Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

La L-phénylalanine

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

La L-phénylalanine est un acide aminé essentiel. Elle est convertie dans l'organisme en un autre acide aminé, la L-tyrosine.

 

La L-phénylalanine est capable de traverser la barrière hémato-encéphalique, ce qui lui confère des effets directs sur l'équilibre cérébral. Elle est le précurseur, via la tyrosine, de plusieurs neurotransmetteurs (L-dopa, adrénaline, noradrénaline,...) et des hormones thyroïdiennes.

Sommaire :

Sources naturelles

 

Rôle dans l'organisme

 

Précautions

 

Côté pratique

Contenu :

Sources naturelles :             

Dans tous les aliments riches en protéines :

 

    • germes de blé (pain...), graines (de sésame, ...), noix (amandes, ...), soja, pois, lentilles, ...

    • oeuf, poissons, produits laitiers, viandes, volailles, ...

 

mais aussi dans le melon.

Rôle dans l'organisme :             

 

La phénylalanine :

 

    • soutient l'équilibre du système nerveux puisqu'elle est un constituant de la L-dopa, de l'adrénaline et de la noradrénaline

 

Phénylalanine   >   Tyrosine   >   Dopa   >   Dopamine   >  via vit C  >   Noradrénaline   >  Adrénaline

 

 

    • aide à contrer les états dépressifs : son taux sérique est plus faible dans les états dépressifs

 

    • favorise les capacités d'éveil, de concentration, de mémorisation ..., tout en calmant l'hyperactivité

 

    • aide à réduire l'appétit en libérant la cholécystokinine qui procure une sensation de satiété... (p. ex. en cas d'obésité) : son taux sérique est plus faible dans les troubles de l'appétit

 

    • possède une action analgésique (en élevant la production d'endorphines dans le cerveau) : diminue les douleurs provenant de : syndrome prémenstruel, migraine, arthrite, ... : des faibles taux de phénylalanine affaiblissent le seuil de la douleur

 

 

Des niveaux sériques accrus de phénylalanine (p. ex. en cas d'infections, en cas de la phénylcétonurie modérée liée à une carence en l'enzyme phénylalanine-hydroxylase) entraînent chez l'enfant des symptômes tels que : hyperactivité, troubles de l'apprentissage, troubles du développement, ... et en cas de phénylcétonurie grave, des troubles psychotiques (et de la schizophrénie chez l'adulte). Un régime pauvre en phénylalanine est le seul remède.

 

 

Phénylalanine   >   Tyrosine   >   Dopa   >   Dopamine   >  via vit C  >   Noradrénaline   >  Adrénaline

 

 

 

Phénylalanine ↑

 

 

  • comportement psychotique : délire, hallucinations, troubles de la pensée, ...

  • comportement schizophrène, ...

 

 

Phénylalanine ↓

 

 

  • troubles de l'appétit, états dépressifs, ...

 

 

Tyrosine ↑

 

 

  • retard mental

  • opacification de la cornée

 

 

Tyrosine ↓

 

 

 

 

  • diminution de la production de la mélanine : cheveux, teint et yeux pâles

  • hypothyroïdie

 

 

Dopa ↑

 

 

  • schizophrénie

 

 

Dopa ↓

 

 

  • maladie de Parkinson

 

 

Dopamine ↑

 

 

  • tension musculaire accrue, contractions musculaires dans le cou ou céphalées frontales et battantes

  • motivation exagérée, impossibilité de se relaxer (workaholic)

  • schizophrénie délirante, hallucinations créatives, agitation, sommeil agité, réveil précoce, toxicomanie, ...

  • recherche de sensations

  • désir sexuel exacerbé, désinhibition sexuelle, ...

  • le TDA/H ? (accompagné d'un déficit de la noradrénaline).

 

 

Dopamine ↓

 

 

 

 

 

 

 

 

  • dépression, troubles de concentration, manque de confiance en soi, démotivation, isolement, isolement sociale, indécision, indifférence, diminution de la libido, ...

  • galactorrhée, aménorrhée (par l'excès de la Prolactine)

  • maladie de Parkinson, akinésie, dyskinésie, le TDA/H (chez l'enfant), ..

 

 

Noradrénaline ↑

 

 

  • stress, angoisses, agitation, impulsivité, irritabilité, impatience, insomnie et hypertension (souvent en combinaison avec la sérotonine), ...

  • typique en cas d'excès de café, de cigarettes, de manque magnésique, ...

  • la noradrénaline inhibant la satiété pour les sucres, peut favoriser une augmentation de la prise alimentaire principalement en période de stress durant lequel le cortisol libéré augmente le nombre de récepteurs à la noradrénaline (le stress peut donc modifier le comportement alimentaire).

 

 

Noradrénaline ↓

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • somnolence, troubles du sommeil, fatigue, difficulté de se lever le matin, baisse des facultés intellectuelles (concentration et mémorisation), perte de contraste visuel, dépression adynamique, baisse de la libido, indifférence, diminution du comportement affectif, mélancolie, anorexie, faible tension sanguine, tendance schizoïde, ...

  • le TDA/H ? (accompagné d'un excès de dopamine), ...

 

 

Adrénaline ↑

 

 

  • peur, panique, insomnie, pâleur, céphalées, hypertension artérielle, tremblements, tachycardie, fièvre, hypoglycémie, ...

 

 

Adrénaline ↓

 

 

  • asthénie adynamique, pâleur, hypotension, ...

 

 

 

Note :

Chez le nouveau-né, on fait le test de Guthrie (combiné en général avec l'examen de la fonction thyroïdienne et d'autres maladies métaboliques), en récoltant quelques gouttes de sang en général au niveau du talon, pour doser la phénylalanine enfin de s'assurer de l'absence de cette maladie potentiellement très grave.

 

Précautions :             

 

Chez le patient présentant :

 

    • hypertension artérielle : risque d'augmentation de la tension en cas d'hypersensibilité à la phénylalanine

    • crise d'angoisse, psychose : contre-indication! (risque de crise d'anxiété)

    • diabète : contre-indication

    • IMAO : contre-indication

    • phénylcétonurie (PKU) : une affection mentale due à la progression d'une version non efficace de l'enzyme dégradant la phénylalanine, la phénylalanine hydroxylase

 

Grossesse/Allaitement :

 

    • contre-indication

 

Interactions potentielles avec :

 

    • IMAO : contra-indication

    • vitamine C et B6 : synergisme

    • acides aminés branchés (isoleucine, leucine, valine) : compétition avec les acides aminés aromatiques (phénylalanine, tyrosine, tryptophane) au niveau du transport cérébral

 

Eventuels effets indésirables :

 

    • signes de déficience : ?

    • signes d'excès : hyperactivité, insomnie, irritabilité, hypertension, tremblements, ...

 

Côté pratique :             

 

    • La phénylalanine et la tyrosine avant le coucher (ou le matin), assurent l'éveil, la motivation et l'énergie pour toute la journée (suivante).

    • 250 - 1000mg par jour, 30' avant un repas.

 

 

    

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2023                           Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 08-janv.-23                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.