Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Acide lipoïque

 

Dernière mise à jour : 2022.2.18

 

 

L'acide alpha lipoïque (lipoate, aLA, AAL) est un composant alimentaire du type vitamine B, bien qu'il ne dérive pas d'une vitamine. Il est fabriqué dans le foie à partir de graisses. Bien que la synthèse endogène soit possible, il doit être apporté par l'alimentation.

 

Le lipoate est le co-enzyme des déshydroxygénases qui catalyse la décarboxylation oxydative (transfert d'hydrogène) du pyruvate en alpha-kétoglutarate et est impliqué dans la formation de l'acétylCoA, la substance de base indispensable dans la production d'énergie à partir de sucres et de graisses.

 

    • L'acide lipoïque est formé d'une chaîne de 8 atomes de carbone, liée à 2 atomes de soufre. Grâce aux liens entre ces 2 atomes, l'ensemble, sous une forme oxydée, est un disulfure cyclique. Cette confirmation rend l'acide lipoïque hydro- et liposoluble et permet sa libération aussi bien dans un milieu acide que basique.

 

    • L'acide lipoïque est pour 80% absorbé dans la circulation sanguine et atteint le cerveau en passant la barrière hémato-encéphalique.

 

La décarboxylation oxydative fait intervenir un agrégat enzymatique formé de 5 co-enzymes : thiamine pyrophosphate, CoA-SH, NAD+, FAD, et l'acide lipoïque.

 

Sommaire :

Les sources naturelles

 

Les formes actives

 

En d'autres termes

 

Quelques précautions

 

Les besoins nutritionnels

 

Côté pratique

Contenu :

Sources naturelles :              

 

 

Formes actives :              

 

L'acide lipoïque est présent dans l'organisme sous sa forme active oxydée, l'acide alpha lipoïque (aLA) et sous sa forme réduite appelée acide dihydrolipoïque (DHLA). Suivant le besoin, l'organisme gère la conversion de ces 2 formes :

 

DHLA

 

    • le DHLA agit comme antioxydant puissant et est, comme l'aLA, capable de capter des métaux lourds (le mercure, l'arsénic et le cadmium). Des métaux utiles comme le zinc, le fer, le manganèse, le sélénium ou le cuivre, ne seront pas fixés.

 

    • le DHLA est aussi impliqué dans la régénération d'un antioxydant intracellulaire important, le GSH (glutahion).

 

 

aLA

 

    • uniquement la confirmation naturelle (L-aLA) présente une activité biologique.

 

    • l'aLA n'agit pas seulement comme antioxydant mais est aussi capable de réduire d'autres antioxydants oxydés. De cette façon, il renforce les capacités antiradicalaires d'autres antioxydants tels que la vit E, la C et les caroténoïdes. L'acide lipoïque peut également réduire l'oxycholestérol (le cholestérol oxydé, le LDL-cholestérol, jouant un rôle crucial dans la formation du plaque). L'acide lipoïque alpha est un capteur du radical hydroxyle. L'aLA répare les dommages oxydatifs.

 

    • sa propriété de fixer des métaux lourds (chélation de métaux tels que mercure, cadmium, arsenic...) est utile dans la protection et la détoxication du foie (mais prudence puisqu'il peut donc aussi former des complexes avec les métaux Zn, Cu et Fe...). L'acide lipoïque est un un inducteur des enzymes de phase2 de la détoxication et renforce les niveaux intracellulaires du glutathion (GSH). La chélation protège notre ADN des dommages que ces métaux toxiques seraient susceptibles de provoquer.

     

    • traverse la barrière hémato-encéphalique : il pourrait agir directement sur le cerveau et le système nerveux.

     

    • en association avec la NAC, l'aLA assure des niveaux suffisants de glutathion (régénération).

     

    • l'aLA est l'antioxydant universel, car il est à la fois hydrosoluble et liposoluble. Cette propriété rare lui confère la capacité de traverser les membranes cellulaires et d'agir activement à l'intérieur et à l'extérieur des structures cellulaires, y compris dans le cerveau. Ainsi 1200mg par jour d'aLA pourrait ralentir la neurodégénérescence et l'atrophie du cerveau chez des personnes atteintes de Sclérose en Plaques (SEP) .

 

    • l'aLA freine :

 

      • la peroxydation lipidique

      • la glycation (formation d'AGE)

      • le développement d'une neuropathie (chez le diabétique...)

      • la réduction du glucose ---> sorbitol par inhibition de l'aldoréductase (comme la vitamine C): prévention de la cataracte (lire aussi : "Fructose").

 

    • l'aLA stimule

 

      • de werking van mitochondria : le dysfonctionnement mitochondrial dans le cerveau des personnes âgées en raison d’une absorption réduite de glucose, provoque une déficience énergétique dans le cerveau et augmente le risque de troubles neurodégénératifs

      • la glycolyse et la gluconéogenèse insuline-dépendante

      • l'absorption du glucose par la cellule (donc bénéfique chez le diabétique...) et diminue donc la glycémie, empêchant ainsi la formation d'AGE et de radicaux libres (en cas d'hyperglycémie).

