Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Le chrome

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

Symbole : Cr

 

 

Minéral important dans le métabolisme des hydrates de carbone et des corps gras.

 

Le chrome est un oligo-élément naturel de num_#xe9;ro atomique 24.

 

Dans la nature, il est présent dans différents états d'oxydation : Cr2+ , Cr3+ et Cr6+. Les composés du chrome d'état d'oxydation 3+ et 6+ sont les plus courants.

 

Toutefois, le chrome ne circule pas librement dans l'organisme : il est toujours lié à une oligopeptide, la chromoduline, la forme active du chrome. Cette oligopetide est composée de 4 acides aminés : glycine, cystéine, glutamate et aspartate.

Sommaire :

Les sources naturelles

 

Son rôle dans l'organisme

 

Les symptômes d'une déficience

 

Les effets positifs sur la composition des lipides sanguines

 

Quelques précautions

 

Les besoins nutritionnels

 

Côté pratique

Contenu :

Sources naturelles :             

 

Note :

    • le chrome trivalent Cr3+, la forme la plus stable et dominante dans la nature, est la seule forme physiologiquement active. Sous cette forme, le chrome est présent dans des aliments tels que la levure. La levure possède un complexe de chrome trivalent dans une molécule organique, appelée Facteur de Tolérance au Glucose (FTG). Le FTG est une composition de chrome, d'acide nicotinique (vit B3) et de 3 acides aminés (glycine, glutamine et cystéine).

 

    • un régime pauvre en chrome peut entraîner une intolérance au glucose. Des suppléments de chrome peuvent corriger cette intolérance. Ils contiennent également du chrome trivalent comme le picolate de chrome.

 

    • les aliments fournisseurs de chrome nous apportent également du cholestérol.

 

    • les aliments grillés et surgelés, ainsi que les repas pré-préparés contiennent peu ou pas de chrome.

 

Rôle dans l'organisme :             

 

Jusqu'aujourd'hui, aucune protéine ou enzyme n'a été trouvée utilisant le chrome comme cofacteur. Les mécanismes d'action du chrome restent donc encore flous. Des expérimentations chez des rats montrent qu'un régime pauvre en chrome peut induire une intolérance au glucose. Le chrome semble indispensable dans l'homéostasie glucosique normale. Il serait capable d'améliorer l'efficacité de l'insuline.

 

L'activité de la chromoduline renforce l'effet d'insuline : elle régule les variations au niveau du taux sanguin du sucre de différentes façons :

 

    • par normalisation de la concentration d'insuline libre. Il agit au niveau des récepteurs insulino-sensibles et sur la sensibilité des cellules bêta au glucose (d'où son utilité éventuelle dans le diabète du type 2).

 

    • en améliorant l'inertie et la cinétique entre le sucre dans le sang et l'insulinémie, entraînant une meilleure efficacité de l'insuline. Par conséquent, la sécrétion d'insuline diminue, son catabolisme est plus rapide et la réaction hypoglycémique est moins prononcée (donc aussi une diminution d'appétit).

 

Dans des circonstances normales, l'organisme est parfaitement capable de réguler la glycémie d'une façon efficace. Une alimentation riche en sucres raffinés et pauvre en aliments complets et donc aussi en chrome peut cependant perturber cet équilibre.

 

    • un faible taux de chrome peut rendre l'organisme plus vulnérable à la survenue d'une hypoglycémie réactionnelle (sécrétion non adaptée d'insuline après une consommation de "sucres"), due à un dysfonctionnement de l'insuline.

 

La chromoduline est donc physiologiquement active dans les différentes phases insulinodépendantes du métabolisme des hydrates de carbone, des protéines et des graisses.

 

    • étant donné qu'en présence de chrome, moins d'insuline est nécessaire, la lipogenèse sera moindre également, provoquant d'une part une diminution du cholestérol total libre, du cholestérol LDL, de l'apoprotéine B et des triglycérides et d'autre part, une augmentation du cholestérol HDL et de l'apoprotéine A (avec à long terme, une éventuelle diminution des risques cardiovasculaires).

