Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

La L-carnitine

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

La carnitine est un peptide, substance apparentée aux protéines. Il ne s'agit pas d'un vrai acide aminé, étant donné l'absence d'un groupement amide (NH2). La carnitine est plutôt un coenzyme, comparable à la choline, qui appartient à la famille des vitamines B. Comme les autres vitamines B, la carnitine est impliquée dans la conversion des aliments en énergie.

 

Cet acide aminé est synthétisé dans l'organisme à partir de la lysine et de la méthionine, en présence de cofacteurs tels que vit C, fer, vit B6 et vit B3 (niacine). La carnitine se trouve en grande quantité dans le coeur, le lait maternel et le colostrum (premier lait maternel sécrété dans les premiers jours suivant l'accouchement ou produit de la première traite chez l'animal), et dans les spermatozoïdes.

Sommaire :

Sources naturelles

 

Rôle dans l'organisme

 

Déficiences

 

Précautions

 

Côté pratique

Contenu :

Sources naturelles :           

 

    • présente dans les produits animaux (viande) et dans le poisson (1/5 du besoin journalier) : poulet, viande de boeuf et d'agneau, lait...

    • très peu dans les céréales (blé, riz...), chou-fleur...

    • les autres 4/5 doivent être synthétisés dans le foie à partir de lysine, en présence suffisante de cofacteurs : Mg, Fe, vit B3, vit C et de SAM (qui est à son tour synthétisée à l'aide de : méthionine, acide folique, vit B12 et bétaïne).

 

Prudence donc chez les végétariens et les végétaliens : risque de carence en L-carnitine.

Rôle dans l'organisme :          

 

    • Transporteur d'acides gras à chaîne longue (les acides gras à chaîne courte n'ont pas besoin de la carnitine)  : la source principale de la production énergétique des cellules (musculaires) est la bèta-oxydation mitochondriale des acides gras à chaîne longue (> C14). Afin de pouvoir passer la membrane mitochondriale, les acides gras à longue chaîne sont d'abord activés par le coenzyme A et ensuite liés à la L-carnitine ; cette réaction est catalysée par l'enzyme Carnitine Palmitoyl Transférase (CPTase). La carnitine transporte ces acides gras à longue chaîne activés à travers la membrane intérieure de la mitochondrie (navette moléculaire de carnitine). Après le transport, la carnitine libre retournera dans le cytosol grâce à la translocase.

 

Cofacteurs : SAM, vit B6.

 

    • Dans la détoxication : la carnitine élimine le surplus (qui est nuisible pour l'organisme) en acides gras à chaîne courte (tels que acétate, butyrate et propionate) présents dans la mitochondrie.

 

 

La L-Carnitine

 

      • aide donc à combattre l'acidification du sang et donc également la perte qui y est associée des ions  Ca, Mg et K (voir : Equilibre acido-basique),

      • favorise la combustion oxygénique cellulaire, apportant ainsi une amélioration même en cas de troubles circulatoires importants (p. ex. en cas de claudication, afin d'augmenter le périmètre de marche)

      • a des effets considérables sur l'apport d'énergie à partir des graisses (mitochondries) et agit donc contre la fatigue physique et mentale (bien-être), avec des bons résultats en cas de symptômes dépressifs,

      • diminue la masse totale de graisse, augmente la masse musculaire chez le sportif,

      • exerce probablement un effet sur les taux du cholestérol total et des TAG (diminution), du cholestérol HDL (augmentation),

      • soutient les effets du jeûne (restriction calorique): réduction du sentiment de faim et de la fatigue

      • soutient le pouvoir immunitaire de l'organisme (immunité renforcée),

      • pourrait chez les sportifs :

        • augmenter l'endurance,

        • permettre une récupération cardiaque plus rapide

        • améliorer la lipolyse, et donc également la performance,

        • aider à diminuer le poids corporel, en particulier la masse lipidique.

      • stimule la régénération nerveuse : la L-carnitine pourrait

        • améliorer le développement, la fonction et la survie des neurones

        • augmenter la libération des neurotransmetteurs tels que acétylcholine et dopamine, et de la mélatonine

        • réduire l'accumulation de la lipofusine et la glycosylation (formation des AGE) au niveau du cerveau

        • protéger le cerveau contre les effets toxiques du glutamate et de l'ammoniaque.

 

---> La carnitine protège ainsi les cellules cérébrales contre la dégénération liée à l'âge et améliore les états d'humeur (symptômes dépressifs), la mémoire et les propriétés cognitives.

 

Certaines affections nécessitent plus de carnitine : affections cardiaques, diabète, maladies chroniques, stress physiques, affections rénales, hypoglycémie, cancer, surpoids, hyperlipidémie, hyperthyroïdie (besoin et élimination accrus en carnitine), épilepsie, troubles bi-polaires, autisme, lésions de la moelle épinière...

 

Note : le colostrum et le lait maternel sont riches en carnitine et en acides gras, afin de permettre une croissance rapide des muscles et du cerveau.

 

 

Déficiences :            

 

Des végétariens, des patients à risque cardiovasculaire et des personnes âgées produisent moins de carnitine propre. Dans ces cas, un apport supplémentaire de carnitine via l'alimentation (viande, poisson) ou avec des compléments est recommandé.

