominantes, plus petites sont les bouchés. Etant donnée que des petites bouchés entraînent plus vite un sentiment de satiété, ajouter plus d'arômes à nos plats peut aider dans la gestion du poids corporel .  

 

Les gens qui aiment les aliments épicés peuvent manger moins de sel et ont une pression artérielle plus basse, ce qui pourrait réduire leur risque de crises cardiaques et d'AVC... .

 

 

 

Voir aussi : "Fond de cuisine". En manque d'inspiration? Essayez "Foodpairing".

 

 

Sommaire :

La cannelle

 

La coriandre

 

Le gingembre

 

Le clou de girofle

 

Le curcuma

 

La noix de muscade

 

Le piment

Contenu :

La cannelle :     Top

 

L'écorce de la cannelle peut aider à traiter les affections ORL grâce à ses huiles essentielles (aldéhyde cinnamique et eugénol) aux vertus antiseptiques (en synergie avec l'origan). Elle contient également des tanins qui protègent la muqueuse digestive, des mucilages qui facilitent la digestion et une bonne quantité de fer et de calcium.

 

La cannelle est également appréciée pour son action antispasmodique et son rôle dans l'élimination des gaz et dans la lutte contre la diarrhée.

 

La cannelle est utilisée traditionnellement dans les maladies inflammatoires. Elle peut moduler la réponse immunitaire en régulant l'expression des gènes impliqués dans l'inflammation. Pour soulager les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde (maladie auto-immune) .

 

En association avec le gingembre,  elle est souvent utilisée pour "réchauffer" l'organisme en cas de refroidissement. Enfin, elle stimule la circulation, notamment au niveau des extrémités (doigts et ongles).

 

De récentes études ont démontré que, chez les diabétiques de type 2 qui ne doivent pas encore prendre d'insuline, la consommation régulière de poudre de cannelle (1 à 6 g/jour) abaisse la glycémie et réduit les taux de graisses et donc le risque de maladies cardiovasculaires (diminution de la glycémie de 18 à 29%, des triglycérides de 23 à 30%, du cholestérol LDL de 7 à 27%, du cholestérol total de 12 à 26%) & (effets hypoglycémiants et hypolipémiants attribués à un de ses composants, la cinnamaldéhyde).

 

Chez la personne en bonne santé, la cannelle peut aider à contrôler la glycémie qui suit un repas riche en farineux. La poudre de cannelle (et non l'huile essentielle) ne présente aucun risque et est très bien supportée. On utilise la cannelle dans les aliments comme substitut au sucre et aux édulcorants.  

 

En cas d'insuffisance hépatique ou rénale : utilisez les doses les plus basses car certaines variétés contiennent des doses relativement élevées de coumarine : la variété Cinnamonium verum/zeylanicum (cannelle vraie) est plus sûre que la variété Cinnamonium cassia, très riche en coumarines (et toxiques pour le foie) . Toutefois, dans les épices de commerce, les 2 variétés sont mélangées.

 

Il est très difficile pour le consommateur de faire la différence entre la bonne et la mauvaise cannelle, quand on l'achète en poudre. En revanche, en bâton, la cannelle cassia (mauvaise) se reconnaît tout de suite : elle est brune et formée d'une seule grosse couche d'écorce enroulée. La bonne cannelle (cannelle de Ceylan) est jaune et les bâtons sont formés de fines couches enroulées. Il est donc préférable de s'adresser à un herboriste qui indique clairement sa provenance.

 

La coriandre :       Top

Les fruits de la coriandre est très utilisée pour parfumer les viandes, les poissons ou les soupes.

 

De nombreuses études ont démontré que les vertus de la coriandre tenaient aux qualités de son huile essentielle. Celle-ci est en effet dotée de propriétés antispasmodiques. La coriandre est aussi recommandée dans la prise en charge des diarrhées.

 

Ses graines sont particulièrement riches en silice, en acide linoléique, en tannins et en vitamine C. C’est pourquoi d’ailleurs, la coriandre est considérée comme un tonifiant, un stimulant voire un excitant pour l’organisme. Elle serait enfin intéressante contre les troubles légers de l’anxiété.

 

L’action bénéfique de la graine de coriandre sur le métabolisme des graisses a également été démontrée. Lors des études, la consommation de coriandre entraînait une baisse du taux de cholestérol total. Les mêmes bénéfices ont été observés au niveau des triglycérides sanguins. De manière générale, les graines de coriandre semblent exercer une action protectrice sur le métabolisme. D’autant qu’à ce jour, aucune toxicité particulière ne lui a été reconnue.

 

La coriandre dépérit près du fenouil mais s’épanouit près du persil et du cerfeuil.