        • ---> l'aLA amplifie la tâche de l'insuline, réduisant sa résistance et donc la glycémie.

        • ---> en cas de diabète, l'aLA ralentit la fixation de l'excès de glucose au collagène (au niveau de la peau, des vaisseaux sanguins et du tissu conjonctif, conduisant à un vieillissement précoce des reins, des artères et de la vue).

 

    • l'aLA augmente la fluidité de la membrane cellulaire des globules rouges :

 

En particulier, avec l'âge :

        • la membrane cellulaire devient moins souple (= plus rigide)

        • le transport devient plus difficile dans les capillaires

---> état d'hypoxie, perte d'énergie.

 

Avec l'aLA :

        • amélioration du transport d'oxygène par les globules rouges

        • production accrue d'énergie dans les mitochondries

 

 

En d'autres termes :             

 

L'acide lipoïque intervient dans le maintien des taux sanguins de glucose par :

 

    • inhibition de l'aldoréductase limitant la conversion glucose ---> sorbitol

    • inhibition, en collaboration avec le Q10,  de la peroxydation lipidique

    • inhibition de la glycation (x-linking) ou de la glycation des protéines (prévention du vieillissement accéléré des tissus)

    • influence sur la sensibilité à l'insuline et sur les potentiels redox de la cellule via les récepteurs PPARs situés sur les peroxisomes

 

En cas d'excès de glucose dans le sang, la membrane cellulaire devient moins souple et rend ainsi le transport dans les capillaires plus difficile (---> entraînant une moindre oxygénation des tissus, et une perte d'énergie).

 

Dans ces circonstances, l'acide lipoïque peut  :

 

      • améliorer la fluidité (souplesse) de la membrane cellulaire des globules rouges

      • stimuler l'absorption du glucose par la cellule (sensibilité à l'insuline)

      • freiner le développement d'une neuropathie chez le diabétique (activité neuroprotective)

      • freiner la dégénération maculaire  par régénération du GSH au niveau de la rétine

 

 

 L'acide lipoïque présente un effet positif sur la glycémie et le métabolisme du cholestérol, donc également sur la condition cardiovasculaire générale.

 

Précautions :             

 

Chez le patient présentant :

 

    • une hypoglycémie (ou antécédents de), ainsi que les patients sous traitement antidiabétique.

 

Grossesse/Allaitement :

 

    • aucune anomalie n'a été rapportée ; on ne dispose pas de données suffisantes qui confirment l'innocuité pendant la grossesse ou durant la période d'allaitement.

 

Interactions potentielles avec :

 

    • antidiabétiques oraux, insulino-thérapie : des interactions peuvent théoriquement survenir.

 

Eventuels effets indésirables :

 

    • rash cutané occasionnel.

 

Besoins nutritionnels :             

 

Acide lipoïque :

 

Age

AJR (mg)

 

 

 

 

0 - 11 mois

 

 

1 - 3 ans

 

 

4 - 6 ans

 

 

7 - 10 ans

 

 

11 - 14 ans

 

 

15 - 18 ans  H

 

 

                     F

 

 

Adulte          H

 

 

                     F

 

 

+ 60 ans      H

 

 

                     F

 

 

Grossesse

 

 

Allaitement

 

 

Autres :

 

 

 

 

 

 

 

AJR : Apports Journaliers Recommandés.

 

Coté pratique :             

 

Dose moyenne journalière dans les suppléments alimentaires : 100 - 150mg de l'acide R lipoïque (forme naturelle).

Dose toxique journalière : ?

 

Dans l'organisme, l'acide lipoïque est synthétisé en quantité suffisante, mais peut être inactivé par des métaux lourds tels que le mercure et l'arsenic. Il convient de tenir compte d'une déficience en acide lipoïque chez le patient présentant des symptômes chroniques et porteur de plusieurs amalgames dentaires comme plombages.

 

Aucune dose journalière n'est recommandée. Les doses utilisées lors des études se situent entre 300 - 1200mg par jour . Dans les suppléments alimentaires, les doses de l'acide lipoïque se situent entre 50 et 300mg par jour.

 

L’acide R-alpha-lipoïque est la forme biologiquement active de l’acide alpha-lipoïque, naturellement produit par l’organisme. L'acide alpha-lipoïque synthétique contient un mélange, en parts égaux, de 2 formes ou énantiomères R-ALA et S-ALA. Toutefois, le S-ALA perturbe l'absorption et l'action de l'acide alpha lipoïque naturel (R-ALA). En particulier le sel sodique du R-ALA (sodium R-lipoate) offre la meilleure absorption.

 

Chez la personne âgée, l'acide lipoïque pourrait aider à normaliser les troubles du rythme circadien hépatique liés à l'âgé . Une resynchronisation de ce rythme hépatique pourrait exercer des effets bénéfiques sur tout le métabolisme.

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2024, Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 27-mai-24                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.