Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

 

  Le Parkinson (maladie de) / Tremblements

 

 

Dernière mise à jour : 2024-04-09

 

 

La maladie de Parkinson est de loin la cause la plus connue des tremblements, ce qui fait que les personnes atteintes de tremblements craignent rapidement d'être atteintes de cette maladie, mais les tremblements ont également de nombreuses autres causes, souvent inoffensives. Voir « Tremblement essentiel ». 

 

Le tremblement parkinsonien diffère du tremblement essentiel dans la mesure où, dans le cas de la maladie de Parkinson, les symptômes apparaissent lorsque les mains sont au repos. Le fait de bouger ou de faire quelque chose fait souvent disparaître le tremblement. Dans le cas de la maladie de Parkinson, les tremblements commencent généralement d'un seul côté. 

 

La maladie de Parkinson résulte d'une dégénérescence du système nerveux, une maladie chronique progressive qui entraîne la perte de cellules nerveuses dans le cerveau. 

 

1 patient sur 10 atteint de la maladie de Parkinson a moins de 50 ans. Seuls 5 % des cas sont des formes familiales (13 gènes identifiés à ce jour). Une personne sur 50 sera directement atteinte au cours de sa vie.

 

Le diagnostic de la maladie de Parkinson ne signifie pas la fin de votre vie en tant que personne. Ce sera différent, mais ce n'est pas comme si plus rien n'était possible. L'espérance de vie moyenne avec Parkinson est de plus de 14,5 ans. Ceci, combiné au fait que le diagnostic de la maladie de Parkinson est beaucoup plus probable après 60 ans, signifie que cette maladie n'affecte pas souvent votre espérance de vie.

 

 

Sommaire :

 

 Origine et causes

 

 Rappels anatomiques

 

 Symptômes

 

 Côté pratique

 

 

Contenu :

 

 Origines et causes :

 

Le tremblement est un effet secondaire possible de toute une série de médicaments, dont certains antidépresseurs, antipsychotiques, antiépileptiques, certains médicaments pour le cœur, certains médicaments pour l'asthme, les médicaments pour la thyroïde, etc. Souvent, il suffit d'arrêter le médicament ou de le remplacer par un autre pour que les tremblements disparaissent complètement.

 

Une analyse de sang est très utile dans le cas de symptômes de tremblements afin de vérifier la présence de problèmes thyroïdiens - tels qu'une hyperactivité de la glande thyroïde - ainsi que de problèmes hépatiques ou rénaux. Si ces problèmes sont à l'origine du tremblement, celui-ci peut souvent être résolu en traitant la maladie sous-jacente.

 

La cause exacte de la maladie de Parkinson n’est pas connue. On observe seulement que la maladie de Parkinson se développe lorsque les cellules qui produisent la dopamine se détériorent et meurent. Comment? Implication d'un composant génétique? . Environ la moitié des personnes atteintes de tremblement essentiel semblent avoir un gène altéré. Cette forme est appelée tremblement familial. On ne sait pas exactement ce qui cause le tremblement essentiel chez les personnes qui ne sont pas atteintes de tremblement familial.

 

La dopamine est un neurotransmetteur, un produit chimique qui permet aux cellules nerveuses de communiquer entre elles. La dopamine permet la transmission des signaux électriques qui viennent du cerveau et qui servent à diriger les mouvements du corps. Normalement, grâce à la dopamine, ces signaux passent d’une cellule nerveuse à l’autre. 

 

La maladie débute en général entre 58 et 62 ans, mais dans 10 % des cas avant 40 ans. Les nerfs sont malades et dégénèrent.

Elle est au deuxième rang des pathologies dégénératives après la maladie d’Alzheimer, et la deuxième cause de handicap moteur d’origine neurologique après les AVC. De nombreuses études démontrant l'axe intestin-cerveau montrent des liens entre les syndromes gastro-intestinaux et les troubles neurologiques, y compris la maladie d'Alzheimer.

Les résultats d'une étude indiquent également qu'un diagnostic clinique de constipation, de gastroparésie, de dysphagie et de syndrome du côlon irritable sans diarrhée peut prédire spécifiquement le développement de la maladie de Parkinson, alors que ce diagnostic est moins spécifique pour d'autres maladies gastro-intestinales. Les patients souffrant de ces syndromes doivent être étroitement surveillés en ce qui concerne leur risque de maladie de Parkinson .

 

Autres causes indirectes :

Il apparaît que certains cas de maladie de Parkinson seraient dûs à l’inactivation génétique de PARK7. Apparemment, PARK7 peut être facilement inactivé par un stress oxydant d’origines diverses .

 

 Rappels anatomiques :

 

Les noyaux gris centraux situés à la base du cerveau sont des structures cérébrales impliquées dans les fonctions motrices, cognitives et comportementales. Le contrôle de ces fonctions repose sur un équilibre entre trois neurotransmetteurs : dopamine, acétylcholine et glutamate.


