Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Le potassium

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

Symbole : K (cation)

 

 

Le Potassium, "le minéral oublié"

 

Le potassium, avec le sodium, est l'électrolyte le plus important. Les deux sont absolument indispensables pour le maintien de la pression osmotique et du tonus du système musculaire entier, y compris les petites fibres musculaires situées dans la paroi vasculaire.

 

L'organisme contient 2 x PLUS de potassium que de sodium.

 

Le rôle de chacun est essentiel pour l'organisme : pour un bon fonctionnement, l'organisme a besoin de peu de sodium et de beaucoup de potassium (rapport 1/5). En général, chez beaucoup de personnes, ce rapport est inversé (4/1) et le corps déséquilibré (fatigue, risque accru d'IM, de résistance à l'insuline et de calculs aux reins : ensemble, le potassium et le sel règle la pression sanguine, le bilan hydrique et la transmission nerveuse). La digestion (excessive) de sucres nécessite beaucoup de potassium, une vie fort stressée aussi.

 

Le potassium, un métal alcalin, est le cation le plus important du milieu intracellulaire : il possède les mêmes caractéristiques dans la cellule que le sodium hors de la cellule (sang, lymphe) : chacun dans son milieu contribue à la gestion de la teneur en eau et de son pH.

 

L'organisme est bien programmé pour maintenir les taux de sodium : lorsque les apports de sodium sont limités, 95% de celui-ci est récupéré par les reins.

 

A l'inverse, l'organisme n'a pas de système d'épargne potassique : après ingestion, le potassium est absorbé puis filtré par les reins et éliminé par les urines... Une hypokaliémie peut survenir en cas de diarrhée, de vomissements, avec des diurétiques...). Une hyperkaliémie peut survenir en cas d'insuffisance rénale ou de lésions très étendues (brûlures...).

 

Tôt ou tard, un déséquilibre physiologique entre ces deux électrolytes doit provoquer des troubles et, à terme, même des maladies.

Sommaire :

Les sources naturelles

 

Son rôle dans l'organisme

 

La régulation du métabolisme potassique

 

Quelques précautions

 

Les besoins nutritionnels

 

Côté pratique

Contenu :

Sources naturelles :              

 

Le potassium est très répandu dans la nature puisqu'il est un élément essentiel pour la croissance des végétaux (à l'inverse du sodium, ennemi des plantes).

 

Le potassium est particulièrement présent dans :

    • les fruits (banane : 400mg, melon : 315mg, pamplemousse : 460mg, kiwi : 252mg, avocat...) et légumes (une portion pommes de terre : 1600mg, épinards : 840mg/portion, champignons : 550mg, lentilles, endives : 184mg/100g...)

    • les amandes, les noix...

    • la viande animale et la peau des poissons.

 

La consommation d'aliments frais, et non transformés ne peut jamais apporter un excès de sodium (une alimentation normale est pauvre en sel) ni de potassium (éliminé par le rein en bonne santé).

 

Suite à des changements au niveau des modes de préparations et des habitudes alimentaires, l'apport du sodium est cependant 2 à 4 x plus élevé que celui du potassium.

 

L'excès de sel ajouté dans l'alimentation, la mode du prêt à manger et la consommation insuffisante de fruits et légumes frais, entraîne à terme une carence en potassium.

 

"Potassium" vient de potasse qui vient de "pot ash" en anglais : le pot de cendre. On retrouve le potassium dans les cendres du bois sous la forme de carbonate de potassium (40%), un excellent fertilisant pour les sols.

Rôle dans l'organisme :              

 

 

Lorsque le sodium (sel) est consommé en excès :

 

    • le sodium n'est plus expulsé hors de la cellule parce que le potassium, sa monnaie d'échange cellulaire, est déficitaire,

    • la pompe Na/K fait défaut.

 

 

de la cellule vers l'estomac

 

    • antiport K+/H+ : K+ de l'estomac ---> la cellule et le H+ de la cellule ---> l'estomac H+  

    • symport de K+/Cl- de la cellule ---> l'estomac --->  + H+ pour former ---> HCl

 

(voir : "Le mode d'action de la membrane cellulaire")

 

 

    • les muscles lisses et striésAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées,

    • les muscles du système cardiaque et vasculaire,

    • les muscles du système gastro-intestinal (oesophage, estomac, intestin grêle et côlon : corps ballonné),

    • les muscles de la vessie et des voies urinaires.

 

Le potassium exerce ainsi une influence stimulante sur la musculature entière et régule donc également la pression sanguineAllégation de santé confirmée par l'EFSA (European Food Safety Authority) - Liste des allégations autorisées. La contribution de tous ces groupes de muscles est en effet dirigée par le potassium.

