Zoëlho, vers un mode de vie conscient.

Les troubles de la glycémie

 

Top

Sommaire :

 

L'alimentation

 

Les mécanismes de régulation

 

L'hypoglycémie

 

L'hyperglycémie

 

Les conséquences d'une hyperglycémie

 

Côté pratique

 

Contenu :

L'alimentation :             Top

 

L'ingestion d'hydrates de carbone (en particulier) augmente la glycémie, le taux de glucose dans le sang.

 

    1. une élévation de la glycémie active (principalement le jour) la libération d'insuline par les cellules endocriniennes du pancréas, une diminution la freine.

    2. la libération d'insuline est influencée par l'hormone tissulaire, la GIPR (Glucose dependent Insulinotropic Polypeptide), libérée par la paroi duodénale lors du passage d'aliments.

 

Le glucose active très rapidement la sécrétion endocrinienne d'insuline dans le sang, le sucrose modérément, l'amidon normalement, et le fructose pas du tout.

 

L'ingestion de fibres (fructanes) diminue la glycémie à jeun et postpandriale.

 

Les mécanismes de régulation :              Top

 

La glycémie sanguine est régulée à partir :

 

 

  1.  

 

 

 

 

 

 

La glycémie sanguine est augmentée par :

 

  1.  

    1. ---> une alimentation riche en glucides le soir a des effets défavorables sur le contrôle de la glycémie!

  2.  

 

---> Plus il y a de sodium dans l'intestin, plus il y a de molécules de glucose absorbées et retrouvées dans le sang . Dans la prévention ou le traitement du diabète, il convient donc de diminuer la consommation de sucre et de sel.

 

 

La glycémie sanguine est diminuée par :

 

 

 

Les anomalies métaboliques du diabète de type 1, tels que l'hyperglycémie et l'hypoglycémie, peuvent avoir un effet néfaste sur le système nerveux central et être associées à de graves séquelles neurologiques à long terme. Ainsi le risque supplémentaire d'épilepsie chez les patients atteints de diabète de type 1 était accru chez les personnes atteintes d'hypoglycémie ou de diabètes plus sévères .

 

L'hypoglycémie :             Top

 

Habituellement, le taux de sucre dans le sang (la glycémie) est bas lorsque on a le ventre vide. C'est ce qui provoque l'impatience, l'irritabilité et la difficulté à se concentrer lorsque la faim se manifeste. C'est ce qu'on appelle "l'hypoglycémie à jeun".

 

Mais l'hypoglycémie peut aussi apparaître après un repas consistant. En effet, surtout un repas est riche en glucides entraîne un pic de glycémie : trop de glucose dans le sang étant dangereux, l'organisme fait baisser la glycémie en sécrétant de l'insuline pour stabiliser la glycémie. Seulement, compte tenu de la panique provoquée par le pic de glycémie dû à une nourriture trop riche en glucides, votre corps va produire une quantité exagérée d'insuline, entraînant un état "d'hypoglycémie réactive".

 

Une hypoglycémie peut donc être la conséquence de :

 

 

Toutefois, une hypoglycémie peut également être la conséquence de :

 

 

 

 

 

 

Lorsque la baisse de la glycémie devient trop importante (< 0.65g/l = 3.7mmol/l), l'organisme réagit par :

 

 

 

 

      • ACTH (hypophyse) ↑  ---->  cortisol (cortex surrénal) ↑

 

      • une réaction adrénergique (neurovégétative) à l'hypoglycémie : tremblements, nausées, sueurs, pâleur, tachycardie, palpitations, ...

 

 

 

Symptômes d'hypoglycémie :

 

L'hypoglycémie peut être plus ou moins ressentie et se manifester de façons diverses : sensation de faim, vertiges, troubles de la concentration, somnolence, même fatigue chronique si les épisodes sont répétitifs. En effet, l'organisme tente de contrecarrer l'hypoglycémie en stimulant la production de glucose.

 

L'organisme compense par une riposte adrénalinique, entraînant nervosité, agressivité, tremblements... (et même des épisodes de tachycardie et d'arythmie). Les disputes conjugales seraient causées par des troubles d'hypoglycémie .

 

Il existe un lien direct entre l'apparition de manifestations hypoglycémiques réactives et le type d'aliments consommés dans les 2 heures précédentes!

 

L'agressivité est un des premiers signes d'un diabète. Mais les autres symptômes, journaliers ou occasionnels, nous sont tous plus ou moins familiers, à cause de notre alimentation!

 

 

 

La grande caractéristique des symptômes d'hypoglycémie est leur apparition brutale (en quelques minutes). On croit que l'hypoglycémie est une cause sous-jacente de nombreux troubles émotionnels : fatigue chronique, épuisement, sentiments dépressifs, irritabilité, troubles d'humeur, mais également de : dyslexie, frilosité, allergies (rhume, rhinite, rhume des foins, ...).