 

En conclusion :

 

    • le chrome améliore le facteur de tolérance glucidique (FGT),  et diminue les taux de glucose, d'insuline et du cholestérol total

    • le chrome permet un meilleur contrôle des lipides sériques et la diminution de médication anti-diabétique classiqueAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées

    • un supplément de chrome peut faire régresser un diabète induit par une corticothérapie

    • une déficience en chrome peut favoriser à terme l'évolution du diabète de type II vers le type I

 

Le chrome améliore donc l'action d'insuline, en rendant ces récepteurs plus sensibles à l'insuline. De cette manière, l'organisme nécessite moins d'insuline ; en outre, la meilleure fixation d'insuline aux récepteurs augmente l'absorption du glucose par la cellule, entraînant moins de fluctuations de glucose dans le sangAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées.

 

Note :

Un niveau plus stable de glucose est surtout apprécié par le cerveau : il augmente la vigilance.

 

ATTENTION:

Une alimentation raffinée apporte par calorie trop peu d'oligo-éléments tels que le zinc et le chrome. Une dépendance aux sucres et des coupe-faim peuvent donc induire des déficits en zinc, responsables d'élévation d'insuline et d'apparition d'hyperinsulinémie.

 

Symptômes d'une déficience :             

 

 

Cette situation répétitive d'hypoglycémie temporaire est mise en relation avec le sentiment de fatigue, les céphalées, l'insomnie, la mauvaise humeur et la prise de poids!

 

Tous les symptômes sont positivement influencés par un apport en chrome. Chez les diabétiques, des suppléments de chrome sont recommandés puisque la perte rénale du chrome est plus élevée chez eux : leur métabolisme du chrome est perturbé. En outre, la capacité de l'organisme d'utiliser le chrome diminue avec la durée de la maladie.

 

Effets positifs sur la composition des lipides sanguines :             

 

Avec un apport du chrome, les effets positifs suivants sur la composition sanguine des lipides ont été observés  :

 

 

Précautions :             

 

Chez le patient présentant :

 

    • un diabète : le chrome peut potentialiser l'action de l'insuline (demander un avis médical)

    • ...

 

Grossesse/Allaitement :

 

    • aucune anomalie n'a été rapportée

 

Interactions potentielles avec :

 

    • les IMAO : éviter les suppléments contenant du chrome et des levures

    • l'insuline : le chrome peut réduire les besoins insuliniques chez la personne diabétique

    • les antidiabétiques oraux : leur action peut être potentialisée

 

Eventuels effets indésirables :

 

    • le chrome trivalent sous forme orale est relativement non toxique et n'entraîne pas d'effets indésirables

    • prudence toutefois en cas d'administration prolongée de suppléments de chrome : dans la cellule, le chrome trivalent (III) peut être partiellement oxydé et transformé en chrome hexavalent (VI), une substance carcinogène

 

Maladies de carence :

 

    • intolérance au glucose

    • artériosclérose

 

Besoins nutritionnels :             

 

Cr - Chrome :

 

Age

AJR (mcg)

DJO (mcg)

 

 

 

0 - 6 mois

0.2

 

7 - 12 mois

5.5

 

1 - 3 ans

11

 

4 - 8 ans

15

 

9 - 13 ans  H

25

 

                   F

21

 

14 - 18 ans  H

35

 

                     F

25

 

Adulte          H

35

75-200

                     F

25

 

+ 70 ans      H

35

 

                     F

25

 

Grossesse

30

 

Allaitement

45

 

Autres :

-

 

 

 

 

 

 

AJR : Apports Journaliers Recommandés (Source : Recommandations nutritionnelles pour la Belgique - Conseil supérieur de la santé)

 

DJO : Dose Journalière en médecine Orthomoléculaire.

 

Côté pratique :              

 

Dose moyenne journalière dans les suppléments alimentaires : 200mcg.

Dose toxique journalière : > 600mcg.

 

Groupes-cibles : durant la grossesse, l'allaitement, en cas de consommation excessive de glucides raffinés.

 

    • Une alimentation riche en fibres (retarde l'absorption des graisses), accompagnée d'un supplément nutritif de chrome trivalent (souvent le picolate de chrome, sans danger jusqu'à 200mcg/jr (= 3mcg/kg/jr)), de préférence en association avec le zinc et le vanadium, deux minéraux qui pourraient intervenir également dans la régulation de la glycémie et des taux sanguins d'insuline.

 

    • Le chrome est parfois associé à de l'acide nicotinique, une vitamine qui augmente l'activité du chrome par sa présence.

 

    • L'action du chrome est progressive : les premiers résultats se manifestent qu'après 30 jours de traitement.

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2023                           Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 08-janv.-23                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.