Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

La L-taurine

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

La Taurine (H2N-CH2-CH2-SO3H) n'est pas un véritable acide aminé (H2N-HR-COOH)

 

SO3H : groupe sulfonique                                                   R-COOH : groupe carboxyle

 

 

La taurine est un dérivé métabolique (sans groupe carboxyle!) très courant d'acide aminé soufré, conditionnellement essentiel chez l'homme : c.à.d., il ne s'agit pas vraiment d'un acide aminé essentiel, bien que, dans certaines circonstances, sa présence soit limitée : un apport par l'alimentation est à ce moment essentiel!

 

---> Chez le nouveau-né, la taurine est toujours un acide aminé essentiel (elle est présente dans le lait maternel!).

 

La taurine est un acide aminé mais n'intervient pas dans la synthèse protéique, toutefois elle fait partie des petits peptides. Elle participe seulement à quelques réactions biochimiques, e.a. à la conjugation (phase 2 de la détoxication) avec des sels biliaires et avec certains xénobiotiques (substances étrangères à l'organisme). Elle représente une source de soufre organique (S) et apparaît sous forme libre dans presque tous les liquides et tissus de l'organisme.

 

Dans l'organisme, la taurine est fabriquée à partir de la méthionine, via l'homocystéine et la cystéine, en présence de la vit B6 comme cofacteur. Un déficit en vit B6 entraîne donc une plus faible synthèse de taurine. Elle est également accompagnée d'une diminution de l'excrétion rénale de la taurine (voir aussi : "Cycle de méthyle").

Sommaire :

Sources naturelles

 

Synthèse de la taurine

 

Troubles dans la synthèse de la taurine

 

Rôle dans l'organisme

 

Précautions

 

Côté pratique

Contenu :

Sources naturelles :             

 

 

Le lait maternel est également très riche en taurine.

 

Synthèse de la taurine :             

 

La taurine est fabriquée dans le foie via une réaction secondaire du cycle de méthyle à partir de la méthionine (acide aminé essentiel) et de la cystéine, via un mécanisme d'oxydation qui utilise de la vitamine B6 comme cofacteur.

 

A l'aide d'ATP, la méthionine est d'abord activée pour former de la SAM (SoufreAdénosineMéthionine), appelé activation de Met, et ensuite convertie en homocystéine ---> cystéine ---> taurine.

 

 

Méthionine + ATP ---> SAM  ---> Homocystéine  --->  Cystéine  --->  Taurine

 

 

La conversion méthionine ---> homocystéine  ---> méthionine est un cycle vivant, utilisant les vitamines B6, B9 et B12 comme cofacteurs.

 

 

Attention : en cas d'un besoin plus important de l'organisme de cystéine ou de taurine, l'homocystéine n'est plus reconvertie en méthionine, entraînant un déficit potentiel de méthionine et de SAM.

 

Troubles dans la synthèse de la taurine :             

 

Des troubles peuvent se manifester en cas de :

 

    • digestion incomplète des protéines : provoquant des déficits de cystéine et de méthionine

    • abus d'alcool : dégradation accrue de méthionine

    • administration d'oestradiol (e.a. dans les contraceptifs et dans la TSH) : freine la synthèse de taurine ---> cause d'une incidence plus élevée d'affections biliaires chez la femme

    • végétariens : présentent une consommation protéique trop peu variée, pouvant entraîner une déficience de taurine, bien que, dans ce cas, une diminution de l'excrétion rénale soit constatée (mécanisme d'adaptation)

    • insuffisance en vitamine B6, en méthionine ou en cystéine

    • certains états pathologiques tels que : traumatisme, septicémie ainsi qu'après une intervention chirurgicale

    • métaux lourds, amalgame mercuriel : chélation de Hg par la taurine avec élimination du complexe formé (= perte de taurine)

    • dénaturation (t°), four à micro-ondes.

 

Rôle dans l'organisme :             

 

La taurine est naturellement présente dans l'organisme. Elle est fournie durant des efforts physiques importants pour réduire l'effet des toxines (formées). C'est un inhibiteur.

 

    • action antioxydante : la taurine stabilise (elle est fortement présente dans les globules blancs (système immunitaire) et dans les poumons) l'activité pro-oxydante des radicaux libres, formés lors des pertes intracellulaires d'oxygène (le radical superoxyde, l'hypochlorite et le radical hydroxyle : voir également : "Stress oxydant"). Elle protège contre les dégâts causés par la forte capacité d'oxyder des radicaux libres, sans être elle même un antioxydant. La taurine, présente plus particulièrement dans le cerveau, la rétine et le myocarde, protège donc contre les maladies cardiovasculaires et le vieillissement (une amélioration de la fonction cognitive a été vue chez des souris ). Elle intervient également dans la récupération physique après effort.