Les neurones dopaminergiques sont concentrés principalement au niveau de la substance noire ou « locus niger », l’un des noyaux gris centraux.

 

Un dépôt d’agrégats protéiques dans certaines cellules neuronales existe dans la maladie de Parkinson, comme dans la plupart des maladies neurodégénératives. Ces agrégats, appelés corps de Lewy, sont essentiellement présents dans les neurones dopaminergiques de la substance noire et provoquent progressivement leur mort.

Cette dégénérescence neuronale rompt l’équilibre physiologique entre les différents neurones, les neurones cholinergiques et glutamatergiques devenant prédominants.

Des lésions neuronales touchent aussi des neurones non dopaminergiques. Ces atteintes expliquent l’apparition de symptômes parfois associés à la maladie ou se révélant plus tardivement (démence…).

Dans la maladie de Parkinson, des amas de protéines endommagent les cellules nerveuses productrices de dopamine dans le cerveau, provoquant les symptômes typiques. On pense que ces amas de protéines se forment dans la paroi intestinale à un stade très précoce de la maladie.
En modifiant le microbiome, c'est-à-dire les billions de bactéries présentes dans l'intestin, les chercheurs pourraient également influencer la production de ces amas (par transplantation de selles). Peut-être dans l'avenir?

Dans le cas de la maladie de Parkinson, le biomarqueur est la protéine alpha-synucléine que l'on trouve dans les cellules nerveuses du cerveau . Chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, ces protéines prennent une configuration différente. Elles changent de forme et commencent à se coller les unes aux autres. Elles s'accumulent dans les cellules nerveuses sous forme de nids de protéines.

Le dépistage de certains biomarqueurs (protéines) dans le liquide oculaire permettrait un diagnostic plus précoce de la maladie ... 

Note : Les troubles neurocognitifs avec corps de Lewy sont une forme de trouble neurocognitif qui se caractérise par des dépôts anormaux de cette même protéine, l’alpha-synucléine. Ils partagent de nombreuses similitudes avec la maladie de Parkinson.

 

 Symptômes :

 

 

Les symptômes de la maladie de Parkinson commencent lorsque tant de cellules à dopamine meurent qu’il n’y a plus assez de dopamine dans le cerveau pour permettre la transmission des signaux électriques. On pense aujourd’hui que les herbicides comme le Roundup et les pesticides tuent ces cellules à dopamine. En effet, la maladie de Parkinson est plus répandue chez les agriculteurs qui produisent non biologique…

Déjà en 2011, le gouvernement français a décidé de reconnaître la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle pour les personnes ayant travaillé dans l'agriculture ou l'horticulture pendant plus de dix ans. Ces personnes seraient 1,5 à 2 fois plus exposées au risque. Des chiffres similaires ont été enregistrés chez les horticulteurs néerlandais.

À première vue, ces préoccupations ne sont pas partagées par l'EFSA, l'organisme qui conseille les décideurs politiques européens. Le rapport censé évaluer les risques du glyphosate indique que les études "ne soulèvent pas d'inquiétude en ce qui concerne le parkinsonisme". Parce qu'il est difficile de prouver de manière concluante un lien entre le glyphosate et la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson résulte d'une dégénérescence du système nerveux, une maladie chronique progressive qui entraîne la perte de cellules nerveuses dans le cerveau. Elle se manifeste par divers symptômes dont les tremblements chroniques sont les plus connus. Mais il en existe d'autres, comme une légère altération de la marche, une rigidité musculaire, l'akinésie... Ou un bras qui ne bouge plus correctement pendant la marche. Des mouvements plus lents ou moins automatiques.

Les tremblements de la maladie de Parkinson sont plus visibles lorsque les mains sont sur les côtés du corps ou reposent sur les genoux. Des problèmes avec les mouvements rapides de la main, comme l'écriture (qui devient plus petite) ou le brossage des dents. Douleur et raideur d'une épaule (Frozen shoulder). Tremblement d'une ou des deux mains ou un visage moins expressif. La maladie s'aggrave progressivement et il n'existe pas de traitement efficace. 

Lorsque les troubles moteurs apparaissent, la maladie est déjà présente dans le mésencéphale. La maladie de Parkinson affecte successivement le tronc cérébral inférieur, le mésencéphale, les noyaux profonds du cerveau et le cortex cérébral. C'est pourquoi la maladie s'accompagne généralement d'autres symptômes précoces et tardifs. Depuis les troubles du sommeil, les plaintes sensorielles et les troubles autonomes, y compris les problèmes gastro-intestinaux et urogénitaux, jusqu'aux troubles neuropsychiatriques...

