Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Soufre

 

Dernière mise à jour : 2021.11.19

 

 

S, Soufre

 

 

Le soufre est le 8ème élément le plus répandu dans l'organisme après l'oxygène (O), le carbone (C), l'hydrogène (H), l'azote (N), le calcium (Ca), le phosphore (P) et le potassium (K).

 

Le soufre est acide, et pourtant il augmente le pH d'une solution alcaline, de fait qu'il stimule les effets du calcium.

 

Le soufre est présent dans tous les organismes, dans toutes les cellules animales et végétales et se trouve, de façon naturelle, dans le milieu marin. En effet, les algues marines utilisent d'énormes quantités de soufre pour la synthèse de leurs tissus végétaux. Le soufre fait parti des macro-minéraux de l'organisme (avec le calcium, le magnésium, le potassium, le sodium et le phosphore). 96% des organes sont constitués de 5 éléments fondamentaux : l'oxygène, l'hydrogène, l'azote, le carbone et le soufre.

 

Il est absorbé au niveau intestinal et ensuite transporté au foie où sont élaborées de nombreuses substances soufrées (des protéines, p. ex.). L'excès est excrété dans l'urine.

 

Le soufre joue un rôle important dans le métabolisme des protéines (dont tous nos muscles sont constitués). Qui plus est, il est impliqué dans la formation des tissus conjonctifs maintenant les os de notre squelette ainsi que la structure de nos articulations, notre peau, notre chevelure et nos ongles. Bien que le soufre soit mis en réserve dans toutes les cellules du corps, les concentrations les plus élevées se trouvent dans les articulations, les cheveux, la peau et les ongles.

 

Sommaire :

Les sources naturelles

 

Son rôle dans l'organisme

 

Les déficits

 

Quelques précautions

 

Les besoins nutritionnels

 

Côté pratique

Contenu :

Sources naturelles :              

 

 

Les oeufs, poissons, viande, volaille... contiennent en général en quantité suffisante tous les acides aminés, et en particulier, les 2 acides aminés soufrés : la méthionine et la cystéine. Ni l'un ni l'autre ne peut être stocké tel quel dans l'organisme. Ils sont oxydés et évacués dans les urines sous forme de glutathion. Il est donc important d'apporter en permanence par l'alimentation ces acides aminés soufrés.

 

Le blanc d'oeufs est majoritairement composé d'albumine, qui a la propriété de pouvoir s'agglomérer à 36x son volume d'eau, grâce au soufre qui est au centre de la molécule d'albumine. Dans le vivant, l'albumine (ou les albuminoïdes dans les tissus végétaux) assure que l'eau peut rester disponible dans toutes les parties des organismes. P. ex. notre sang est composé d'albumine (7%) : dans les globules rouges, il y a plus de soufre (0.50%) que du fer (0.42%)!

 

Les légumes verts à feuilles contiennent des petites molécules de sucre dont la flore intestinale a besoin. Ce sucre, la sulfoquinovosidase (SQ) est produite par des organismes "photosynthétiques". Ensuite, des bactéries bénéfiques peuvent transformer la SQ en carbone et soufre.

 

En principe, le soufre est suffisant présent dans notre alimentation (il n'existe même pas d'AJR pour le soufre...). Toutefois, suite à une fertilisation forcée des terres avec des mélanges riches en phosphates mais pauvres en soufre, et étant donné que l'excès de phosphates perturbe l'absorption de soufre par la plante, ces terres nous procurent des légumes pauvres en soufres. Qui plus est, son traitement industriel entraîne une perte complémentaire de soufre. Une carence en soufre peut donc survenir...

 

Rôle dans l'organisme :              

 

Le soufre est un élément très versatile présentant différents états d'oxydation : de +6 (dans H2SO4) à -2 (dans H2S).

Le soufre joue un rôle capital dans le métabolisme des protéines, des muscles, des tissus conjonctifs, de la peau, du cartilage...  et également celui des cheveux.

 

Le soufre :

 

    • est le régulateur du pH (taux acido-basique) en milieu acide : Tout organisme vivant est majoritairement acide. Avec l'eau, les métaux alcalins (Na, K, Ca...) sont des bases. En présence de soufre ces solutions alcalines réagissent sans pour autant s'associer au soufre. Cette faculté de s'associer aux métaux alcalins permet l'équilibre du pH en milieu acide. Ce phénomène chimique est essentiel pour plusieurs métabolismes où ces métaux interviennent.

     

 

      • dans l'organisme, ces acides aminés agissent comme donneurs de S indispensables dans la synthèse de : CoASH, glutathion (énergie!), cystathione, insuline, kératine, heparine, PAPS, somatostatine (GH), ocytocine, vasopressine, ferridoxine, ...