 

Limiter simplement l'apport de sodium diminue la pression artérielle, en particulier chez la personne obèse et âgée. En outre, un apport concomitant accru de potassium diminue également la tension artérielle et rend la diminution de l'apport sodique plus efficace, puisque le potassium présente la propriété d'augmenter l'excrétion du sodium en exerçant une influence vasoactive au niveau des vaisseaux Van Mierlo MAJ, Greyling A, Zock PL, Kok FJ, Geleijnse JM. Suboptimal potassium intakes and potential impacht on population blood pressure. Archives of Internal Medicine 2010;170 (16) : september 13. .

 

 

 

 

 

Note :

Une déficience concomitante en potassium (hypokaliémie) et magnésium (hypomagnésémie) et en calcium (hypocalcémie) est fréquemment observée. Dans ce cas, la correction préalable de la déficience en magnésium est nécessaire pour obtenir une correction des autres déficiences, peut-être parce que le magnésium est nécessaire au fonctionnement de la pompe Na/K, à l'origine de la polarisation cellulaire.

 

 

Le sodium (en excès) est donc un voleur de calcium. En contrepartie, les os sont plus solides grâce à un supplément de potassium.

 

 

 

Régulation du métabolisme potassique :              

 

Le Cortisol, l'hormone de stress, régule le métabolisme du potassium (ainsi que celui du sodium). Chaque effort physique intense entraîne l'excrétion potassique des cellules vers la circulation sanguine et l'absorption simultanée de sodium et d'eau par les cellules (via une sorte de pompe Na/K inversée).

 

    • Chaque charge importante pour l'organisme stimule la production du cortisol qui favorise la libération de glucose des réserves protéiques. L'absorption cellulaire du glucose se déroule par un système de transport actif de type symport avec le sodium,  associé à une extraction concomitante de type antiport du sodium cellulaire vers la circulation sanguine en échange avec le potassium.

 

    • Lors d'une charge intense (efforts physiques, intervention chirurgicale, maladie...), le potassium est continuellement extrait des cellules vers la circulation sanguine afin de maintenir les prestations musculaires, fortement dépendantes des taux potassiques.

      • cependant, le potassium sera inévitablement éliminé (il n'existe pas de système de récupération potassique!) et perdu par les urines

        • les réserves du potassium seront épuisées en cas d'efforts intenses prolongés

          • la libération du potassium dans la circulation sanguine stimulera à son tour l'absorption de sodium (et d'eau) de la circulation sanguine vers les cellules (pompe Na/K).

 

Chaque effort physique intense est donc accompagné d'une perte de potassium, de sodium (transpiration!) et d'eau : une compensation s'avère nécessaire, pas seulement d'eau mais également de potassium et de sodium. Administrer uniquement de l'eau va simplement diluer les taux déjà faibles du potassium et du sodium.

 

Quand les taux de potassium baissent, la force musculaire, le péristaltisme intestinal (pouvant entraîner une paralysie intestinale et un ventre ballonné), la tension artérielle et la fonction de pompe cardiaque s'affaiblissent, avec un risque d'arrêt cardiaque dans les cas extrêmes... (d'où l'utilisation par les sportifs de boissons contenant du potassium...). Une régression des taux potassiques peut être dangereuse étant donné qu'une faible diminution peut déjà induire une chute de la tension sanguine et une détérioration des fonctions cardiaques.

 

Une perte de sodium provoque des symptômes de dessèchement (et donc aussi la manifestation de crampes musculaires...).

 

En général, les taux de sodium diminuent simultanément avec les taux de potassium et vice versa, pouvant provoquer des troubles cardiaques et circulatoires (parfois avec issue fatale).

 

Puisque le cortisol nécessite la présence du cholestérol pour sa synthèse, une diminution des taux de cholestérol peut induire une perturbation de la gestion du métabolisme électrolytique.

 

Note :

      • Une concentration sodique trop élevée (sel de cuisine!) peut entraîner une perte de potassium

      • Une concentration trop faible de magnésium peut provoquer une perte de potassium.

      • Mg et Ca sont des antagonistes au niveau de l'intestin, contrairement au Mg et K.

 

Précautions :             

 

Hypokaliémie : < 3.3 mmol/l de sang

Hyperkaliémie : > 4.9 mmol/l de sang

 

 

Chez le patient présentant :

 

    • une insuffisance rénale chronique : des doses élevées sont à éviter : risque accru d'hyperkaliémie (avec des troubles cardiaques et neuromusculaires)

    • une obstruction et ulcération gastro-intestinale

    • un acidité gastrique trop élevée

    • une déshydratation aiguë

    • un diabète : risque accru d'hyperkaliémie

    • la maladie d'Addison (insuffisance chronique de la glande surrénale)

 

Grossesse/Allaitement :

 

    • aucune donnée n'est disponible ; son utilisation doit être évitée

 

Interactions potentielles avec :

 

    • des IECA : risque accru d'hyperkaliémie

    • des corticostéroïdes : excrétion majorée de potassium

    • de la ciclosporine : risque accru d'hyperkaliémie

    • des laxatifs : leur utilisation chronique réduit l'absorption de potassium

    • des diurétiques de l'anse : risque accru d'hyperkaliémie

    • des diurétiques d'épargne potassique (spironolactone, canrénol) : risque accru d'hyperkaliémie

    • des AINS : risque accru d'hyperkaliémie

    • ....