Des troubles de la marche invalidants surviennent chez environ 80 à 90 % des personnes qui présentent un stade avancé de la maladie de Parkinson (posture courbée, des mouvements lents et des pieds qui traînent en marchant). Les chutes sont le principal motif d’hospitalisation pour ces patients qui se font au mieux des bleus, voire des fractures. Permettre aux patients atteints de la maladie de Parkinson de remarcher avec fluidité et réduire leurs risques de chutes, tels sont les objectifs de la neuroprothèse conçue par des neuroscientifiques franco-suisses.

Le tremblement essentiel des mains survient généralement lors de l'utilisation des mains. Cependant, les personnes atteintes de tremblement essentiel développent parfois d'autres signes et symptômes neurologiques, tels qu'une démarche instable.

Des problèmes non-moteurs qui peuvent apparaître des années avant les premiers problèmes moteurs : diminution de l'odorat rendant le goût des aliments moins bon ; problèmes digestifs, crampes, selles plus difficiles ; dépression sans cause claire ; sommeil paradoxal perturbé (où l'on vit littéralement ses rêves - c'est-à-dire avec des mouvements sauvages et des cris dans le lit, parce qu'un mécanisme du cerveau se met à fonctionner mal, qui empêche normalement de bouger ou de parler dans le sommeil onirique...). Au fur et à mesure que la maladie progresse, la parole et la déglutition deviennent souvent de plus en plus difficiles. : on peut avoir des problèmes de poumon, car les muscles de la poitrine peuvent s'affaiblir et réduire la capacité de tousser et d'avaler. Les problèmes de fausse route (quand des morceaux de nourriture entrent dans les poumons au lieu d'être avalés normalement) sont une cause majeure de décès (suite à une infection pulmonaire) parmi les patients souffrant de la maladie de Parkinson.

Parmi les autres symptômes non-moteurs particulièrement gênants pour les patients, citons la production accrue de sueur et de sébum et la chute plus rapide de la tension artérielle, accompagnée de vertiges, lorsqu'ils se redressent brusquement d'une position couchée ou assise.

Au fur et à mesure que la maladie de Parkinson progresse inévitablement, le sommeil devient souvent encore plus perturbé (soit par la maladie elle-même, soit par les médicaments qu’on prend pour réduire vos symptômes moteurs) : ‘s endormir ou dormir tout court est moins bon (ce qui peut se rendre somnolent pendant la journée) ; besoin d'uriner plus fréquemment ; parfois jambes sans repos (heureusement, ces problèmes sont généralement bien contrôlés par des conseils sur le mode de vie, des suppléments de fer et des médicaments spécifiques).… Bien entendu, Parkinson provoque aussi une intense souffrance morale : isolement, anxiété, dégradation de l’image de soi. 

Non seulement les mouvements ralentissent et s'essoufflent plus souvent, mais la pensée aussi : maintenir l’attention, se concentrer, raisonner abstraitement, planifier, effectuer plusieurs tâches à la fois, prononcer des noms et des mots propres, se souvenir des choses..., toutes ces choses peuvent progressivement devenir plus difficiles et avoir un impact majeur sur le fonctionnement et les relations au quotidien.

Les symptômes psychiatriques qui peuvent accompagner la maladie de Parkinson sont une cause de détresse pour les proches du patient : l'apathie (que de nombreux patients présentent, surtout à un stade avancé de la maladie), la difficulté à éprouver de l'empathie pour une autre personne, l'aplatissement des émotions et le manque d'esprit d'initiative.

En ce qui concerne les autres symptômes neuropsychiatriques, les hallucinations et les problèmes de contrôle des impulsions se distinguent particulièrement. À un stade précoce de la maladie, ils sont généralement un effet secondaire des médicaments contre la maladie de Parkinson et peuvent être facilement éliminés en ajustant ces médicaments. Il en va de même pour les problèmes de contrôle des impulsions qui peuvent apparaître et rendre les patients parkinsoniens dépendants du jeu, de l'achat ou d'Internet, ou encore désinhibés sexuellement. Ces problèmes disparaissent généralement avec un ajustement des médicaments contre la maladie de Parkinson.

Aux stades avancés de la maladie, les hallucinations visuelles sont souvent dues à la maladie elle-même et nous essayons de les supprimer à l'aide d'antipsychotiques.

Il n'existe pas encore de médicaments pour "réactiver" la personne. La question de savoir si l'exercice physique est utile fait l'objet de recherche. Mais quel que soit le résultat, l'exercice physique permet au moins de contrôler les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson, de mieux dormir et de mieux supporter la douleur et les sentiments de dépression ou d'anxiété. On ne peut pas guérir de la maladie de Parkinson, mais il existe des traitements médicaux qui permettent d’atténuer les symptômes. Les patients peuvent prendre des comprimés de dopamine, ce qui est efficace pendant les 2 à 6 premières années de la maladie. On peut également implanter dans le cerveau des électrodes qui bloquent les tremblements. Cela donne souvent de très bons résultats, tant pour le tremblement essentiel que pour la maladie de Parkinson, mais tout le monde n'y a pas droit.