 

    • pouvoir antiviral : la taurine renforce le pouvoir de phagocytose des cellules immunitaires (macrophages, monocytes, granulocytes éosinophiles, cellules NK, ...) et augmente ainsi le pouvoir antiviral de ces cellules ; la taurine contrôle l'excès de radicaux libres en modulant leur production par les cellules immunitaires (qui les utilisent comme munition pour une phagocytose efficace).

 

    • action détoxifiante : par chélation des métaux (Pb, Fe...) ; la taurine est ainsi détruite et excrétée sous forme de complexe.: en particulier les végétariens risquent des carence en taurine (uniquement présente dans les produits d'origine animal).

 

    • conjugaison avec des sels biliaires : la taurine se fixe sur les sels biliaires (en formant des acides taurocholiques), réduisant ainsi les taux du cholestérol (précurseur des sels biliaires) et améliorant l'absorption des lipides alimentaires arrivant dans le duodénum après un repas :

 

      • les sels biliaires représentent l'unique et important moyen d'éliminer du cholestérol, étant donné que le cholestérol n'est pas dégradé en CO2 et en H2O! Ces sels gardent le cholestérol liquide empêchant ainsi sa précipitation dans la vésicule biliaire (et donc la formation de calculs biliaires) et facilitent l'absorption des vitamines lipophiles (A, D, E, K).

       

      • la taurine est un acide aminé soufré et une substance lipotrophe qui garde le cholestérol en solution, empêchant ainsi la formation de moins de calculs biliaires.

 

      • sa capacité de fixer du cholestérol est limitée et trop faible pour produire suffisamment de sels biliaires. L'organisme, par l'intermédiaire du cycle entérohépatique, récupère les sels biliaires (mais pas le cholestérol) de l'intestin vers le foie!

 

      • un déficit de taurine entraîne inversement une diminution de la production de sels biliaires, et donc aussi une absorption moins efficace de lipides et de vitamines lipophiles.

 

Note :

 

Les prématures sont souvent atteints d'une jaunisse causée par l'augmentation de la Bilirubine et par un foie et une vésicule biliaire non entièrement fonctionnels. La L-Taurine, présente en concentration élevée dans le lait maternel lors des premiers jours suivant l'accouchement, stimule l'excrétion de la bilirubine et est donc nécessaire pour contrer la jaunisse.

 

 

    • action inhibitrice de l'agrégation plaquettaire.

 

    • action stabilisatrice membranaire : la taurine module en effet la concentration de calcium en augmentant sa captation ou en favorisant son extrusion hors de la cellule par stimulation de la calcium ATP-ase... (action Inotrope positive ou négative selon la calcémie).

 

    • action neuromodulatrice : la taurine protège les cellules contre le stress (par inhibition de la synthèse des hormones de stress, l'adrénaline et la noradrénaline) ; en cas de stress, le besoin de taurine augmente considérablement. En outre, la taurine favorise l'action du magnésium : elle améliore l'incorporation intracellulaire du Mg et favorise une relaxation optimale. Son action peut être assimilée à un neuromodulateur dont l'activité est comparable à celle du GABA, inhibiteur du système nerveux... : elle a un effet antiépileptique qui est renforcé en présence de zinc et elle inhibe le système dopaminergique central, contribuant ainsi à des régulations telles que la prise alimentaire, le sommeil ou la mémoire.

 

    • action immunitaire... : la taurine n'est pas utilisée pour la synthèse protéique mais elle est présente en grande quantité sous forme libre dans de nombreuses cellules, notamment dans les cellules de l'inflammation comme les macrophages. Son rôle est probablement important dans la régulation de la réponse inflammatoire et immunitaire.

 

    • action de performance...: la taurine améliore l'absorption de la créatine, de la glutamine et apporte de l'énergie, et améliore donc la vitalité. Durant l'effort (avec la créatine, dans le transport d'ATP), la taurine stimule la performance (apport d'ATP) et la dégradation de l'acide lactique musculaire. La taurine pourrait aussi avoir un intérêt contre les blessures musculaires induites par l'exercice, de même qu’elle pourrait limiter le stress oxydatif dans le muscle (voir plus haut).

     

    • insuline-like : la taurine exerce des effets comparables à l'insuline.

 

Précautions :             

 

Chez le patient présentant :

 

    • ?

 

Grossesse/Allaitement :

 

    • aucune anomalie n'a été rapportée ; la demi-vie plasmatique des acides aminés varie entre 5 et 14 minutes. Cependant, on ne dispose pas de données suffisantes qui confirment l'innocuité pendant la grossesse ou durant la période d'allaitement. Son utilisation est donc à éviter.

 

Interactions potentielles avec :

 

 

Eventuels effets indésirables :

 

    • signes de déficience : anxiété, épilepsie, hyperactivité, congestion cérébrale, hypertension, ...

    • signes d'excès : ?

 

Côté pratique :             

 

500 - 5000mg/jour

 

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2023, Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 14-sept.-23                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.