 

Eventuels effets indésirables :

 

    • lorsque le potassium est pris à jeun : nausées, vomissements, diarrhée, crampes abdominales

    • les préparations à libération prolongée peuvent provoquer des ulcères gastro-intestinaux

    • lorsque la fonction rénale est normale, l'hyperkaliémie se manifeste rarement après une administration orale, même répétée

 

Maladies de carence :

 

    • décompensation cardiaque

    • signes de paralysie

    • hypoglycémie

 

Besoins nutritionnels :             

 

K - Potassium :

 

Age

AJR (mg)

 

 

 

 

0 - 5 mois

39 - 78*

 

6 - 11 mois

39 - 78*

 

1 - 3 ans

800 - 1000

 

4 - 6 ans

1100 - 1400

 

7 - 10 ans

1600 - 2000

 

11 - 14 ans

2000 - 3100

 

15 - 18 ans  H

2500 - 5000

 

                     F

2500 - 5000

 

Adulte          H

3000 - 4000

 

                     F

3000 - 4000

 

+ 60 ans      H

3000 - 4000

 

                     F

3000 - 4000

 

Grossesse

3000 - 4000

 

Allaitement

3000 - 4000

 

Autres :

-

 

 

 

 

 

 

AJR : Apports Journaliers Recommandés (Source : Recommandations nutritionnelles pour la Belgique - Conseil supérieur de la santé)

 

* : par kg de poids corporel

 

Côté pratique :              

 

Dose moyenne journalière dans les suppléments alimentaires : 500 - 3000mg.

Dose toxique journalière : varie selon l'état de santé.

 

Groupes-cibles : en cas de diarrhée, de traitement par diurétiques, consommation excessive de sel raffiné, café, thé, cacao, sucres...

 

    • aliments : manger 3 bananes chaque jour (une au petit-déjeuner, une au dîner et une au souper) apporte suffisamment de potassium (3 x 500mg) pour réduire de 21% le risque d'ACV Stroke Association, University of Warwick and Napoli, Journal of the American College of Cardiology, BUM, 6 april 2011.

    • suppléments : le potassium dans les végétaux est lié au bicarbonate (et non pas au chlorure!) et peut être utilisé comme sel ordinaire. Des faibles carences en potassium ne seront pas traitées avec des suppléments mais avec des conseils tels que limiter la consommation sodique, augmenter la consommation des fruits et légumes frais et éviter les prêts à manger. En cas de déficience potassique prononcée, la prise de gélules de potassium sous forme de carbonate (250mg, 2 x par jour) est indiquée. Chez la personne en bonne santé, un apport en potassium supérieur à l'apport nutritionnel conseillé n'est pas dangereux parce que le potassium en excès est simplement éliminé par les urines. Toujours administrer avec un liquide!

 

    • sans magnésium, les cellules ne peuvent pas retenir le potassium : le Mg joue en effet un rôle crucial dans l'équilibre ionique au niveau de la membrane cellulaire. Sa présence est indispensable pour le bon fonctionnement de la pompe Na/K car il permet son approvisionnement énergétique (fixation de l'ATP à l'enzyme ATP-ase).

 

donc administrer toujours l'association K + Mg!

 

---> voir aussi : "Energie et systèmes de transport de substrats".

 

    • administrer des doses élevées de Mg entraîne une élimination rénale forcée de potassium. : des suppléments de magnésium associé à du potassium (Mg + K) sont donc à préférer. Les deux minéraux se trouvent également en quantités dans : fruits secs, farine de soja, son de froment, légumes crus, noix, bananes, abricots, citrouille, pommes de terre douces...

 

    • attention danger : demander conseil à un médecin (risque d'hyperkaliémie) en cas de :

 

      • insuffisance rénale (personne âgée, diabète...)

      • traitement par diurétiques à épargne potassique, par IECA, par digitaliques

particulièrement en cas de :

        • l'utilisation de plantes riches en potassium : Prêle des champs, Pissenlit, Alfalfa, Ortie piquante...

        • l'utilisation excessive de substituts de sel riche en potassium ou d'aliments riches en potassium : lentilles, fruits secs, vin... ; certains légumes tels que épinards, tomates, carottes, brocoli, pommes de terre, champignons...) ou certains fruits (bananes, kiwis, mangues...)

      • insuffisance cardiaque

      • diabète

      • grossesse et allaitement

      • ...

 

    • des ennemies du potassium et donc à éviter :

 

      • alcool, café, thé, laxatifs, sel, sucre, stress...

      • viande de porc, alimentation raffinée, agrumes, tomates, vinaigre, rhubarbe, crème fraîche...

 

    • des activateurs naturels des canaux potassiques et donc également des pompes Na/K :

 

 

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2023                           Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 08-janv.-23                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.