Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

La DHEA            

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

La déhydro-épi-androstérone ou DHEA est une hormone stéroïde anabolique, précurseur des hormones sexuelles d'origine surrénalienne. Sa production augmente pendant l'adolescence et atteint son niveau maximal à l'âge de 25 à 30 ans. Ensuite sa production  diminue progressivement pour se réduire à un tiers environ du taux initial vers 60 ans. Un défaut ou une diminution de pilosité au niveau des aisselles et du pubis montre une carence en DHEA. Les personnes qui n'ont jamais eu une pilosité normale à ce niveau ont probablement un problème de production de DHEA.

 

Dans l'organisme, la DHEA est présente comme ester sulfaté, DHEAs.

 

 

On la dose dans le sang sous forme de DHEAs. Voici les taux considérés comme normaux et les taux optimaux utilisés par la médecine anti-âge :

    • entre 18 et 30 ans, taux normal : 125-620 µg/dl (taux optimal : 250-400 µg/dl)
    • entre 31 et 50 ans, taux normal : 60-450 µg/dl (taux optimal : 250-400 µg/dl)
    • entre 51 et 60 ans, taux normal : 20-410 µg/dl (taux optimal : 250-400 µg/dl)
    • entre 61 et 83 ans, taux normal : 10-290 µg/dl (taux optimal : 250-400 µg/dl)

 

La DHEA est un stéroïde naturel, précurseur androgénique à action androgénique faible, produit principalement, dans les deux sexes, dans la zone réticulée de la corticosurrénale sous le contrôle de l'ACTH.

 

Dans le métabolisme complexe des hormones surrénaliennes et leurs dérivés, la DHEA est la pièce maîtresse dans la synthèse de la testostérone (et d'autres androgènes) et de l'estrone (et les dérivés oestrogéniques).

 

Des études chez l'animal montrent des effets protecteurs de la DHEA dans des infections virales, des maladies cardiovasculaires, du cancer et dans du SIDA.

 

 

La DHEA présente une activité immunorégulatrice importante : en effet, la DHEA

 

    • peut activer la libération des cytokines IL-2 et IFN γ, tandis qu'elle freine la sécrétion des IL-6 et TNF (voir "Cytokines"), entraînant ainsi une diminution de la réaction inflammatoire.

 

 

Des études chez l'Homme laissent supposer les effets suivants :

 

    • meilleure gestion du stress : la DHEA (anabolique) collabore avec le cortisol (catabolique) qui soigne pour l'énergie indispensable pour fuir/se battre, tandis que la DHEA neutralise ses effets négatifs : leur présence en équilibre est donc cruciale

      • puisque la synthèse du cortisol et de la DHEA utilise partiellement les mêmes molécules de base, un taux accru de cortisol entraînera inévitablement une diminution de celui de la DHEA

    • meilleure condition physique : plus d'énergie, moins de fatigue

    • effet positif sur l'humeur et la libido (action moins puissante que celle de la testostérone)

    • moins de troubles du sommeil

    • moins de troubles articulaires

    • élévation de la masse musculaire maigre (vue uniquement chez l'homme)

    • diminution de la masse lipidique (vue uniquement chez l'homme)

    • intérêt potentiel pour la prévention de la perte osseuse et le traitement de l'ostéoporose

    • des taux moyens plus élevés du IGF (Insuline Growth Factor), important pour un bon fonctionnement du système immunitaire

 

De cette façon, la DHEA pourrait réduire certaines dysfonctions, qui accompagnent le processus normal et pathologique du vieillissement. Toutefois, chez l'Homme, on n'a pas observé de différences quant aux résultats cliniques entre ceux qui avaient pris la DHEA et le placebo. Pour les auteurs de l'étude, il apparaît clairement que prendre de la DHEA pour ne pas vieillir ne sert à rien., sinon de stimuler les divisions cellulaires (mitose) et de précipiter l'épuisement mitotique du patrimoine génétique de la personne traitée, avec à la clé un vieillissement accéléré et souvent le cancer.

 

 

En cas d'administration de DHEA : un contrôle est recommandé de

 

    • des taux sériques de testostérone

    • la fonction hépatique

    • du métabolisme lipidique

    • une perte anormale des cheveux

    • ...

 

Note : étant donné que la DHEA ne possède aucun mécanisme de rétrocontrôle, un supplément ne peut en aucun cas influencer ou arrêter la synthèse endogène.

 

ATTENTION

 

Etant donné que la DHEA est un agoniste oestrogénique, elle peut freiner ou même neutraliser l'action des antagonistes des récepteurs oestrogéniques tels que le tamoxifène. Les patientes atteintes de cancers mammaire, des ovaires ou de l'utérus de type oestrogénodépendant doivent éviter l'utilisation de DHEA. En outre, la DHEA peut par son action oestrogénique stimuler la croissance des cancers ou d'autres affections oestrogénodépendantes.

 

 

Précautions

 

A éviter en cas de

 

    • risque de cancer mammaire (même chez la femme postménopausée), risque de cancer prostatique

    • hypercholestérolémie, affection cardiaque ischémique (suite à une diminution de HDL-cholestérol)

    • troubles psychiatriques (risque de dégradation) et troubles d'humeur

    • insuffisance hépatique et rénale

 

 

Contre-indications

 

L'administration de DHEA est contre-indiquée en cas de

 

    • hypersensibilité au DHEA

    • cancer ou risque de cancer

    • grossesse, allaitement (bien que le DHEA pourrait stimuler la conception, en particulier en cas d'altération de la réserve ovarienne )

    • ...

 

 

Carence en DHEA:

 

    • entraîne un vieillissement prématuré de la peau, affinement de la peau, altération globale de la santé

    • entraîne une perte de masse osseuse et musculaire, gain de masse grasse, obésité abdominale

    • favorise le développement d'une dépression

    • symptômes chez la femme : tristesse, cellulite, baisse de libido par non-synthèse de testostérone, si oestrogènes bas en pré-ménopause ---> augmentation du risque de cancer du sein

    • symptômes chez l'homme : si testostérone basse ---> augmentation du risque de cancer de la prostate

 

 

            

   ZOELHO (c) 2006 - 2024, Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 27-mai-24                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.