Note :

Il existe une évidence de la corrélation entre le diabète de type 2 et la maladie de Parkinson .

 Côté pratique :

 

Association Parkinson BE

 

Il n'y a pas grand-chose que vous puissiez faire vous-même contre ce tremblement. Vous pouvez commencer par éviter les facteurs déclenchants, tels que la nervosité et le stress. L'alcool, en quantité limitée, a souvent un effet bénéfique sur ces tremblements. Par exemple, un verre lors d'une réception peut parfois supprimer les tremblements. Il est important de savoir que cet effet n'est que temporaire et qu'il ne faut surtout pas encourager la consommation quotidienne d'alcool.

 

La caféine stimule la production de la dopamine, l'hormone "initiatrice", et inhibe, comme le MSG, la recapture de la glutamate, un excitoneurotransmetteur essentiel dans l'organisme  : prêt à l'action!

 

La caféine aurait un rôle neuroprotecteur et thérapeutique (chez des rats atteints de Parkinson) et pourrait améliorer certains symptômes de Parkinson (tremblements...). Qui plus est, la caféine améliore le fonctionnement du lévodopa (traitement antiparkinsonien de référence) .

 

Une alimentation saine basée sur les plantes et les boissons qui en sont issues, par exemple les légumes, les noix et le thé, est donc en corrélation avec un risque plus faible de maladie de Parkinson. Une consommation plus importante de légumes, de fruits à coque et de thé est en corrélation avec un risque réduit de 28 %, 31 % et 25 %, respectivement

Chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, nous savons que des défauts mitochondriaux se produisent et que les cellules nerveuses des zones cérébrales touchées ne sont pas suffisamment alimentées en énergie. Les cétones étant utilisées comme source d'énergie d'une manière différente, elles pourraient être en mesure de compenser ces défauts . Voir : "Le régime cétogène".

 

Mais le patient peut aussi contribuer beaucoup à l’amélioration de son état s’il fait des activités anti-Parkinson :

- de la danse, de la musicothérapie (composer, créer mais aussi écouter de la musique peut améliorer la coordination et la démarche, du chant). Il faut noter aussi que le Tai-Chi est plus efficace que la musculation, souvent recommandée contre la maladie de Parkinson. Bien qu’il soit à l’origine un art martial (art de la guerre), le Tai-Chi peut aussi être considéré comme une danse.

- grâce à un programme d'exercices courts mais de haute intensité, on peut retrouver certaines de ses capacités de mouvement. Un entraînement de maintien de l'agilité sur deux ans ralentit la progression des symptômes de la maladie de Parkinson . Dans une étude conduite chez des patients ayant bénéficié du programme SIROCCO aux Hospices Civils de Lyon (5 heures quotidiennes de rééducation intensive, multidisciplinaire, pendant 5 semaines), une amélioration de la mobilité et des difficultés d’articulation sur une période de minimum 12 mois a été observée, grâce à un effet neuroprotecteur qui ralentit la maladie. Dès le début de la maladie, on conseille une activité physique intensive et régulière à raison de 3-4 séances hebdomadaires, chacune d’une durée de 30-45 minutes, tout en essayant d’augmenter l’effort à chaque nouvel entraînement. Il n’y a pas vraiment d’activité physique à privilégier, mais celles qui mobilisent un maximum de groupes musculaires sont notamment la natation, le rameur, le vélo elliptique, la marche nordique rapide . Beaucoup d'exercice permet au moins de contrôler les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson, de mieux dormir et de mieux gérer la douleur et les sentiments de dépression ou d'anxiété.

- toutes les mesures destinées à réduire l’anxiété et le stress sont également bénéfiques aux personnes qui souffrent de tremblement essentiel : techniques de relaxation, sophrologie, yoga, méditation, etc.

Suppléments alimentaires :

On note que la dopamine, que l’on donne aux patients sous forme de médicaments, est aussi une substance naturelle qui se trouve en grande quantité dans la fève du marais et le pois mascate, utilisé en médecine ayurvédique (médecine traditionnelle indienne). Or, un essai clinique a montré que 30 g d’une préparation à base de pois mascate (Mucuna pruriens) provoquait un effet « considérablement plus rapide » que la dopamine classique (Levodopa°) donnée aux malades .

Enfin, le conseil le plus important est d’adopter aussi tôt que possible un mode de vie sain : fuir les légumes et fruits non biologiques qui risquent de porter des traces de glyphosate et autres produits chimiques utilisés en agriculture conventionnelle. Ces produits sont les principaux suspects actuellement dans l’épidémie de Parkinson qui touche les agriculteurs.

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2024, Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 27-mai-24                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.