 

Des sportifs d'endurance peuvent également avoir besoin d'un apport supplémentaire de Acétyl-L-carnitine, améliorant ainsi leur métabolisme glucidique. Ce qui se traduit par une moindre production d'acide lactique (lactate).

 

Chez les individus obèses, on observe souvent un déficit en carnitine ou une mauvaise utilisation de la carnitine disponible :

 

Lorsque l'alimentation est pauvre en carnitine (végétariens),

 

OU

 

lors d'un stress ou d'une élévation des taux de cortisol, l'excrétion urinaire de la carnitine est majorée ---> les niveaux sanguins de graisses et de TAG ont tendance à grimper.

 

    • En cas de déficit de la L carnitine, le transport transmembranaire mitochondrial diminue, et est accompagné simultanément par une élévation sanguine des TAG.

 

---> entraîne une réduction de l'oxydation d'acides gras

 

---> entraîne ensuite une diminution de la production d'AcétylCoA

 

---> freine la combustion dans le cycle de Krebs

 

---> effets : perte d'énergie, fatigue, lenteur, atrophie musculaire, perte de l'attention, fatigue chronique

 

---> favorise l'acidification (causée par la production énergétique anaérobie avec formation d'acide lactique e.a.) (sport)

 

---> prise de poids, obésité.

 

Précautions :             

 

Chez le patient présentant :

 

    • végétariens : une déficience est possible puisque les principales sources de la carnitine sont d'origine animale.

 

Grossesse/Allaitement :

 

    • aucune anomalie n'a été rapportée ; on ne dispose pas de données suffisantes qui confirment l'innocuité pendant la grossesse ou durant la période d'allaitement.

 

Interactions potentielles avec :

 

    • les anticonvulsifs : excrétion accrue de la carnitine...

    • ...

 

Eventuels effets indésirables :

 

    • les suppléments alimentaires (1 à 3g de carnitine par jour) ne provoquent en général pas d'effets indésirables. Des effets tels que nausées, vomissements et diarrhée ont été rapportés avec des doses élevées. Le risque de toxicité est plus prononcé avec la D-carnitine par rapport avec la L-carnitine (forme naturelle).

    • des cas de myasténie grave ont été rapportés après ingestion de DL-carnitine.

 

Note :

D'après des études ,  un métabolite de la carnitine, le TMAO (l'oxyde de triméthylamine produit par des bactéries intestinales) pourrait élever les risques cardiovasculaires (athérosclérose).

 

Toutefois, l'observation d'un risque accru de troubles cardiovasculaires chez les personnes à taux sanguins élevés de TMAO (suivant l'ingestion de viande rouge, mais également d'aliments riches en choline tels que des oeufs et du foie) ne prouve pas nécessairement que la carnitine (ou le TMAO) provoque des maladies cardiovasculaires. Une corrélation n'implique pas nécessairement un lien causal. Bien qu'il soit vrai que la consommation de viande rouge augmente les taux sanguins de carnitine/TMAO, ce sont d'abord les graisses saturées d'origine animale dans la viande rouge qui augmentent ces risques. D'ailleurs, il est bien connu que la consommation d'oeufs n'influence pas le risque cardiovasculaire. Qui plus est, il est généralement accepté que le poisson marin diminue le risque cardiovasculaire, bien qu'il augmente également les taux sanguins de TMAO.

 

Côté pratique :             

 

    • la L-carnitine est utilisée dans l'haltérophilie mais également pour stimuler les contractions intestinales dans le traitement de la constipation (aussi chez l'enfant, débuter avec 50mg/kg de poids corporel/jour).

    • adulte : débuter avec 500mg/j de L-carnitine et augmenter progressivement jusqu'à 2000mg/j.

      • dans le traitement de l'obésité et de l'hyperthyroïdie : jusqu'à 2 à 3g/j de L-carnitine ; optimaliser en associant avec de l'acide alpha lipoïque et du Q10

      • en cas de déficit en carnitine ou de troubles cardiovasculaires, d'épuisement surrénal et de fatigue chronique : administrer toujours des suppléments de carnitine + Mg (pour neutraliser l'acidfication éventuelle)

      • dans des suppléments, la L-carnitine est souvent associée à l'acide lipoïque

    • pour la synthèse de carnitine, la présence de vitamine C et de SAM est nécessaire : des niveaux bas de vitamine C entraîneront des taux faibles de carnitine.

    • à administrer pendant le repas (pas le soir) : l'ingestion durant un repas assure un passage intestinal lent, offrant une meilleure absorption active de la carnitine ; des valeurs plasmatiques maximales sont obtenues après 3 heures.

    • dérivés possédant les mêmes propriétés : L-propionyl-carnitine, Acétyl-L-carnitine.

      • l'acétyl-L-carnitine est plus facilement absorbée par le cerveau que la carnitine : 1000mg L-carnitine = 500mg acétyl-L-carnitine. Son activité est plus spécifique : stimuler la capacité cognitive et diminuer les symptômes dépressifs.

      • l'acétyl-L-carnitine-arginate combinée à l'acétyl-L-carnitine renforcent encore plus les propriétés de la carnitine en monothérapie.

      • qui plus est, l'acétyl-L-carnitine-arginate stimule la croissance de nouveaux neurites et leur longueur.

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2023                           Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 08-janv.-23                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.