 

        • le S est indispensable dans

          • le glutathion (GSH), un antioxydant métabolique super-important et joue un rôle important dans le transport des électrons (tandis que la disponibilité de la cystéine représente le facteur limitant dans la synthèse de GSH),

          • la SAMe

          • la NAC

          • l'albumine : voir plus haut

          • ...

 

        • le S est impliqué dans la production d'énergie (CoA-SH) dans les mitochondries,

         

        • le S est indispensable dans la conversion de la vit B1 (thiamine) et de la vit B8 (biotine), des vitamines essentielles dans la transformation d'hydrates de carbone en énergie (dans la chaîne respiratoire dans les mitochondries),

 

        • le S est indispensable dans l'insuline, une molécule constituée de 2 chaînes d'acides aminés interconnectées par des ponts sulfure,

 

        • le S est indispensable dans la synthèse du collagène (ponts disulfure), présent dans les cellules des tissus conjonctifs,

 

        • le S est présent dans la kératine (ponts disulfure), une protéine nécessaire à la solidité de la peau, des ongles et des cheveux : les cheveux et les ongles sont principalement constitués de kératine, une protéine résistante caractérisée par un taux soufré élevé (voir aussi "Glycoaminoglycanes"),

         

        • le S dans les ponts disulfure : sa présence est aussi déterminant pour la perméabilité de la membrane cellulaire, rend cette membrane flexible et facilite l'action des protéines de transport,

 

        • le S participe à l'activité nerveuse (formation du neurotransmetteur l'acétylcholine),

 

        • ...

 

    • stimule la production de la bile et donc la digestion. Le foie n'élimine pas des déchets (les reins le font), tandis que la bile est chimiquement un produit raffiné pour un but précis : participer à la neutralisation des acides de l'estomac. Le sodium, grâce au soufre, va être dosé et une partie va être dirigée vers la bile (vésicule biliaire), en attente d'intervenir dans le duodénum, avec les sécrétions alcalines du pancréas pour neutraliser les acides de l'estomac.

 

    • participe à la détoxication hépatique via la bile, comme ligand de l'oxydase cytochromique c et dans le cycle de méthyle : la sulfatation est le chemin de réaction le plus important dans la détoxication hépatique. La détoxication est donc une étape dans la métabolisation/digestion de substances qui circulent dans le milieu sanguin.

 

    • contribue à la production d'immunoglobulines dont le rôle est de préserver les fonctions immunitaires.

     

    • le bilan S/Ca : le soufre est le partenaire obligé du calcium dans tous les metabolismes du corps.

      • le calcium est alcalin, le soufre acidifie : ce sont des partenaires obligés dans notre corps

      • le calcium agit partout où le soufre agit dans le corps

      • le soufre régule e.a. l'action du foie, et le foie sert à réguler partiellement le calcium dans le sang

      • un déficit en soufre perturbe le bilan S/Ca et affaiblit ainsi l'action du foie

      • ...

 

    • pourrait être converti en groupement sulfate sous l'influence des rayons solaires UVB, et avec l'aide de l'enzyme eNOS (Endothelial nitric oxide synthase), une enzyme du système cytochrome p450, présente dans les cellules de l'endothélium artériel, dans les kératinocytes dermiques, les globules rouges, les thrombocytes et les mastocytes : toutes des cellules capables d'entrer en contact avec des rayons solaires) avec comme sources de soufre : cystéine, méthionine dans des protéines animales, et de la taurine :

     

      • l'oxydation du soufre en sulfate absorbe l'énergie solaire au niveau de la peau (comme un panneau solaire)  :  dans l'organisme, la dégradation du sulfate libère de nouveau cette énergie:

 

S --> SO2 --> SO42-

 

* Le soufre peut être fourni par les gaz H2S et SO2 dans l'air et absorbé à travers de la peau. Et/ou apporté dans la cavité de l'eNOS, par le Glutathion oxydé GSSH avec l'aide de la Glutathion S-tranférase, la FAD et la FMN (voir : "Co-enzymes") en présence de la vit B12 et du zinc. Ajouter du sulfate de magnésium à un bain chaud peut aider à apporter du sulfate à la peau.

 

Le système eNOS produit ou le sulfate de cholestérol (kosmotropique) ou le monoxyde d'azote NO (action vasodilatante, chaotropique) et l'anion superoxyde O2 - (biradical), utilisé dans l'oxydation du soufre en sulfate.

 

S + 2 O2 - --> SO42-

 

Certains centres de spa utilisent cet technique.

 

* L'oxygène dans l'air sera donc fixé dans le sulfate : ce processus a lieu dans les cavéoles, un environnement protégé. Cette fixation rend l'oxygène inoffensif empêchant ainsi la formation de radicaux libres (ROS).