 

En outre, l'hypoglycémie pourrait favoriser l'apparition ou l'aggravation de certains troubles de comportement et maladies : épilepsie, asthme, ulcères gastriques, arthrite, perte de la libido (femme), impuissance (homme), mauvais résultats scolaires, comportement asocial et agressif, anxiété, dépendance, obésité, maladies mentales (schizophrénie, névrose, psychose, psychonévrose...). Un pourcentage important des patients psychiatriques souffrirait d'hypoglycémie. Une étude suggère une association entre hypoglycémie et démence chez des diabétiques âgés . D'après une autre étude, il en résulte que des taux élevés de glucose augmentent également le risque de démence, même chez le non diabétique .

 

L'hyperglycémie :             Top

 

 

 

      • En réaction à cette diminution trop rapide de la glycémie, les surrénales agissent en panique par une libération de  cortisol afin de faire monter la glycémie (trop élevée). En effet, le cortisol intervient dans la libération de glucose à partir du glycogène... (des états de stress, de frustration, de colère, de fébrilité... peuvent également provoquer cette réaction).

 

Une stimulation exagérée du pancréas et des surrénales par une consommation excessive de "sucres rapides" induit à terme le "syndrome d'hypoglycémie". Ensuite, les deux organes réagiront de plus en plus fermement aux modifications de la glycémie.

 

 

 

Toutefois, les récepteurs insuliniques des cellules seront affaiblis à terme : leur activité diminuera (---> résistance insulinique), rendant l'absorption de glucose plus difficile pour les muscles et les autres tissus (amaigrissement). Cette situation entraînera à nouveau une sécrétion réactive d'insuline. Lorsque cette hyperinsulinémie n'est plus capable de compenser la résistance à insuline, l'hyperglycémie apparaît.

 

 

 

Cette évolution parcourt donc 5 stades :

 

      1. Le syndrome d'hypoglycémie

      2. La résistance à l'insuline

      3. L'hyperinsulinémie (compensatoire)

      4. L'intolérance au glucose

      5. Le diabète de type 2

 

 

 

Les conséquence d'une hyperglycémie :             Top

 

 

La sensation de faim résulte, entre autres, d'une diminution du taux sérique de glucose (et non pas d'une hypoglycémie, puisque les diabétiques en hyperglycémie peuvent ressentir une sensation de faim). Cette légère glucopénie provoque la stimulation de récepteurs situés au niveau de l'hypothalamus latéral, du cortex et du système limbique.

 

Cette stimulation entraîne des comportements d'anticipation résultant de stimuli inconditionnels (prédispositions, attirance innée) et conditionnés (liés à l'apprentissage, expériences qui débutent dès les premiers contacts avec la nourriture). Ces derniers sont évidemment influencés par l'éducation, l'environnement et par la commodité à se procurer l'aliment.

 

 

 

Sans nécessairement provoquer une hypoglycémie, le frein mis à ces mécanismes adaptatifs est susceptible d'exacerber la sensation de faim.

 

  1.  

     

    1. En plus de :

       

      • poids corporel ↑

      • tour de taille ↑

      • ...

 

Côté pratique :             Top

 

Régime normalisant de la glycémie :

 

 

Suppléments alimentaires :

 

Autres mesures :

 

Aliments présentant une activité sur le métabolisme glucidique :

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi : "Le nutribilan".

 

 

Glucomètre :

 

FreeStyle® du laboratoire Abbott est un lecteur révolutionnaire de la glycémie. C'est le premier système flash d'auto-surveillance du diabète qui ne nécessite plus de lancettes ou de bandelettes pour l'auto-contrôle de la glycémie. Le principe de fonctionnement est la mesure en continu (1x/min) du glucose dans le liquide interstitiel grâce à un filament (sensor) de moins de 0,4 mm inséré sans douleur à 5 mm de la surface de la peau. Les avantages sont multiples par rapport au système conventionnel des lancettes utilisées pour le prélèvement de sang au bout des doigts.

 

Cette mesure est le reflet exact du taux de glucose dans les capillaires indépendamment des caractéristiques du patient (âge, poids....). Ce passage du glucose des capillaires vers le liquide interstitiel prend de l'ordre de 10 à 15 min (1). Il suffit de passer l'unité de lecture à proximité du capteur pour recueillir les informations. L'appareil calcule alors automatiquement l'équivalence entre cette mesure et la glycémie sanguine. C'est une petite révolution technologique qui tire parti d'un capteur situé au niveau de la peau, lequel transmet ses informations à une unité de traitement des données d'un format comparable à celui d'un smartphone. Enfin un port USB permet de transférer les données sur un ordinateur. Le sensor est actif sur 14 jours et le dispositif ne demande pas de calibration.

 

          Top

 

 ZOELHO (c) 2006 - 2021, Paul Van Herzele PharmD             Dernière mise à jour : 4-Avr-2021                

Disclaimer