 

Le gingembre :       Top

 

Le rhizome du gingembre est un excellent antiseptique en cas d'infections gastro-intestinales, grâce à la présence d'oléorésine. Il est également efficace contre les flatulences, les indigestions, les coliques, le mal des transports et les nausées chez la femme enceinte. Le principe amer, le gingérol, possèdes des propriétés stimulantes.

 

Enfin le gingembre améliore la circulation, notamment au niveau des extrémités, et peut contribuer à faire tomber la fièvre.

 

Des études chez l'animal montrent une activité antiagrégante et une diminution des taux de cholestérol (LDL et VLDL) et des triglycérides, probablement suite à son action intestinale (chylomicrons).

 

Interactions médicamenteuses : l'extrait du gingembre renforce l'activité des antiagrégants et des antagonistes calciques.

 

Note : la cardamome appartient à la même famille que le gingembre, mais est un peu moins amère.

 

Le clou de girofle :       Top

 

Le clou de girofle, les boutons floraux non éclos du giroflier, qui contient des huiles essentielles riches en eugénol (jusqu'à 85%), constitue un puissant antiseptique, anti-inflammatoire et analgésique. Le clou de girofle est particulièrement apprécié pour soulager des maux de dents (en agissant sur les récepteurs morphiniques périphériques. Un autre composant de ces huiles essentielles, l'acéteugénol, agit contre des spasmes digestifs douloureux : en freinant la fabrication des prostaglandines, l'acéteugénol exerce une action antispasmodique sur les spasmes respiratoires (toux), digestifs (gastro-entérite) et musculaires (courbatures).

 

Enfin, ses tanins soulagent les ballonnements et les coliques. Le clou de girofle est également recommandé en cas d'asthénie physique ou intellectuelle.

 

Le clou de girofle est efficace sur les herpès dont le bouton ne s'est pas encore développé.

 

Le curcuma :     Top

 

La racine séchée du curcuma est riche en huile essentielle (cétone terpénique) et en curcumine, un colorant naturel qui donne au curcuma sa couleur jaune vif. La curcumine (tumeric) est à la fois un antibactérien et un antioxydant (5 à 8x plus actif que la vitamine E). Le curcuma est un composant solide du curry indien et donne lui sa couleur.

 

Le curcuma soutien le système immunitaire et est également recommandé contre les inflammations (arthrite...). Il agit aussi sur les problèmes digestifs, il stimule la fonction hépatique et la sécrétion de la bile. Il aide à maintenir les taux de cholestérol à leur niveau normal.

 

Appliqué en cataplasme sur la peau, le curcuma soigne efficacement le psoriasis et certaines mycoses, comme le pied d'athlète.

 

Toutefois, à forte doses, le curcuma peut irriter la muqueuse gastrique et provoquer nausées et vomissements.

 

Voir aussi : "Curcuma, rhizome"

 

La noix de muscade :      Top

 

La noix de muscade, l'amande du fruit du muscadier, est très riche en huile essentielle (jusqu'à 15%). Elle est un excellent décontractant musculaire. Elle ouvre l'appétit, atténue les nausées, traite la diarrhée et soulage les douleurs abdominales.

 

Attention, consommée en grande quantité (une noix par jour), elle aura un effet hallucinogène et toxique (à cause de la myristicine et du safrol).

 

Le piment :     Top

 

Le fruit du piment est riche en capsaïcine qui stimule la production d'adrénaline et de noradrénaline, deux substances qui permettent de brûler les graisses et les sucres de réserve. Il facilite donc une perte de poids. En outre, la capsaïcine pourrait prévenir la formation de caillots sanguins et soulagerait de nombreuses inflammations. Ce principe actif et bactéricide aurait la capacité de brûler les graisses (obésité!). Des études avec le piment chez l'hamster montrent une réduction du cholestérol total, du LDL-cholestérol et des triglycérides . Chez l'Homme, une étude montre que les sujets qui consommaient du piment rouge avaient un risque de mortalité inférieur de 13%, en particulier grâce à un nombre inférieur de maladie ou de crise cardiaque .

 

Le piment contient également une quantité importante de la vitamine C, utile pour le tonus et contre les infections (150 à 180mg/100g contre 10 à 25mg pour la tomate), de la vitamine A et de l'acide folique (vit B9).

 

Enfin le piment facilite la digestion en stimulant les sécrétions des sucs gastriques, favorise l'élimination des toxines en augmentant la transpiration, et décongestionne le nez en cas de rhume.

 

Toutefois, le piment peut irriter, notamment en cas d'hémorroïdes, et est contre-indiqué en cas d'ulcère gastro-intestinal.

 

Top

 ZOELHO (c) 2006 - 2021, Paul Van Herzele PharmD             Dernière mise à jour : 4-Avr-2021                

Disclaimer