 

      • le sulfate de cholestérol (hydrosoluble et polaire) produit dans la peau par les kératinocytes :

       

        • se trouve dans le sang essentiellement sur la surface des globules rouges : sa charge négative empêchera la coagulation de ces globules rouges ou leur attachement aux parois vasculaires

        • peut circuler librement dans le sang, grâce à sa charge négative

        • pénètre, grâce à sa polarité, facilement les cellules adipeuses et musculaires, et les protège contre des dégâts provoqués par une exposition excessive au glucose (agent réducteur) et à l'oxygène (agent oxydant) ; en effet, une carence en cholestérol sulfate entraîne une réduction de la sécrétion d'insuline et ensuite une intolérance au glucose ou l'incapacité d'utiliser le glucose comme carburant cellulaire :

          • le glucose comme réducteur peut provoquer une glycation avec des protéines, former des AGEs et des agrégats carcinogènes par des liens croisés (crosslinking).

          • toutefois, en présence suffisante de soufre (+6), le glucose réduira le soufre au lieu de former des AGEs avec des protéines telles que la myoglobine

        • est le précurseur du sulfate de vitamine D3, une forme inactive et hydrosoluble (présente dans le lait maternel et dans le lait cru, mais détruite par pasteurisation)

        • y participe à la barrière contre des bactéries et des mycoses et offre une protection importante contre des invasions bactériennes et virales : c'est pourquoi le soleil rend notre système immunitaire plus performant

          • le sulfate de cholestérol est également présent dans le colostrum (le premier lait maternel)

            • et n'augmente pas les dépôts graisseux chez le bébé!

 

      • d'autres molécules sulfatées telles que les glycosaminoglycanes (GAGs) : chondroïtine sulfate, glucosamine sulfate, kératane sulfate, héparane sulfate, héparine... (voir : "Les protéoglycanes") jouent également un rôle important dans la matrice extracellulaire de toutes les cellules :  ces charges sont responsables de la fixation des molécules d'eau (pièges à eau), de l'interaction avec les charges positives d'autres macromolécules et de la protection contre infection.

 

Déficits :              

 

Causes :

 

Les végétaliens sont exposés à un apport protéique insuffisant, lequel peut mener à une déficience en soufre.

 

Symptômes :

Les signes cliniques sont les mêmes que ceux reliés à une carence protéique : anémie, diarrhée, anorexie, oedème, dermatose, croissance diminuée, apathie, faiblesse et fatigue.

 

Une carence en soufre pourrait contribuer au développement de maladies telles que : obésité, maladies cardiaques, Alzheimer, Syndrome de fatigue chronique... . Dans les régions volcaniques, avec des terres plus riches en soufre, l'incidence de ces maladies est nettement plus faible Daphne Miller dans son livre "The jungle effect" 2009.
 
.

 

Précautions :             

 

Chez le patient présentant :

 

    • ?

 

Grossesse/Allaitement :

 

    • aucune anomalie n'a été rapportée avec des doses normales

 

Interactions potentielles avec :

 

    • ?

 

Eventuels effets indésirables :

 

    • signes de déficience : voir plus haut

    • signes d'excès : ?

 

Besoins nutritionnels :             

 

Soufre :

 

Age

AJR (mg)

 

 

 

 

0 - 5 mois

-

 

6 - 11 mois

-

 

1 - 3 ans

-

 

4 - 6 ans

-

 

7 - 10 ans

-

 

11 - 14 ans

-

 

15 - 18 ans  H

-

 

                     F

-

 

Adulte          H

-

 

                     F

-

 

+ 60 ans      H

-

 

                     F

-

 

Grossesse

-

 

Allaitement

-

 

Autres :

-

 

 

 

 

 

 

AJR : Apports Journaliers Recommandés (Source : Recommandations nutritionnelles pour la Belgique - Conseil supérieur de la santé)

 

Côté pratique :              

 

Dose moyenne journalière dans les suppléments alimentaires : 500 - 1000mg.

Dose toxique journalière : ?.

 

Des suppléments soufrés :

 

 

 

 

 

   ZOELHO (c) 2006 - 2023                           Paul Van Herzele PharmD                        Dernière version : 08-janv.-23                

DisclaimerDisclaimer

Avertissement :

 

Le lecteur gardera en permanence à l'esprit que les propriétés curatives décrites ne remplacent en aucun cas l'avis médical toujours indispensable dans l'établissement d'un diagnostic et dans l'appréciation de la gravité de la pathologie. Par contre, nous stimulons l'utilisateur à prendre lui-même des décisions relatives à sa santé, basées sur sa propre recherche, toujours en dialogue avec un professionnel de santé.

 

En tout état de cause, l'utilisation de ce programme s'effectue sous les seuls contrôles, directions, risques et responsabilités de l'utilisateur.